Santé

Journée mondiale du SIDA - Trithérapies en Afrique : les enfants aussi

ActualitéClassé sous :médecine , SIDA , VIH

-

La Côte d'Ivoire, avec 690 000 adultes et 80 000 enfants de moins de 15 ans infectés par le VIH, est le pays d'Afrique de l'Ouest le plus touché par l'épidémie de sida. Le taux de mortalité parmi ces enfants s'avère particulièrement élevé en l'absence de traitement. Or, l'efficacité des trithérapies antirétrovirales, reconnue pour le traitement des adultes des pays en développement, n'avait jusqu'alors jamais été évaluée chez les plus jeunes. Des chercheurs de l'IRD et leurs partenaires ivoiriens viennent de montrer, à travers l'étude d'une cohorte d'enfants réalisée avec le soutien de l'ANRS à Abidjan, en Côte d'Ivoire, que ces trithérapies s'avèrent efficaces et bien acceptées par les enfants, même très immunodéprimés.

(© www.partoacuatico.com)

La Côte d'Ivoire est le pays d'Afrique de l'Ouest où la prévalence de l'infection par le VIH est la plus élevée. Jusqu'à 690 000 adultes et 80 000 enfants de moins de 15 ans y seraient infectés par le virus, avec un taux de mortalité infantile très élevé en l'absence de traitement.

Les trithérapies antirétrovirales, pourtant reconnues aujourd'hui comme des traitements efficaces et applicables aux adultes des pays en développement, restent peu accessibles aux populations des pays africains et en particulier aux enfants, du fait de l'irrégularité des approvisionnements en médicaments antirétroviraux et du coût élevé des traitements. Jusqu'alors, aucune évaluation de l'efficacité et de la faisabilité des trithérapies antirétrovirales chez les enfants n'avait été réalisée en Afrique subsaharienne.

Des chercheurs de l'IRD, à la faveur d'un programme soutenu par l'Agence nationale de recherches sur le Sida et en collaboration notamment avec le service de pédiatrie du centre hospitalier universitaire de Yopougon, dans la région d'Abidjan, en Côte d'Ivoire, viennent de montrer qu'il est possible de traiter avec succès les plus jeunes avec de telles trithérapies antirétrovirales.

Entre octobre 2000 et septembre 2002, ils ont ainsi suivi et prescrit des antirétroviraux aux enfants d'une cohorte ouverte observationnelle. Ces enfants, âgés de 18 mois à 18 ans et infectés par le virus, présentaient une proportion de lymphocytes T CD4 inférieure à 15 %, reconnue comme un signe d'immunodépression. 78 jeunes ont ainsi été traités quotidiennement et gratuitement avec deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse, associés soit à un inhibiteur non-nucléosidique de cette enzyme (efavirenz), soit à un inhibiteur de la protéase (nelfinavir), dans des doses adaptées à leur poids. D'autres enfants de la région d'Abidjan, infectés par le VIH et pouvant nécessiter un traitement antirétroviral ont été progressivement inclus dans l'étude. Au total, 250 enfants malades ont été pris en charge en deux ans, dont plus de la moitié ont été placés sous antirétroviraux.

Un bilan clinique et psychologique complet a été établi pour chacun des enfants suivis, aucun d'entre eux n'ayant reçu d'antirétroviraux avant leur entrée dans l'étude. Des bilans réguliers ont permis de mesurer la charge virale, le taux de lymphocytes T CD4 circulants et de traiter systématiquement les éventuelles maladies opportunistes (pneumocystose, tuberculose, mycobactérioses atypiques).

Au terme de deux ans de cure, la présence du virus est devenue indétectable (charge virale inférieure à 250 copies d'ARN viral/ml de sang) pour près de la moitié des 78 enfants pris en compte dans l'analyse. De plus, alors qu'aucun écart majeur n'est observé dans l'évolution de la maladie entre les différentes tranches d'âge, la mise sous traitement des enfants a permis de diviser par trois la fréquence d'apparition de pneumonies ou de diarrhées aiguës, principalement chez les plus jeunes (âgés de 18 mois à 6 ans et demi), qui sont aussi les plus exposés à de tels troubles. Ces résultats, qui mettent en évidence l'efficacité des trithérapies antirétrovirales chez les enfants infectés par le VIH, confirment également leur bonne observance du traitement. Cette dernière, évaluée à partir du témoignage de ces enfants et de leurs parents, se révèle en effet conforme à celle obtenue lors du traitement par trithérapies d'enfants des pays du Nord et ce, malgré le manque de formes médicamenteuses pédiatriques en Côte d'Ivoire et les ruptures d'approvisionnement en antirétroviraux.

À travers la cohorte étudiée, ces traitements seraient donc applicables avec succès chez les enfants de pays en développement. Cependant, 9 enfants parmi les 78 sous trithérapie sont décédés au cours de l'étude, dont 8 présentaient un taux de CD4 particulièrement faible (inférieur à 4 %). Les chances de survie des enfants dont le pourcentage de CD4 était supérieur à 5 % au commencement de l'étude ont également été évaluées à 98 % contre 73 % pour les enfants très immunodéprimés présentant initialement des valeurs inférieures à ce seuil. Cette grande différence de chances de survie démontre la nécessité de diagnostiquer et de prendre ces enfants en charge plus tôt dans l'évolution de la maladie, avant qu'ils n'aient une proportion de CD4 trop faible, ce qui est rarement le cas dans la plupart des pays d'Afrique.

La poursuite à plus long terme du travail de suivi entrepris avec les jeunes ivoiriens sous trithérapie devrait permettre de confirmer la bonne observance de ces traitements, mais également d'évaluer les éventuelles résistances médicamenteuses et de comparer les deux types de trithérapie appliqués en fonction de l'âge des enfants ou de leur état immunitaire. Cependant, une plus grande régularité d'approvisionnement en antirétroviraux par le circuit officiel de délivrance de ces médicaments contribuerait également à accroître leur succès et à en améliorer l'observance.

Cela vous intéressera aussi