Les gestes barrières ne sont pas respectés par tous dans des proportions égales. De récentes études suggèrent que les traits de personnalité pourraient avoir un rôle à jouer dans la manière dont les gens appliquent les mesures préventives.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Coronavirus : demain, tous masqués ? SARS-CoV-2. Il est apparu en Chine en décembre 2019. Depuis, il a fait des dizaines de milliernull

Pour certains, la préventionprévention contre le coronaviruscoronavirus n'est pas tant une affaire de mesures objectives basées sur des données scientifiques qu'une histoire d'opinion. Un simple coup d'œilœil à l'extérieur nous permet aisément de constater que tout le monde n'applique pas les gestes barrières avec le même degré de rigueur, tandis que certains n'hésitent pas à manifester leur défiance vis-à-vis de leur efficacité ou à les ignorer tout de go. De nouvelles études révèlent que la méfiance manifestée à l'égard des dispositions de prévention serait généralement corrélée avec des traits de personnalité psychopathiques, narcissiques ou encore machiavéliques.

La Triade noire

Le narcissisme, le machiavélisme et la psychopathie forment ensemble ce que l'on appelle en psychologie la Triade noire. Ces traits de personnalité sont tous les trois associés avec un faible degré d'empathieempathie de manière générale, et, plus spécifiquement, un déni des mesures de protection contre le coronavirus et une tendance à se ruer dans les magasins pour faire des stocks en prévision d'une présumée apocalypse (nous savons maintenant où sont passés tous ces rouleaux de papier toilette et ces paquetspaquets de pâtes !).

Menée sur 755 personnes en Pologne au début de la pandémiepandémie, l'enquête dirigée par Magdalena Zemojtel-Piotrowska confirme les données déjà précédemment observées par d'autres études. « Comme nous le présumions, les participants présentant des traits de la Triade noire étaient moins susceptibles d'adopter un comportement préventif et plus susceptibles d'acheter compulsivement », lit-on dans l'étude, publiée dans la revue Personality and Individual Differences. « Ces résultats sont en accord avec le fait que les personnes chez qui ces traits sont marqués sont plus impulsives, concentrées sur leurs intérêts personnels, et ont une tendance à la prise de risque. Les personnes ayant des scores élevés sur la Triade noire semblent prêter plus attention aux aspects négatifs de la prévention qu'à ses bénéfices. »

« Cela fait – wow – 11 ans que je n'ai pas été sur Twitter, mais voici une photo que j'ai prise vendredi durant mon vol vers Nashville depuis Cleveland, sur Allegiant Airlines. Oui, cet homme a utilisé un masque chirurgical pour couvrir ses yeux. Oui, il l'a porté comme ça du départ jusqu'à l'arrivée. » 

Une réalité plus nuancée

Il importe néanmoins d'apporter une nuance à l'étude de Zemojtel-Piotrowska - dont les résultats sont basés sur un petit échantillon et présentent un faible taux de corrélation -, mais aussi aux autres. « Les personnalités dites noires ne sont pas aussi problématiques que l'on pourrait le penser face à la pandémie, commente-t-elle. Le plus important est ce que ces personnes pensent au sujet du coronavirus et de l'adoption des mesures de prévention. On pourrait s'attendre à ce que les narcissiques n'aient simplement pas de considération pour les autres et refusent d'adopter les règles sociales recommandées par les experts. Mais le tableau est plus complexe. »

Son étude suggère en effet que les croyances jouent un rôle tout aussi - si ce n'est plus - important que les traits de personnalité, ce qui laisse la porteporte ouverte à une amélioration. « Nous ne pouvons pas changer une personnalité, mais nous pouvons modifier des croyances. Le principal résultat applicable est donc que nous pourrions encourager les personnalités noires et égocentriques à adopter des mesures préventives en leur démontrant pourquoi la prévention fonctionne, et pourquoi elle n'est pas aussi laborieuse qu'ils semblent le penser. »