Cela vous intéressera aussi

Le molnupiravir est un traitement antiviral à large spectrespectre développé par le laboratoire Merck, susceptible de réduire de moitié les décès et hospitalisations dans le cadre d'une infection à la Covid-19. Son autorisation de mise sur le marchéautorisation de mise sur le marché fait l'objet d'une demande auprès de la FDA depuis le début du mois d'octobre 2021. Des études récentes montrent qu'il bloque la réplicationréplication virale et devient de ce fait un candidat pour la diminution du risque de transmission de la Covid-19Covid-19.

Tromper le virus : les mécanismes d’action du molnupiravir

Le SARS-CoV-2 est un virusvirus à ARN comportant un très gros génome par rapport à d'autres virus de ce type (virus de l'hépatite Chépatite C). Pour sa multiplication, le virus a besoin d'une enzymeenzyme l'ARN polymérase qui participe à la synthèse de nouvelles moléculesmolécules d'ARNARN viral. Dans le cas du SARS-CoV-2, l'ARN polyméraseARN polymérase a évolué vers une vitessevitesse de synthèse 10 fois supérieure à celles rencontrées habituellement dans ce type de virus qui s'accompagne d'une perte de précision dans la transcriptiontranscription. C'est cette particularité, décrite comme le talon d'Achille du virus, qui a induit un nouveau concept d'antiviraux : tromper l'enzyme en lui faisant synthétiser un code génétique erroné, stoppant par là-même, la multiplication du virus.

Le molnupiravir est un analogue nucléosidique ayant pour cible thérapeutique la réplication du virus dont la structure est très similaire à la ribonuléoside cytidinecytidine normale.

Une substance activesubstance active contenue dans le molnupiravir, la β-D-N-hydroxycytidine (NHC) se substitue à la cytidine naturellement utilisée par l'ARN polymérase comme élément constitutif dans la synthèse d'ARN. Cette substitution engendre des erreurs de copie délétères à la réplication du virus.

Molécule de l'analogue nucléosidique : le molnupiravir. © Julius Senegal, Wikipedia Commons, Domaine public
Molécule de l'analogue nucléosidique : le molnupiravir. © Julius Senegal, Wikipedia Commons, Domaine public

Le molnupiravir : intérêts et limites

Ce médicament pouvant être administré par voie orale est un candidat intéressant pour le traitement et même la prévention de l'infection Covid-19. L'utilisation à domicile et l'efficacité de son action démontrée sur les essais cliniquesessais cliniques de phase III offrent des perspectives intéressantes dans le traitement des virus.

Reste cependant quelques controverses concernant l'effet mutagène induit par le molnupiravir. En effet, l'activité antivirale est corrélée avec le niveau de mutagenèse dans l'ARN du virus. Des études ont montré qu'il présentait aussi une activité mutationnelle pour l'hôte, en particulier, sur les cellules en division où la synthèse d'ADNADN est en cours. Les risques doivent donc être soigneusement évalués au moment de la mise en œuvre de la thérapiethérapie.