Le moustique Culex pipiens peut transmettre le virus Usutu. © JCG, Fotolia

Santé

Moustique : un premier cas de virus Usutu transmis en France

ActualitéClassé sous :médecine , Usutu , virus

En 2016, un homme de 39 ans, infecté par le virus Usutu, a été hospitalisé trois jours à Montpellier pour une paralysie du visage, provisoire. Aujourd'hui, ce virus se multiplie chez des oiseaux et se transmet par des moustiques.

Les moustiques présents sur le territoire français peuvent transmettre la dengue ou le chikungunya... mais aussi le virus Usutu. Cet arbovirus du genre Flavivirus appartient à la même famille que le Zika, la dengue, la fièvre jaune ou le virus du Nil occidental. Le nom du virus Usutu vient de la rivière éponyme située au Swaziland (aujourd'hui eSwatini), région dans laquelle il a été détecté pour la première fois en 1959. Le premier cas d'infection humaine a été rapporté dans les années 1980 en République centrafricaine et le deuxième au Burkina Faso en 2004. Ces premiers patients n'ont eu que des symptômes peu graves : éruption cutanée, légère atteinte au foie.

Le moustique est un vecteur du virus Usutu et l'oiseau un réservoir. Des oiseaux passériformes comme les merles ou les pies, sont des hôtes chez lesquels le virus peut se multiplier. Il peut se transmettre à l'Homme par la piqûre d'un moustique du genre Culex, courant en France. L'Homme est un hôte accidentel.

Le virus Usutu a été détecté chez différentes espèces d'oiseaux, les oiseaux migrateurs ayant pu jouer un rôle dans son arrivée en Europe. Le virus a été signalé pour la première fois en 2001 en Europe (en Autriche, sur des merles morts), puis dans d'autres pays. D'après l'Anses, le virus qui a été détecté chez des merles noirs circule en France depuis 2015.

Les merles noirs, Turdus merula, sont particulièrement sensibles au virus et présentent la mortalité la plus élevée. Les oiseaux infectés souffrent de troubles nerveux : désorientation, prostration, problèmes moteurs... Les oiseaux morts ont souvent une inflammation du foie et de la rate. Pendant l'été 2016, une épizootie d'Usutu a touché des oiseaux européens en Allemagne, en Belgique, en France et aux Pays-Bas.

La Camargue, avec ses zones humides, ses oiseaux et ses moustiques, est une zone propice pour la transmission de virus. © felix_brönnimann, Fotolia

Une infection souvent bénigne mais avec parfois des complications

Le virus circule en Camargue via des moustiques de l'espèce Culex pipiens. La Camargue, riche en zones humides qui abritent de nombreuses espèces d'oiseaux et des populations variées de moustiques, apparaît comme un environnement favorable pour la transmission du virus à l'Homme. C'est pourquoi des biologistes ont voulu savoir si des personnes ont été infectées par le virus dans cette région.

Des chercheurs du CHU et de l'université de Montpellier ont analysé 666 échantillons de liquide céphalorachidien provenant de patients hospitalisés à Nîmes et à Montpellier entre mai et novembre 2016, une période propice aux piqûres de moustiques. Le virus Usutu a été détecté dans un seul des prélèvements, celui d'un patient hospitalisé au CHU de Montpellier en novembre 2016.

Cet homme de 39 ans avait eu une paralysie faciale soudaine, touchant la moitié du visage, avec une paupière tombante. Hospitalisé trois jours en neurologie, il a été soigné avec des corticoïdes, un antiviral (valaciclovir) et des gouttes dans les yeux pour éviter une kératite. Ses symptômes de paralysie faciale ont disparu en quelques semaines sans laisser de séquelles. Ce cas atypique est détaillé dans un article paru dans la revue Infectious Emerging Diseases.

Pour Yannick Simonin, chercheur à l'université de Montpellier, qui décrit cette recherche dans The Conversation, le patient français a probablement été infecté par un moustique qui avait auparavant piqué un oiseau. En Europe, il y a eu 28 cas d'infection aiguë impliquant le virus Usutu, la majorité en Italie. D'après Yannick Simonin, « plus de 70 personnes présentant des anticorps contre ce virus ont été répertoriées, démontrant que ces individus ont été exposés au pathogène ». La plupart du temps, l'infection serait bénigne mais une quinzaine de cas comportaient des complications neurologiques, avec par exemple des inflammations de l'encéphale et des méninges.

  • En 2016, un homme de 39 ans a été hospitalisé trois jours à Montpellier pour une paralysie de la moitié du visage.
  • Ses analyses ont montré qu’il avait été infecté par le virus Usutu.
  • Ce virus présent chez des oiseaux, comme les merles, se transmet par une piqûre de moustique du genre Culex.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !


Profitez d'une promotion ou code promo Powersanté pour bénéficier d'une réduction !

Cela vous intéressera aussi

Le moustique, le tueur le plus dangereux du monde  Ce reportage de Discovery Channel, Mosquito, la menace du siècle, nous met devant les yeux une des pires causes de mortalité dans le monde, le paludisme, qui touche plus de 200 millions de Terriens. Mosquito, c'est le moustique. Plus précisément l'anophèle. Pour tout savoir de ce fléau, que l'on sait combattre mais pas détruire, regardez le reportage complet, diffusé début juillet et disponible en replay sur les bouquets SFR.