Le Molnupiravir permet de réduire drastiquement la sécrétion du coronavirus et sa propagation chez les furets. Le virus est indétectable 24 heures après le traitement.

Le Molnupiravir, ou MK-4482/EIDD-2801, est un analogue nucléosidique de la cytidinecytidine, une moléculemolécule dont la formule de base est similaire à un nucléosidenucléoside mais avec une modification qui ne la rend pas viable, l'N4-hydroxycytidine. Cette molécule induit des erreurs lors de la réplicationréplication du matériel génétiquegénétique du virusvirus par la transcriptase inversetranscriptase inverse, l'empêchant ainsi de former des virionsvirions infectieux. Il s'agit donc d'un antiviralantiviral à large spectrespectre potentiellement efficace sur tous les virus à génomegénome ARN.

Or, il n'avait jamais été testé sur le SARS-CoV-2. Pour cela, les scientifiques de l'université d'Atlanta ont choisi les furets comme modèle animal pour étudier l'effet du Molnupiravir sur la transmission du virus. Ils publient leur résultat dans Nature, selon ces derniers, le coronaviruscoronavirus est indétectable seulement 24 heures après le traitement.

Les scientifiques ont réalisé leurs tests de propagation sur des furets. © Eric Esselé, Adobe Stock
Les scientifiques ont réalisé leurs tests de propagation sur des furets. © Eric Esselé, Adobe Stock

Plus de coronavirus détectable en 24 heures

Le Molnupiravir a été administré aux animaux tous les jours sous la forme d'un comprimé, via leur nourriture, 12 heures après qu'ils ont été infectés par le SARS-CoV-2SARS-CoV-2. Les scientifiques ont alors observé que le traitement a significativement réduit l'excrétion du coronavirus dans les douze premières heures après l'administration. Les particules virales sont indétectables, mais l'ARN viral a été isolé, dans le neznez des animaux 24 heures après le traitement.

Si le médicament est administré durant le pic de sécrétionsécrétion, trois jours après l'inoculation du virus chez les furets, il faut attendre 36 heures pour observer un résultat similaire.

Pour étudier l'effet du Molnupiravir sur la propagation du coronavirus, un furet infecté a été mis en contact rapproché avec deux autres animaux sains pendant trois jours. La charge viralecharge virale des animaux a été mesurée le quatrième jour. Le furet infecté, puis traité au Molnupiravir, n'a pas transmis le coronavirus à ses colocataires. Leur charge virale était indétectable au quatrième jour.

Le Molnupiravir fait l'objet actuellement de deux essais cliniques assez avancés pour attester de ses bénéfices contre la Covid-19 et sa propagation. Ils sont financés par Ridgeback Biotherapeutics, une jeune entreprise qui se focalise sur les maladies orphelinesmaladies orphelines et infectieuses. Les résultats de ces essais cliniquesessais cliniques sont attendus pour février 2021.