Pour la première fois, la capacité des vaccins anti-Covid à réduire la durée des symptômes (Covid long) a été estimée. © Photocreo Bednarek, Adobe Stock
Santé

Les vaccins réduisent les risques de Covid long

ActualitéClassé sous :vaccin anti-Covid , Coronavirus , covid long

Selon une étude menée depuis le King's College de Londres, les vaccins anti-Covid réduisent de moitié le risque de développer un Covid long après l'infection. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Est-on protégé contre la Covid en ayant été infecté ?  Une infection au coronavirus induit une réponse immunitaire acquise. Mais pour combien de temps est-elle efficace contre les variants ? 

Les vaccins diminuent le risque d'être infecté par le coronavirus et de faire une forme grave de la Covid-19. Mais leur effet sur les formes longues de la maladie n'avait pas encore été étudié. Le Covid long est défini comme une persistance des symptômes plusieurs semaines ou mois après les premières manifestations de la Covid-19.

Les symptômes du Covid long sont multiples dans leur nature et dans leur gravité. Les patients concernés ont rapporté plus de 200 symptômes différents attribuables à la Covid-19. Les formes longues ne concernent pas une minorité d'infectés, en réalité on estime que 10 % des malades présentent des symptômes trois mois après l'infection.

Une étude publiée le 1er septembre 2021 dans The Lancet Infectious Disease suggère qu'avoir reçu deux doses d'un vaccin anti-Covid réduit de 50 % le risque de développer des symptômes liés à la Covid-19 après 28 jours. « C'est vraiment, je crois, la première étude montrant que le Covid long est réduit par la double vaccination, et cela significativement », a déclaré au New York Times le docteur Claire Steves, gériatre au King's College de Londres et coordinatrice de ce travail.

Les vaccins réduisent le risque de Covid symptomatique...

Claire Steves et ses collègues ont étudié les données renseignées par les utilisateurs de l'application COVID Symptom Study disponible au Royaume-Uni. Les scientifiques ont utilisé la date des injections, la nature du vaccin reçu (Pfizer, Moderna ou AstraZeneca) et les symptômes renseignés pour construire leur étude. Ils ont formé plusieurs groupes de cas et les ont comparés avec des groupes contrôles constitués de personnes non infectées ou non vaccinées. 

Au total, plus de 1,2 million d'individus ont utilisé l'application entre décembre 2020 et juillet 2021. Parmi eux, 0,2 % ont été testés positifs après leur deuxième dose vaccinale. En comparaison aux non-vaccinés, les vaccinés ont plus de chance de faire des formes asymptomatiques de la Covid-19, surtout chez les plus de 60 ans. En d'autres termes, le vaccin réduit le risque de développer des symptômes liés au coronavirus. Il réduit aussi leur durée.

Les symptômes dont le risque d'apparition est réduit après la première dose (en rouge) et la seconde dose (en bleu) chez les jeunes adultes et les seniors en comparaison aux non-vaccinés. Les points qui se situent à gauche de la ligne en pointillé indiquent une diminution du risque. © Michela Antonelli et al. Lancet Infectious Disease

...et de Covid long

Parmi les 592 personnes totalement vaccinées qui ont renseigné leur état de santé dans l'application pendant plus d'un mois, seulement 5,2 % souffrent toujours de symptômes après 28 jours ; contre 11,4 % dans le groupe des non-vaccinées. En d'autres termes, deux doses de vaccin réduit de moitié le risque de faire un Covid long (OR : O,51 IC à 95 % : 0,32 - 0,82). 

Il n'y a pas de traitement dédié au Covid long. La prise en charge des patients est souvent difficile et longue, tant les symptômes expérimentés sont différents. Le vaccin apparaît comme une stratégie de prévention accessible à tous pour réduire le poids du Covid long sur la santé et les hôpitaux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !