Covid-19 : des séquelles cardiaques à long terme ? © shutter2U, Fotolia
Santé

Covid-19 et maladie cardiovasculaire : un risque accru, même en cas de forme légère

ActualitéClassé sous :Pandémie , Covid-19 , maladies cardiovasculaires

[EN VIDÉO] Les trois quarts des survivants du Covid19 auraient des séquelles cardiaques  Des patients, en bonne santé avant de contracter le Covid-19, souffriraient de complications cardiaques après leur guérison. 

Le SARS-CoV-2 n'a pas encore fini de révéler tous ses mystères... et les conséquences d'une infection sur nos organismes plusieurs mois après celle-ci. Le Covid long est une énigme : des personnes voient les symptômes s'étaler sur plusieurs mois sans voir le bout du tunnel. Et même quand l'infection semble bénigne sur le moment, des symptômes peuvent apparaître plusieurs mois après.

Une étude récemment publiée dans la prestigieuse revue Nature Medecine analyse les dégâts causés par le virus sur le cœur et la circulation sanguine. Les résultats sont alarmants. Dans l'année suivant l'infection, le risque de développer une maladie cardiovasculaire est accru de 55 %. De manière plus inquiétante encore, celui-ci augmente même chez les personnes ayant fait une forme légère de la maladie.

Un risque accru sur au moins un an

L'étude, réalisée aux États-Unis et portant sur la période allant de mars 2020 à janvier 2021, comportait un groupe de malades (n=153.760 personnes infectées) et un groupe de témoins (n=5 millions d'individus non infectés). Au vu de la période de l'étude, la majeure partie des participants n'était pas encore vaccinée.

Les résultats montrent que les patients ayant été contaminés par le SARS-CoV-2 ont des risques accrus de faire un arrêt cardiaque (+63 %) ou un AVC (+52 %) non seulement durant l'infection, mais aussi dans les mois qui suivent celle-ci (au moins une année). Le risque concernait aussi les thromboses, les myocardites et les péricardites. Les myocardites peuvent aussi être un effet indésirable, très rare mais grave, de la vaccination contre la Covid-19. Dans cette étude, l'augmentation du risque de myocardite était indépendante du statut vaccinal des personnes incluses. Par ailleurs, d'autres articles ont montré que le risque de faire une myocardite suite à une infection à la Covid-19 était beaucoup plus élevé que celui de faire une myocardite suite à la vaccination.

La myocardite est une inflammation du muscle cardiaque. © Kateryna_Kon, Adobe Stock

Un risque accru pour tous les contaminés

Les auteurs de l'étude ont pu tirer deux conclusions inquiétantes de leur travail. Premièrement, le risque de maladies cardiovasculaires est aussi accru chez les personnes qui n'ont jamais eu de problèmes cardiaques avant la contamination ou qui étaient considérées comme sans facteurs de risque (personnes jeunes, non diabétiques...). Deuxièmement, le risque augmentait aussi chez ceux ayant fait une forme légère de la maladie, même s'il demeurait plus élevé chez ceux qui avaient été hospitalisés.

Selon les chiffres officiels, plus de 400 millions de personnes ont été contaminées par le virus dans le monde, et ce chiffre est sans aucun doute sous-estimé. Ce qui signifie que le virus pourrait être responsable de 15 millions de maladies cardiovasculaires supplémentaires dans les mois à venir. Des éléments indispensables à connaître par les gouvernements pour adapter les politiques de santé publique, notamment en matière de dépistage chez les populations contaminées.

Pour en savoir plus

Covid-19 : des séquelles cardiaques à long terme ? 

Article de Julien Hernandez, publié le 29/07/2020

Des observations sur une centaine de patients guéris récemment de la Covid-19 suggèrent que la majorité des patients conserveraient, au moins à court terme, des séquelles cardiaques de leur infection. 

Le SARS-CoV-2 qui cause la maladie Covid-19 a un tropisme cardiaque. C'est-à-dire qu'il possède une certaine affinité avec des problèmes cardiaques. Une étude d'observation, conduite à l'hôpital de Francfort sur 100 patients, révèle à l'examen d'imagerie par résonance magnétique cardiaque (IRMc), des atteintes et des inflammations persistantes après la guérison de la Covid-19. 

La Covid-19 laissera-t-elle des séquelles cardiaques sur le long terme ? © Anucha, Adobe Stock

Que penser de cette étude ? 

Cette publication relate des résultats d'observation obtenus sur cent patients allemands. Il faut donc être prudent, des facteurs de confusion pourraient aussi expliquer les atteintes cardiaques. Dans cette étude, 78 % des patients guéris récemment ont encore une atteinte cardiaque décelable à l'IRMc et 60 % une inflammation, indépendamment de la sévérité de la maladie. Selon les auteurs, cela doit pousser à plus d'investigations sur les conséquences cardiovasculaires à long terme de la Covid-19.

Néanmoins, le phénomène n'est pas nouveau. Les myocardites infectieuses sont un phénomène assez courant. De plus, l'étude est isolée et aurait besoin d'être reproduite plus largement dans d'autres pays, sur plus de patients.

Le cas des patients « post-Covid »

Ces mesures pourraient expliquer les symptômes de certains patients qui déclarent avoir des symptômes persistants de la maladie des semaines après leur guérison virale. Mais que sait-on vraiment de ce que ressentent ces patients ? Est-ce bien dû à la Covid-19 ? Est-ce causé par d'autres facteurs ? La question est éminemment importante, car la prise en charge qui s'ensuivra devra être adaptée à ce qui cause lesdits symptômes. Nous en dirons plus dans un prochain article détaillé sur le sujet. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !