Les repères avant la brachioplastie. © Andriano-cz, Adobe Stock

Santé

Brachioplastie : pourquoi opter pour une opération des membres supérieurs ?

ActualitéClassé sous :Corps humain , Chirurgie esthétique , bras

-

La demande d'opérations esthétiques au niveau des bras et des mains ne cesse de croître. Cela est dû sans doute au fait que porter les bras nus est devenu très commun dès que la chaleur et les vacances arrivent. La constatation par des personnes inquiètes de voir leurs bras devenus flasques, ou qu'il existe une sorte de « saucisse de graisse » à l'arrière de leurs bras, entraîne une grande morosité pouvant générer un complexe psychologique dévastateur.

Il peut y avoir entre autres les séquelles d'amaigrissement volontaire ou après chirurgie bariatrique qui sont susceptibles, dans 30 % des cas environ, de provoquer des anomalies des bras et du torse. Il se produit des excédents de peau qui deviennent gênants esthétiquement et fonctionnellement ; ceci explique que, dans certains cas, la Sécurité sociale puisse prendre en charge ces opérations après une demande de la procédure d'entente préalable. Cette prise en charge peut toutefois n'être que partielle lorsque se surajoute une demande esthétique, ou bien parce que le chirurgien est conventionné en secteur 2, c'est-à-dire qu'il a un droit légal au dépassement d'honoraires.

Enfin, le vieillissement des mains se marque dans certains cas par un creusement entre les tendons du dos de la main, avec une peau mince et fragile qui laisse exagérément apparaître les tendons, soulignant le caractère atrophique des tissus.

Avant et après une brachioplastie. © Alessandro Grandini, Adobe Stock

Comment se manifeste l'insatisfaction des patients ?

Les patients peuvent être mécontents de l'apparence de leurs bras pour des raisons variées et plus ou moins apparentes, en tout cas vécues comme insupportables même si les déformations demeurent modérées.

On peut caractériser ces déformations en plusieurs grades :

  • une peau flasque limitée à l'intérieur des bras, de façon relativement modérée : une remise en tension est possible au prix d'un geste chirurgical peu invasif, le lifting brachial intra-axillaire, mais qui ne donne pas toujours une grande satisfaction car il ne corrige pas l'excédent cutané circulaire des bras ;
  • un très grand excédent de peau de l'ensemble du bras, parfois même de l'avant-bras, donnant aux membres supérieurs un aspect en aile de chauve-souris. Seule, une grande brachioplastie en T sera efficace ;
  • une trop grande épaisseur de la graisse de la partie postéro-externe des bras : une liposuccion est indiquée ;
  • l'existence de grands excédents de peau aussi bien à l'intérieur du bras, mais qui se prolongent aussi au niveau de la paroi latérale du thorax : des incisions thoraciques latérales devront être employées.
À gauche, dessin de la brachioplastie du bras en T et, à droite, cicatrice finale en T. © Dr Mitz, tous droits réservés

Ces  différents aspects rencontrés au niveau des bras motivent une consultation sérieuse auprès d'un chirurgien plastique réparateur et esthétique. Après l'écoute de la demande du patient, l'explication des possibilités chirurgicales représente une information essentielle que chaque patient doit bien comprendre, avec l'aide d'une information écrite et de schémas explicatifs.

Le caractère financier d'une opération éventuellement envisagée se concrétise par un devis complet et la signature d'un consentement mutuel après acceptation de l'information sur les défauts de cicatrisation éventuels, heureusement relativement rares et gérables par de simples pansements, ou exceptionnellement par une reprise opératoire.

Des déformations importantes des bras et du torse, conséquence d'un amaigrissement massif

On doit isoler ce problème particulier qui représente environ 30 % des patients opérés d'une opération bariatrique. L'amaigrissement, avec 40 à 100 kg des excédents cutanés, est tellement important qu'il a fallu imaginer des dessins spéciaux pour enlever l'excédent de peau, avec des cicatrices qui peuvent aller du poignet jusqu'à la partie latérale du thorax. Il s'agit alors d'opérations importantes, qui ne peuvent être pratiquées en ambulatoire, une hospitalisation d'une nuit au moins sera nécessaire. 

Les suites seront, bien sûr, plus importantes, avec le risque de petites suppurations ou de petites désunions au niveau des sutures, un gonflement d'origine lymphatique peut également survenir avec, parfois, des écoulements vers le 18e jour, mais avec des soins appropriés, ces petits inconvénients disparaissent progressivement jusqu'à la guérison complète qui peut prendre environ deux mois.

Les altérations au niveau de la main ne sont pas à négliger

Notre précieux organe de préhension qu'est la main vieillit aussi, parfois selon des caractères génétiques et donc familiaux. La peau dorsale de la main s'affine, laissant apparaître les veines et les tendons, des taches brunes couvrant le dos de la main. Cette apparence devient d'autant plus dévalorisante que certaines patientes se sont fait pratiquer un lifting cervico-facial ou un rafraîchissement du visage, l'aspect de la main trahit alors l'âge véritable que l'on voudrait dissimuler. La meilleure solution est d'ailleurs dans ce cas de pratiquer un lipofilling du dos de la main, et d'associer un effacement  des taches par des applications d'azote liquide.

Quelles sont les différentes techniques opératoires utilisables lors d'une brachioplastie ?

Le principe des techniques chirurgicales de résection cutanée en matière de brachioplastie est d'associer : des cicatrices qui seront les plus dissimulées possible dans l'ombre du bras des aisselles et du torse ; de réaliser des cicatrices les plus fines possible ; enfin, d'envisager des suites opératoires simplifiées, pour donner à cette opération un caractère facile à supporter comme, par exemple, en n'utilisant que des fils résorbables, pour éviter l'inquiétude de l'ablation des fils ou des agrafes.

On peut ainsi séparer plusieurs opérations chirurgicales en allant de la moins importante à la plus importante :

  • la liposuccion du bourrelet graisseux postéro-interne : une liposuccion suffira pour donner un bon résultat volumétrique, la peau a la capacité de se rétracter de 20 % environ ;
  • la brachioplastie axillaire : elle consiste à enlever de la peau uniquement à l'intérieur de l'aisselle, avec une résection cutanée en forme de chapeau de Napoléon ;
  • la brachioplastie en T : elle associe à l'excision de peau dans l'aisselle un autre fuseau de peau le long de l'intérieur du bras ;
  • les brachioplasties élargies au torse ou à l'avant-bras.

Liposuccion du bourrelet graisseux. © Vital, Adobe Stock

Quels sont les soins utiles en postopératoire après brachioplastie ?

  • J + 1 : l'opération est un peu plus douloureuse, un traitement antidouleur est pratiqué si nécessaire et le pansement est renforcé s'il y a des petits suintements ou une petite  hémorragie.
  • J + 7 : les pansements sont changés de façon systématique, la plaie opératoire est désinfectée et contrôlée pour voir si tout va bien. Il y a quelques difficultés à bouger le bras et à le soulever au-dessus de l'épaule.
  • J + 21 : les fils commencent à se résorber, des pommades cicatrisantes sont appliquées, il n'y a plus de pansement sauf nécessité absolue.
  • J + 60 : les cicatrices sont rouges, elles tirent un peu, la mobilité du bras est revenue.
  • Un an après : les cicatrices sont fines, vaguement perceptibles, si elles se sont élargies ou de mauvaise qualité, une retouche chirurgicale sera discutée.

Quelles sont les indications du lipofilling associées aux résections ?

L'intérêt du lipofilling est de matelasser la couche dermique de la peau, surtout si elle est abîmée et affinée avec des fibres élastiques distendues et crevassées. On rajoute ainsi une couche cellulaire avec des adipocytes de calibre d'environ 2 mm de diamètre, par des injections traçantes de graisse qui a été prélevée sur le patient. Parmi les cellules transplantées, il se trouve des cellules souches qui ont la capacité de régénérer et d'améliorer l'aspect de la couverture cutanée, de l'égaliser. Un lipofilling réparateur peut être effectué soit au cours de la brachioplastie en plaçant la graisse sous la peau extérieure de l'avant-bras, soit en l'associant par injection au niveau du décolleté ou du dos de la main, si la peau est fripée dans ces localisations.

Y a-t-il des complications lors d'une plastie des bras ?

Les complications des brachioplasties peuvent être très diverses mais, heureusement, elles sont rares.

  • Une insuffisance de résection cutanée, par exemple, un lifting intra-axillaire pur qui n'a pas permis d'enlever l'excédent de peau au niveau de l'intérieur du bras, rendant la patiente insatisfaite : un complément de résection est donc à envisager.
  • Une mauvaise cicatrisation : elle sera traitée par des soins locaux, mais qui peut aboutir à une cicatrice trop large au goût du patient ou de la patiente.
  • Un rejet de fil en profondeur donnant de petit abcès.
  • Une asymétrie gauche-droite qui mécontente.
  • Un gonflement lymphatique persistant, avec parfois lymphorrhée qui suinte pendant plusieurs semaines nécessitant de porter un pansement absorbant.
  • Une infection à point de départ local qui peut entraîner une lymphangite à traiter d'urgence par antibiothérapie ajustée.

Que faire lorsqu'une brachioplastie n'est pas réussie ?

On peut admettre qu'environ 2 à 5 % des personnes opérées d'une brachioplastie vont présenter une anomalie de cicatrisation, ou un petit défaut lié à la technique opératoire, à une insuffisance de résection, ou à une complication infectieuse inattendue. Il convient alors de pratiquer une retouche chirurgicale, celle-ci, en général peut se pratiquer en ambulatoire. Le problème qui se pose est celui des frais à assumer, car le patient rechigne à ouvrir son portefeuille à nouveau. Lorsqu'il s'agit d'une faute technique évidente, le chirurgien va assumer le coût de l'acte opératoire, mais il faudra défrayer la clinique et l'anesthésiste.

Quel avantage apporte la brachioplastie à votre silhouette ?

La demande en brachioplastie occupe une place très importante à la suite des opérations d'amaigrissement, qu'on appelle des opérations bariatriques. Elle concerne aussi de nombreux patients qui ont perdu volontairement une quinzaine de kilos, et qui présentent néanmoins la persistance d'une masse graisseuse postéro-interne du bras, ou un excédent cutané qui les gêne profondément. Ce n'est pas l'opération initiale qui est demandée le plus souvent : elle passe après l'opération du ventre, des seins, de la liposuccion complémentaire souvent nécessaire.

Certains patients demandent l'association de la brachioplastie avec d'autres gestes chirurgicaux, par exemple une correction associée au niveau de la poitrine, ou avec une cruroplastie. Ces opérations combinées sont fréquemment pratiquées, mais il faut savoir qu'une opération qui dure plus de quatre heures sous anesthésie générale augmente les risques de phlébite et d'embolie postopératoire, et expose également à davantage d'infections.

Il convient donc d'expliquer aux patients demandeurs quelle est la meilleure stratégie dans son cas, pour combiner les opérations d'une façon astucieuse, mais aussi en évitant de trop longues interventions.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !