Le régime nordique améliorerait la santé du système cardiovasculaire. Il est notamment basé sur la consommation de poissons gras et de baies comme les myrtilles. © Vladislav Nosik, Fotolia

Santé

La myrtille, une alliée contre l'hypertension

ActualitéClassé sous :fruit , myrtilles , tension artérielle

Ce dimanche 14 mai a lieu la journée mondiale de l'hypertension artérielle. Ce problème majeur de santé publique favorise les infarctus et les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Pourtant des mesures de prévention peuvent réduire l'hypertension artérielle : l'arrêt de la cigarette, le sport et une alimentation adaptée. En 2015, une étude de l'université d'État de Floride a montré que la consommation quotidienne de myrtilles pouvait réduire la tension artérielle. Explications.

Article de Relaxnews paru le 13/01/2015

« À notre connaissance, c'est la première étude qui évalue les effets des myrtilles sur les fonctions artérielles [...] et sur la population étudiée, a commenté Bahram H. Arjmandi de la Florida State University (FSU) au sujet d'une étude parue dans le Journal of the Academy of Nutrition and DieteticsCes résultats montrent que les myrtilles peuvent éviter la progression d'une hypertension généralisée. »

L'étude a fait appel à des femmes ménopausées car elles affichent une plus grande incidence de tension artérielle élevée que les hommes. Les 48 participantes ont aussi été choisies parce qu'elles affichaient un début d'hypertension. L'équipe de chercheurs a partagé le panel en deux groupes, le premier recevait chaque jour 22 g de poudre de myrtilles congelées (l'équivalent d'une tasse de myrtilles fraîches) et 22 g de poudre placebo.

En France, plus de 10 % de la population serait concernée par l’hypertension artérielle. © www.volganet.ru, Wikimedia, CC by-sa 3.0

Les myrtilles, un élément du régime nordique

Après huit semaines d'études, le groupe ayant consommé les myrtilles voyait sa pression artérielle systolique (la pression artérielle maximale) abaissée de 5,1 % et sa pression diastolique (la pression minimale) baisser de 6,3 %.

Les chercheurs ont par ailleurs mesuré la rigidité artérielle en recourant à une technologie non invasive de mesure de la vitesse des ondes pulsatiles. Le groupe ayant mangé des myrtilles enregistrait des améliorations de leur rigidité artérielle. Les scientifiques attribuent ces progrès à l'augmentation d'oxyde nitrique (aussi appelé monoxyde d'azote) dans le sang, passé de 9,11 à 15,35 micromoles par litre en huit semaines. Le groupe qui a reçu le traitement placebo n'a quant à lui pas enregistré de baisse de sa tension et a gardé le même niveau de monoxyde d'azote dans le sang.

Une étude finlandaise récemment publiée avait conclu que les myrtilles sauvages pouvaient neutraliser une alimentation riche en graisses grâce à la forte concentration de polyphénols contenus dans ce fruit.