• Études préliminaires
<br />Viaduc de Millau Pose du pylône P1 © René

Viaduc de Millau Pose du pylône P1 © René

Au début des études, quatre options furent envisagées : une option grand est, contournant Millau par l'est et qui nécessitait deux grands ponts sur le Tarn et la Dourbie, une option grand ouest plus longue de 12 km et nécessitant quatre viaducs, une option proche du tracé de la RN 9 et desservant bien Millau mais au prix de difficultés techniques et d'insertion urbaine, et une option médiane qui fut celle retenue par décision ministérielle du 28 Juin 1989.

Image du site Futura Sciences

Viaduc de MillauPylone P1 en cour d'haubanage © Michel Rabiller

L'option médiane comportait deux possibilités : la solution haute, celle qui a été retenue et une autre solution basse, consistant à construire un pont de 200 m pour franchir le Tarn, puis un viaduc de 2300 m prolongé par un tunnel côté Larzac. Après de longues études et des consultations locales, cette solution basse fut abandonnée notamment parce que le tunnel aurait traversé une nappe phréatiquenappe phréatique, et à cause de son coût, de l'impact sur l'urbanisation et de l'allongement de trajet qu'elle impliquait.

Image du site Futura Sciences
Viaduc de Millau. © Michel Rabiller

Après le choix du tracé et du viaduc haut, cinq équipes d'architectes et de bureaux d'études ont été mises en concurrence pour présenter une solution technique pour le viaduc.

  • Les constructeurs

Le maître d'ouvragemaître d'ouvrage de la constructionconstruction est la Compagnie Eiffage du Viaduc de Millau, titulaire de la concession.

Le consortium de construction comprend la société Eiffage TP pour la partie bétonbéton, la société Eiffel pour le tablier métallique (lointain clin d'oeil de l'histoire au viaduc de Garabit, pont ferroviaire en acieracier construit en 1884 par Gustave EiffelGustave Eiffel dans le Cantal voisin) et la société Enerpac pour le poussage hydraulique du tablier.

La maîtrise d'œuvre a été confié à la SETEC et en partie à l'ingénierie SNCF.

Le groupe Eiffage, résultant de la fusionfusion Fougerolles-SEA, est le troisième groupe français de travaux publics et le sixième en Europe. Face à Eiffage, trois autres consortiums étaient en compétition pour la concession :

  • le groupement mené par l'espagnol Dragados, avec Skanska (Suède) et BecBec (France) ;
  • le groupement Société du viaduc de Millau, comprenant les sociétés françaises ASF, Egis, GTM, Bouygues Travaux Publics, SGE, CDCCDC Projets, Tofinso et l'italienne Autostrade ;
  • le groupement mené par la Générale Routière, avec Via GTI (France) et Cintra, Nesco, Acciona et Ferrovail Agroman (Espagne).

Vous voulez en savoir plus :

Pour en savoir plus : Viaduc de Millau.

Merci au site Structurae pour la grande majorité des photos de ce dossier.

  • A noter

Bureau d'Etudes Greisch (BEG), situé dans le Parc scientifique du Sart Tilman à Liège (belgique) a proposé la solution métallique, moins coûteuse et plus légère que le béton, pour la structure du pont. BEG a également innové en mettant au point la méthode de construction du pont dite « technique de lançage » qui consiste à pousser le tablier - structure horizontale sur laquelle circuleront les véhicules - avec des machines hydrauliques jusqu'à sa position définitive sur les sept piliers du viaduc.