Les chaussures de course ont beaucoup évolué, notamment pour amortir les chocs du pied sur le sol. Mais avec ces chaussures, la voûte plantaire s’aplatit moins et restitue moins d’énergie pour la foulée suivante. Conséquence : les muscles du pied sont davantage sollicités.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Shiftwear, des chaussures connectées qui changent de design selon l'humeur Changer la couleur de ses chaussures grâce à des écrans flexibles et une application mobile : null

Certes, les humains sont nés pour courir, mais pas forcément sur du bétonbéton et avec des chaussures en moussemousse... Lorsque l'on court pieds nus, le pied joue le rôle d'un ressort : il absorbe le choc, stocke de l'énergie et l'utilise pour la restituer lors de la foulée suivante. Or les chaussures actuelles pourraient interférer avec ce processus ; certains pensent même qu'elles affaibliraient les muscles des pieds.

Ces dernières décennies, les chaussures ont beaucoup évolué, mais la fréquencefréquence des blessures de course n'a pas diminué pour autant. Ceci a suggéré aux coureurs que les chaussures feraient plus de mal que de bien. C'est ce qu'a voulu savoir une étude australienne parue dans la revue Journal of the Royal Society Interface.

Le principal auteur de l'article, Luke Kelly, a expliqué qu'il a commencé à se douter que les chaussures étaient néfastes à la course alors qu'il exerçait comme podologue. Comme il l'a expliqué au Huffington Post, « des théories de biologistes évolutionnistes ont commencé à être énoncées il y a environ cinq ou six ans disant que, lorsque nous courons dans les chaussures, nous devenons dépendants de l'amortissement de la chaussure pour atténuer une partie de l'impact, ce qui change la façon dont nous courons, nous rendant plus faible et plus paresseuxparesseux ».

Courir pieds nus : le « barefoot » séduit de plus en plus. © Stuart Jenner, Shutterstock

Courir pieds nus : le « barefoot » séduit de plus en plus. © Stuart Jenner, Shutterstock

Les chaussures modifient la façon de courir

Les scientifiques de l'université du Queensland ont donc fait courir 16 personnes pieds nus ou chaussées, sur un tapis d'entraînement. Ils ont réalisé des mesures sur leurs pieds pour tester l'activation des muscles, grâce à de petites électrodesélectrodes. Ils ont observé que les chaussures de course interféraient avec la capacité du pied à jouer son rôle de ressort. Avec des chaussures, la voûte plantairevoûte plantaire se compressait moins au contact du sol que pieds nus. Mais contrairement à ce que certains pensent, le pied ne se reposait pas : les chaussures de course faisaient même davantage travailler les muscles !

Comme l'explique le chercheur, « la première chose que nous avons vue dans une perspective de mouvementmouvement était que lorsque vous courez avec des chaussures, votre voûte plantaire s'effondre moins ». Il ajoute : « Moins de compressioncompression signifie moins de d'énergieénergie stockée, donc je suppose que les arguments des biologistes évolutionnistes sont justes, mais la chose unique que nous avons vue était que l'activation des muscles a augmenté, ce qui est en contrastecontraste complet avec l'argument que les chaussures affaiblissent le pied ».

En résumé, la voûte plantaire travaille moins dans les chaussures à cause de l'amortissement de l'impact, mais l'intensité musculaire au niveau des pieds augmente.