Quels évènements ont marqué la santé en 2017 ? © razihusin, Fotolia

Santé

Utérus artificiel et ciseaux moléculaires : deux des incroyables innovations Santé en 2017

ActualitéClassé sous :médecine , OGM , édition génomique

L'année 2017 s'est achevée, vive 2018 ! Quels sont les évènements qui ont marqué l'actualité en santé, médecine et biologie ? Voici cinq informations que nous avons sélectionnées car elles sont innovantes ou ont fait progresser nos connaissances sur le vivant.

L'année 2017 a été jalonnée de nombreuses innovations en santé. Difficile de faire un choix ! Voici cinq évènements majeurs à retenir parce qu'ils ont fait progresser la science, la technologie médicale et nos connaissances fondamentales.

1. CRISPR : des ciseaux moléculaires en vidéo

Sans hésiter, je mettrais l'édition génomique en tête de l'actualité 2017 ; celle-ci sera probablement encore très présente en 2018... En 2017, pour la première fois, les ciseaux moléculaires du système CRISPR-Cas9 ont été filmés en train de couper un ADN. Cette technique d'édition génomique, qui permet de modifier facilement des génomes, a été utilisée à de très nombreuses reprises cette année. Citons en particulier des travaux qui ont cherché à supprimer une mutation responsable d'une maladie cardiaque grave chez des embryons humains. Le débat sur les risques liés à l'utilisation de CRISPR chez l'Homme est toujours très présent et risque bien de se poursuivre en 2018.

2. L'utérus artificiel, pour aider les grands prématurés

Une avancée majeure a été réalisée en 2017 pour aller vers la mise au point d'un utérus artificiel afin de permettre le développement des grands prématurés : six agneaux sont nés en ayant grandi dans une sorte de poche (ou biobag) ; ils baignaient dans un fluide mimant le liquide amniotique. Un circuit alimentait les agneaux en nutriments et oxygène par leur cordon ombilical.

Le même agneau placé dans l’utérus artificiel depuis 4 jours (à gauche) et 24 jours plus tard (à droite). © Partridge et al., Nature Communications

3. Les poumons produisent des cellules sanguines

Une étude menée chez la souris a montré que les poumons sont le lieu de production de cellules sanguines, les plaquettes, servant à la coagulation du sang. La moelle osseuse ne serait donc pas le seul site de production de ces cellules. La majorité des plaquettes proviendraient même des poumons ! Des résultats qui devront être confirmés chez l'Homme.

4. Le succès de la phagothérapie

En 2017, à Lyon, deux patients ont été traités avec succès par phagothérapie dans le cadre d'un essai clinique mené à l'hôpital de la Croix-Rousse. Cette méthode consiste à utiliser des virus parasites de bactéries, les bactériophages, pour lutter contre des infections bactériennes. C'est un espoir pour de nombreux patients en impasse thérapeutique qui souffrent d'infections multirésistantes aux antibiotiques. Actuellement interdite en France, pays où elle est pourtant née avec Félix d'Hérelle, la phagothérapie se pratique dans certains pays, en particulier la Géorgie.

5. Le prix Nobel de médecine pour l'horloge biologique

Si cette année encore on peut regretter des prix Nobel très masculins et très américains, le choix de l'horloge biologique paraît tout à fait justifié. En effet, les travaux ayant mis en évidence les mécanismes de l'horloge biologique chez les êtres vivants ont ouvert des pistes de recherche en santé et en médecine. Car l'horloge interne contrôle de nombreux paramètres physiologiques, comme le sommeil, les prises alimentaires ou la production d'hormones. Pour 2018, je formule le vœu d'une promotion des Nobel plus féminine...

Bonne année et bonne santé 2018 à tous !

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Des bactériophages pour contrer les bactéries résistantes aux antibiotiques  Les antibiotiques sont de moins en moins efficaces car les bactéries sont de plus en plus résistantes. L’Institut Pasteur travaille donc au quotidien sur des solutions dont l'une utilise les bactériophages, des virus n'infectant que les bactéries. Laurent Debarbieux, responsable du groupe Interactions bactériophages-bactéries chez l’animal, nous en parle plus en détail durant cette interview.