C’est la pollution atmosphérique qui donne aux murs leur aspect noirâtre. © MonikaP, Pixabay License

Planète

Pourquoi les murs des rues noircissent ?

Question/RéponseClassé sous :Pollution , mur , façade

Nous avons malheureusement tous eu l'occasion d'en être témoins. Dans les rues, les murs extérieurs des maisons et autres bâtiments ont tendance à noircir. Le résultat d'une pollution atmosphérique qui ne date pas d'hier.

Au fil des siècles, le développement de l'industrie et des transports urbains ainsi que le recours à des systèmes de chauffage pas toujours très écologiques ont été à l'origine de diverses pollutions atmosphériques. Des pollutions qui ont soit pris une forme gazeuse (SO2, NOx, CO2, etc.) soit la forme de particules (cendres, suies, etc.). Avec pour effet, dans les deux cas, de détériorer les matériaux utilisés pour construire maisons, immeubles et autres bâtiments.

Ainsi dans les villes, les murs des rues ont tendance à noircir. Du moins sur les zones abritées de la pluie sur lesquelles des suies et de faibles quantités de sulfates et de carbonates peuvent à loisir se déposer. Et lorsque ces zones ne sont pas lavées, la fine pellicule noire qui s'est formée peut se transformer en croûte épaisse, très sulfatée et riche en cendres. Il faut alors faire un ravalement de façade pour leur rendre la couleur des matériaux de construction.

La plupart des matériaux peuvent se recouvrir de suies noires, ainsi la pierre, le ciment, le béton, la brique ou même le bois. Mais seuls les matériaux composés de carbonates, comme le calcaire, peuvent se sulfater en profondeur. © Free-Photos, Pixabay License

Un phénomène qui ne date pas d’hier

Le noircissement vient donc du dépôt sur les murs des polluants atmosphériques urbains - notamment les suies - issus de la combustion. D'abord du charbon, au XIXe siècle en Europe, utilisé pour le chauffage individuel et par les industries, puis du pétrole au XXe siècle, en particulier avec les multiplications des voitures. Mais même avant la première Révolution industrielle, les villes souffraient de la pollution. Du bois était brûlé pour le chauffage et de l'huile et du suif pour l'éclairage. Dans les grandes villes, les monuments anciens noircis sont les preuves de cette pollution.

La limitation des rejets des voitures par l'évolution des réglementations sur la pollution atmosphérique et le développement de zones réservées aux transports en commun ou à la mobilité douce (marche, vélo) ont réduit ce phénomène. Ce qui limite aussi le nombre de ravalements de façade coûteux à effectuer.

Les lichens servent de bio-indicateur de la pollution de l’air dans les villes. Ils permettent de suivre l’amélioration de la qualité de l’air depuis que des mesures sont prises pour limiter les rejets de polluants. © Lairich Rig, CC by-sa

Notez par ailleurs qu'une pollution d'origine biologique peut aussi noircir les façades. Des micro-organismes de type bactéries, algues ou champignons peuvent en effet être véhiculés par l'air et se déposer sur les murs.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 1/5 : la pollution de l'air est omniprésente  Nous sommes en permanence confrontés à une menace invisible et insidieuse : la pollution atmosphérique. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris (Institut national de l'environnement industriel et des risques), nous en explique les causes et nous décrit les normes en matière de pollution de l’air.