Quelles différences existent-t-il entre les vaccins de Pfizer et Moderna ? © hedgehog94, Adobe Stock
Santé

Quelles sont les différences entre les vaccins Moderna et Pfizer ?

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Vaccin , Virus

[EN VIDÉO] Coronavirus : 5 questions pour un vaccin  Plus de 47 vaccins contre le coronavirus sont en cours d’essai clinique dans le monde. Certains ont déjà avancé des résultats préliminaires encourageants. Alors que peut-on espérer de ces futurs vaccins ? Vont-ils nous permettre de retrouver une vie normale ? Cinq questions pour y voir plus clair. 

Deux firmes pharmaceutiques américaines dominent la course aux vaccins contre la Covid-19 : Moderna et Pfizer. Les deux ont parié sur la technologie de l'ARN messager pour protéger les populations contre les formes symptomatiques de la maladie. Qu'est-ce qui différencie ces deux vaccins ?

La vaccination a débuté en France le 27 décembre dernier, comme partout en Europe. Pour le moment, seuls sont concernés les résidants des Ephad et les soignants âgés de plus de 50 ans. Selon le site CovidTracker, qui utilise les données du ministère des Solidarités et de la Santé pour suivre la couverture vaccinale en France, 516 personnes ont reçu la première dose du vaccin Pfizer-BioNTech au 1er janvier 2021.

Les autres firmes pharmaceutiques n'arrêtent pas pour autant la conception de leur propre formule vaccinale. L'Américain Moderna a publié les résultats concernant l'efficacité et la sûreté de son vaccin mRNA-1273 dans The New England Journal of Medicine le 30 décembre 2020. Pfizer avait fait de même le 10 décembre dernier.

Tout comme le vaccin BNT162b2, il est basé sur la technologie innovante des ARN messagers (ARNm). Sur le papier, ces deux vaccins se ressemblent beaucoup mais voyons en détail leurs points communs et leurs différences, selon les données publiées dans la littérature scientifique.

Le contenu de la seringue

Moderna et Pfizer ont opté pour la technologie à ARNm, une technologie récente mais néanmoins sûre, et qui permet de produire un grand nombre de doses à faible coût en peu de temps. Des rumeurs indiquent que l'ARNm peut entrer en contact avec le génome des cellules : c'est faux ! Tous les processus biologiques que subit l'ARNm après l'injection se déroulent dans le cytoplasme des cellules. L'ARN messager n'entre jamais en contact avec le noyau, et donc notre ADN.

Les deux firmes pharmaceutiques ont conçu un ARNm synthétique qui code pour la protéine S du coronavirus SARS-CoV-2. Elles ont chacune choisi leur propre technique pour concevoir cette molécule mais le résultat est le même : après traduction, les cellules exprimeront une protéine S stabilisée sous sa forme de préfusion. 

Pour que le coronavirus puisse entrer dans la cellule, il doit fusionner sa membrane avec celle de la cellule. Cette étape est rendue possible grâce à la protéine S. Mais pour cela, elle doit subir deux étapes de maturation qui changent sa structure. La protéine S « vaccinale » possède la même forme que la protéine S avant ces changements.

Les ARNm sont protégés dans des gouttelettes composées de lipides dont la taille est de l'ordre du nanomètre. Elles évitent la dégradation prématurée des ARN et améliorent leur pénétration dans les cellules.

Concrètement, lorsqu'une personne est vaccinée avec la formule de Pfizer, elle reçoit 30 µg d'ARNm dans 0,3 ml de solution saline. Pour la formule de Moderna, c'est 100 µg dans 0,5 ml de solution saline. La formule de Moderna (0,2 mg/ml) est donc deux fois plus concentrée que celle de Pfizer (0,1 mg/ml).

 ModernaPfizer
Composition du vaccin

ARNm codant pour la protéine S du coronavirus stabilisée sous sa forme de préfusion dans des gouttelettes lipidiques

ARNm codant pour la protéine S du coronavirus stabilisée sous sa forme de préfusion dans des gouttelettes lipidiques

Concentration du vaccin

100 µg dans 0,5 millilitre de solution saline

30 µg dans 0,3 millilitre de solution saline

Caractéristiques des essais cliniques

Moderna et Pfizer ont tous les deux testé leur formule sur plusieurs milliers de personnes dans plusieurs centres de test indépendants, uniquement aux États-Unis pour le premier, et aux États-Unis, au Brésil, en Argentine, en Afrique du Sud, en Allemagne et en Turquie pour le second.

Ce sont 30.420 personnes de dix-huit ans et plus qui ont été enrôlées dans l'essai clinique de Moderna, et 43.548 personnes de seize ans et plus pour Pfizer. Elles ont été assignées au hasard et en nombre égal (ratio 1:1) dans le groupe placebo ou le groupe vaccinal. Celles du groupe vaccinal ont reçu deux doses espacées de 28 jours selon le protocole Moderna et de 21 jours selon celui de Pfizer.

Les scientifiques aux commandes des essais cliniques pour chaque firme pharmaceutique ont consigné la survenue de cas de Covid-19 symptomatiques et sévères dans chaque groupe pour estimer l'efficacité de leur formule.

 ModernaPfizer
Nombre de participants

30.420 

43.548

Âge

18 ans et plus

16 ans et plus

Cas de Covid-19

185 cas dans le groupe placebo

11 cas  dans le groupe vaccin

162 cas dans le groupe placebo

18 cas dans le groupe vaccin

Cas de Covid-19 sévère

30 cas dans le groupe placebo

Aucun cas dans le groupe vaccin

10 cas dans le groupe placebo

1 cas dans le groupe vaccin

Mode d'injection

Calendrier

Injection dans le deltoïde par voie intramusculaire

Deux doses séparées de 28 jours 

Injection dans le deltoïde par voie intramusculaire

Deux doses séparées de 21 jours 

Efficacité et sécurité des deux vaccins contre la Covid-19

Avant d'en venir au sujet de l'efficacité, parlons d'abord des effets secondaires. Ils sont plus fréquents dans le groupe vaccinal, ce qui témoigne de la bonne stimulation du système immunitaire par ces vaccins. Tous les deux présentent un profil de sûreté similaire : une douleur localisée au site de l'injection concomitante à la vaccination, puis des effets secondaires systémiques classiques comme une fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires (myalgie) qui disparaissent en moyenne après deux ou trois jours.

Le point sur lequel les deux vaccins divergent le plus est l'efficacité. Le mRNA-1273 de Moderna présente une efficacité globale de 94,1 %, mais celle-ci diminue quand on considère les personnes de plus de 65 ans. Elle est alors seulement de 86,4 %. Du côté de Pfizer, l'efficacité globale de BNT162b2 est de 95 % et de 94,7 % pour les plus de 65 ans. Pour rappel, ces deux vaccins ont été mis au point pour limiter l'apparition des formes symptomatiques de la Covid-19. Par exemple, un vaccin efficace à 95 % signifie qu'il permet d'empêcher l'apparition de la maladie à 95 %.

 ModernaPfizer
Efficacité globale94,1 % (IC de 95 % : 89,3 à 96,8 %)95 % (IC de 95 % : 90,3 à 97,6 %)
Efficacité pour les ≥ 65 ans86,4 % (IC de 95 % : 61,4 à 95,2 %)94,7 % (IC de 95 % : 66,7 à 99,9 %)
Effets secondaires locaux les plus fréquentsDouleur au site d'injectionDouleur au site d'injection
Effets secondaires systémiques les plus fréquents

Fatigue

Maux de tête

Myalgie

Fatigue

Maux de tête

Myalgie

En conclusion, les deux vaccins se ressemblent mais la formule de Pfizer a une petite longueur d'avance, notamment grâce à son efficacité toujours importante chez les personnes de plus de 65 ans qui sont les plus à risque de développer des formes graves de la maladie. 

Mais le vaccin de Moderna nécessite une organisation logistique moins complexe, puisqu'il peut être conservé à - 20 °C pendant le transport, contre - 71 °C pour celui de Pfizer, avant d'être placé au frigo les jours précédents l'injection. La FDA a autorisé le vaccin de Moderna pour une utilisation d'urgence le 18 décembre 2020 ; de son côté, l'Agence européenne du Médicament devrait rendre son verdict concernant une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour l'Europe le 6 janvier prochain.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !