Maintenir un air intérieur suffisamment humide limite le risque d’infection par un virus. © Sebastian, Adobe Stock
Maison

Humidificateur d’air : un moyen de lutte contre le coronavirus ?

Question/RéponseClassé sous :humidité , Coronavirus , humidificateur d'air
 

L'hiver, l'air intérieur est souvent très sec en raison du chauffage. Or, un air trop sec favorise la propagation de virus et diminue les défenses de notre organisme. Un humidificateur d'air peut-il résoudre le problème ?

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Le vapotage augmente les risque de contracter la Covid-19 chez les jeunes  Les jeunes se sentent épargnés par l'épidémie du coronavirus mais certains comportements augmentent leur risque de contracter la Covid-19. Cette vidéo explique que les jeunes vapoteurs et fumeurs ont jusqu'à 7 fois plus de chance d'attraper le coronavirus. 

L'hiver, nous passons plus de temps à l'intérieur de nos maisons. Ce confinement explique en grande partie pourquoi les épidémies virales comme la grippe se propagent plus facilement entre novembre et mars. Mais ce n'est ps la seule explication. L'air froid et sec est en effet plus propice au transport des virus, comme l'attestent de nombreuses études.

Des chercheurs de l'université de Gothenburg, en Suède, ont par exemple montré que l’éclosion de l’épidémie de grippe se manifeste environ une semaine après la première période de froid sec. Une autre étude a mis en relation le taux d'humidité dans l'air avec la dynamique de l'épidémie de Covid-19 dans plusieurs régions d'Australie, et calculé qu'une diminution de 1% du taux d'humidité est associée avec une augmentation d'environ 7% du nombre de nouveaux cas. Une baisse de 10% de l'humidité correspond ainsi à un risque de transmission deux fois plus élevé.

L’air froid et sec favorise la diffusion des virus par les aérosols. © Feodora, Adobe Stock

Air sec : un environnement favorable à la propagation des virus

Lorsqu'une personne parle, elle projette des gouttelettes d’eau. Ces gouttelettes sont lourdes et retombent au sol rapidement. C'est d'ailleurs pour éviter d'être en contact avec ces projections que le port du masque et une distance physique d'un mètre est recommandée. D'autres gouttelettes, émises lors de la respiration, sont elles plus légères et restent en suspension dans l'air pendant plusieurs minutes. Or, plus l'air est humide et plus l'eau adhère à ces particules, qui vont donc s'alourdir et retomber plus rapidement au sol. Quand l'air est sec, les gouttelettes sont plus légères : elles restent plus longtemps en suspension dans l'air et voyagent plus loin.

Air sec : un affaiblissement des défenses immunitaires

Pour ne rien arranger, l'air sec diminue aussi nos défenses naturelles. Notre nez secrète constamment du mucus, qui piège les virus et bactéries. Lorsque l'humidité diminue, la production de mucus est diminuée, ce qui laisse pénétrer plus facilement les virus dans la muqueuse nasale.

L’humidité idéale pour lutter contre les virus : entre 40% et 60%

«Le rôle de l'humidité est extrêmement important pour la propagation aérienne du Covid-19 dans les environnements intérieurs», attestent les auteurs d’une méta-étude ayant évalué 10 études internationales sur la question. Selon ses conclusions, le taux d'humidité optimal dans une pièce pour éviter la propagation des virus se situe entre 40% et 60%. Or, le chauffage ou une aération excessive de la maison (qui fait entrer l'air froid et sec) peut amener le taux d'humidité en-dessous de 30%. Les humidificateurs d'air, qui permettent de maintenir un taux d'humidité optimal, sont donc un moyen supplémentaire de lutter contre les infections virales en hiver ou dans des environnements secs.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !