La voiture électrique est-elle écologique ? Voilà une question à laquelle il n’est pas simple d'émettre une réponse. D’autant qu'elle dépend du pays où roule ladite voiture et de son mix électrique. © folienfeuer, Fotolia

Planète

La voiture électrique est-elle écologique ?

Question/RéponseClassé sous :Environnement , voiture électrique , écologie

En Europe, le secteur des transports est le principal responsable de la pollution urbaine. La voiture électrique semble représenter une bonne solution à ce problème de santé publique. Mais pour estimer sa véritable empreinte écologique, c'est l'ensemble de son cycle de vie qu'il faut passer au crible.

La voiture électrique est-elle vraiment écologique ? La question peut sembler simple. Mais elle ne l'est pas. Pour espérer y apporter une réponse, il faut examiner dans le détail les arguments des uns et des autres, à ce sujet.

Premier constat : la voiture électrique n'a pas de pot d’échappement. Elle se trouve donc dans l'incapacité technique d'émettre du CO2. La voiture électrique est donc une voiture écologique. Une voiture verte : CQFD ! À ceci près que la voiture électrique, par définition, roule à l'électricité. Et pour produire de l'électricité, on a parfois recours à des combustibles fossiles, comme c'est le cas en Chine qui produit encore près de 70 % de son électricité dans des centrales à charbon fortement émettrices de gaz à effet de serre. Notons, cependant, que le pays comptait en 2017 pour près de la moitié des ventes mondiales de voitures électriques neuves.

La plupart du temps donc, même si c'est de manière masquée et détournée, la voiture électrique émet bien du CO2 lorsqu'elle roule. En France, la production d'électricité est décarbonée mais repose largement sur les centrales nucléaires et génère donc des déchets dangereux, le terme générique d'écologique (rappelons qu'il se rapporte à tout ce qui respecte l'environnement), n'est peut-être pas non plus le plus approprié.

Toutes ces réserves étant posées, des chercheurs allemands ont récemment estimé qu'en Europe, la voiture électrique rivalise tout de même aujourd'hui -- en termes d'émissions de CO2/km -- avec la voiture thermique la plus efficace du marché. Et l'avantage de la voiture électrique ne cesse d'augmenter. Avec l'âge, car les systèmes antipollution qui équipent les voitures thermiques ont tendance à mal vieillir. Avec les années aussi : la part des énergies renouvelables dans les mix électriques va croissante, rendant la production d'électricité de moins en moins émettrice de CO2.

Près de la moitié des émissions de particules fines proviendrait de l’abrasion des roues, du revêtement routier ou des freins. Ainsi, les voitures électriques émettent aussi leur part de particules fines. Même si frein moteur et système de récupération d’énergie limitent les pertes. Selon l’Ademe, à partir de 50.000 km parcourus, une voiture électrique devient globalement moins polluante qu’une voiture thermique. © PublicDomainPictures, Pixabay, CC0 Creative Commons

Une batterie qui plombe le bilan écologique

Voilà pour ce qui concerne la phase de roulage de la vie d'une voiture électrique. Mais il existe un « avant ». Et aussi, un « après ».

N'oublions pas en effet que, pour évaluer la véritable empreinte écologique de la voiture électrique, il faut s'intéresser à son cycle de vie dans sa globalité. En la matière, les batteries lithium-ion embarquées dans ces véhicules réputés verts semblent coûter cher à l'environnement. D'abord parce que les métaux rares qui la composent sont extraits dans des pays qui font encore trop peu de cas de nos considérations environnementales et sociétales. Ensuite, parce que les batteries lithium-ion sont aujourd'hui majoritairement produites dans des pays présentant des mix énergétiques peu vertueux.

Enfin, parce que le recyclage de ces batteries pose encore question. Même s'il semble techniquement envisageable, il reste économiquement peu intéressant. Du moins tant que le nombre de batteries concernées est relativement faible. Mais, dans les années à venir, avec l'essor du marché, la filière de recyclage devrait naturellement s'organiser.

En attendant, les constructeurs travaillent aussi à offrir une seconde vie à ces batteries. Une fois leurs performances passées sous le seuil acceptable pour l'automobile, elles peuvent en effet encore faire office de solution de stockage stationnaire des énergies renouvelables. C'est d'ores et déjà le cas à Amsterdam (Pays-Bas), au stade Johan Cruyff ArenA où plusieurs dizaines de batteries Nissan Leaf ont été reconverties en système de stockage d'électricité de secours alimenté par des panneaux solaires. Un moyen assurément, de rendre plus écologiques les voitures électriques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Armadillo-T, la voiture électrique pliante  Pour réduire le problème du stationnement dans les grandes villes, des ingénieurs coréens ont imaginé une nouvelle voiture pliante inspirée du tatou : Armadillo-T. De plus, elle n’est pas polluante… puisque 100 % électrique. © Kaist