Deux patients qui souffraient d'infections ostéo-articulaires ont été guéris grâce à des virus mangeurs de bactéries : les bactériophages. Cette avancée majeure a été obtenue aux Hospices civils de Lyon (HCL) grâce à des virus préparés par la société Pherecydes Pharma.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Des bactériophages pour contrer les bactéries résistantes aux antibiotiques Les antibiotiques sont de moins en moins efficaces car les bactéries sont de plus en plus résinull

Les bactériophagesbactériophages, ou phages, sont des virusvirus qui s'attaquent à des bactériesbactéries. Présents en grandes quantités dans les eaux usées, les phages ont été mis en évidence il y a un siècle par Frederick Twort, en 1915, et Félix d’Hérelle, en 1917. Malgré son potentiel pour soigner des infections bactériennes, la phagothérapiephagothérapie (à savoir, une thérapiethérapie à base de bactériophages) a été délaissée au profit des antibiotiques. Mais certains pays l'ont conservée, comme la Géorgie, où certains patients français vont se faire soigner.

À l'heure où les bactéries multirésistantes posent de plus en plus de problèmes de santé publique, la phagothérapie apparaît comme une piste de traitement intéressante. Des résultats encourageants viennent d'être obtenus à Lyon, chez deux patients qui ne pouvaient pas cicatriser à cause d'infections ostéo-articulaires résistantes. Un patient avait une bactérie Pseudomonas aeruginosa multirésistante et l'autre un staphylocoque doréstaphylocoque doré.

Des patients en impasse thérapeutique guéris par des bactériophages

Pherecydes Pharma, une entreprise de biotechnologiebiotechnologie française, a sélectionné les virus les plus appropriés en les testant sur les bactéries des patients, afin de créer un traitement sur mesure. Les phages ont ensuite été appliqués sur le site de l'infection, à l'hôpital de la Croix-Rousse de Lyon. Les plaies ont cicatrisé. Ce traitement ne dispose pas d'AMM (autorisation de mise sur le marché) en France, mais Pherecydes Pharma a obtenu une ATU (autorisation temporaire d'utilisation) pour traiter ces deux patients à titre compassionnel.

Dans un communiqué, Tristan Ferry, médecin à l'hôpital de la Croix-Rousse a expliqué : « Nous sommes impatients d'explorer la piste thérapeutique prometteuse des bactériophages pour lutter contre l'antibiorésistance. [Celle-ci] pourrait augmenter significativement les guérisonsguérisons dans les infections ostéo-articulaires ».