Planète

Les conséquences d'un El Niño à l'échelle du globe

Dossier - Le phénomène El Niño
DossierClassé sous :climatologie , Incontournables , océan

-

Quelquefois l'Océan Pacifique tropical et une grande fraction de l'atmosphère globale semblent obéir à une musique différente, modifiant les habitudes et perturbant d'innombrables espèces animales et végétales, et de millions d'êtres humains. Les scientifiques cherchent à comprendre ces rythmes, dont le plus marqué se nomme El Niño.

  
DossiersLe phénomène El Niño
 

Les à-coups du dialogue qui s'établit entre l'océan et l'atmosphère dans le Pacifique peuvent affecter par ondes de choc les conditions climatiques dans les régions les plus éloignées du globe. Ce message d'échelle planétaire est convoyé par des déplacements des régions de pluies tropicales, qui affectent ensuite les structures de vent sur toue la planète. On peut imaginer un courant par dessus de larges rochers. Ces rochers créent des trains d'onde, avec des creux et des crêtes, qui apparaissent à des positions fixes. Si l'un des rochers venait à changer de position ou de forme, l'allure du train d'onde serait modifiée et les creux et les crêtes apparaîtraient à des endroits différents (Figure 12).

Figure 12 Voici une vision plus détaillée de la façon dont El Niño réarrange les régions de pluie sur le Pacifique tropical. Les couleurs indiquent la répartition des températures de surface de la mer pour le mois froid de novembre 1988 et pour le mois chaud (El Niño) de novembre 1982, c'est à dire pour les mêmes mois que ceux de la figure 4. Le rouge correspond aux eaux les plus chaudes, et le bleu correspond aux régions les plus froides. Les zones de fortes pluies, telles qu'elles étaient vues par satellites, sont indiquées par des nuages. Les vents de surface à l'équateur sont indiquées par des flèches. On peut noter la suppression des précipitations tropicales là où les températures de surface de la mer sont inférieures à 27°C (couleurs bleutées).
 Figure 12 Voici une vision plus détaillée de la façon dont El Niño réarrange les régions de pluie sur le Pacifique tropical. Les couleurs indiquent la répartition des températures de surface de la mer pour le mois froid de novembre 1988 et pour le mois chaud (El Niño) de novembre 1982, c'est à dire pour les mêmes mois que ceux de la figure 4. Le rouge correspond aux eaux les plus chaudes, et le bleu correspond aux régions les plus froides. Les zones de fortes pluies, telles qu'elles étaient vues par satellites, sont indiquées par des nuages. Les vents de surface à l'équateur sont indiquées par des flèches. On peut noter la suppression des précipitations tropicales là où les températures de surface de la mer sont inférieures à 27°C (couleurs bleutées).

Cette animation est l'illustration tridimensionnelle de la figure 12 Animation de la figure 12

http://www.ifremer.fr/lpo/cours/elnino/images/cycle.gif

enso http://www.ifremer.fr/lpo/cours/elnino/images/enso.gif

Vision tridimensionnelle du comportement de l'océan pendant le passage d'une phase normale à une phase El Nino. Les couleurs représentent la température de l'eau chaude à l'ouest en phase "normale". Les variations d'épaisseur de la couche océanique montrent les variations du niveau de la mer. En conditions "normales" le niveau de la mer est plus élevé à l'Ouest (sur les côtes Indonésienne) qu' à l'Est. Toujours pendant la phase "normale" les eaux froides de subsurface (en bleu) sont proches de la surface de la mer dans la partie Est du bassin (côtes Américaines). Pendant la phase El Nino, les eaux chaudes se déplacent vers l'Est, le niveau de la mer diminue à l'Ouest et augmente à l'Est. Les eaux froides de subsurfaces à l'Est s'éloignent de la surface.

Vision trimensionnelle du comportement de l'Océan

Les nuages tropicaux porteurs de pluie déforment l'air qui les surplombe (8 à 16 km au dessus du niveau de la mer), comme des rochers affectent le cours d'un courant ou comme les îles modifient le profil de vent qui souffle sur elles (sur des milliers de km). Les ondes qui sont formées dans l'air au dessus de ces nuages vont déterminer les positions des moussons, et les routes des cyclones et ceintures des vents intenses qui les surplombent ("jet streams") séparant les régions chaudes et froides à la surface de la Terre. Pendant des années El Niño, quand la zone de pluie habituellement centrée sur l'Indonésie se déplace vers l'est vers le Pacifique central, les ondes présentes dans les couches hautes de l'atmosphère sont affectées, causant des anomalies climatiques sur de nombreuses régions du globe.

Les impacts de El Niño sur le climat aux latitudes tempérées sont les plus évidents pendant l'hiver. Par exemple, la plupart des hivers El Niño sont doux sur le canada occidental et sur des régions du nord-ouest des États-Unis, et pluvieux sur le sud des États-Unis (du Texas à la Floride). El Niño affecte également les climats tempérés durant les autres saisons. mais, même pendant l'hiver, El Niño n'est qu'un des nombreux facteurs qui influencent le climat des régions tempérées. Les années El Niño ne sont donc pas toujours marquées par des conditions aussi typiques que celles répertoriées dans les tropiques (Figure 13).

Figure 13 Les vents au niveau du jet-stream (petites flèches noires), 8 à 25 km au dessus du niveau de la mer, changent de parcours entre un hiver normal (en haut) et un hiver El Niño (en bas). Une dorsale de haute pression présente sur la côte ouest de l'Amérique du Nord pendant les hivers El Niño préserve des températures supérieures à la normale dans les régions dessinées en orange, et dirige les orages qui habituellement affectent les états de Washington et de l'Orégon plus vers le nord, au niveau de la côte de l'Alaska (flèche épaisse). Les conditions El Niño créent aussi un environnement favorable pour le développement d'orages dans le Golfe du Mexique, apportant des pluies intenses à presque tout le sud des États-Unis. Un phénomène analogue de renforcement des vents d'ouest se produit dans l'hémisphère sud pendant son hiver, apportant de fortes pluies à des régions du sud du Brésil, et du nord du Chili et de l'Argentine.
 Figure 13 Les vents au niveau du jet-stream (petites flèches noires), 8 à 25 km au dessus du niveau de la mer, changent de parcours entre un hiver normal (en haut) et un hiver El Niño (en bas). Une dorsale de haute pression présente sur la côte ouest de l'Amérique du Nord pendant les hivers El Niño préserve des températures supérieures à la normale dans les régions dessinées en orange, et dirige les orages qui habituellement affectent les états de Washington et de l'Orégon plus vers le nord, au niveau de la côte de l'Alaska (flèche épaisse). Les conditions El Niño créent aussi un environnement favorable pour le développement d'orages dans le Golfe du Mexique, apportant des pluies intenses à presque tout le sud des États-Unis. Un phénomène analogue de renforcement des vents d'ouest se produit dans l'hémisphère sud pendant son hiver, apportant de fortes pluies à des régions du sud du Brésil, et du nord du Chili et de l'Argentine.