Sciences

Révision de l'Echelle de Turin sur les risques d'impacts de géocroiseurs

ActualitéClassé sous :Univers , géocroiseurs , échelle de Turin

Des astronomes et Richard Binzel professeur du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont révisé l'Echelle de Turin servant à quantifier les risques posés par les impacts de géocroiseurs, tels les astéroïdes et autres comètes de façon à mieux communiquer sur les risques potentiels que présentent ces objets pour la Terre. Rappelons que cette échelle a été initiée par Richard Binzel et adoptée par l'Union Astronomique Internationale en juin 1999.

Collision d'un astéroïde avec la Terre

Cette révision s'explique par les controverses de l'interprétation qu'ont faites certains média des valeurs de l'échelle agaçant les astronomes et plongeant dans l'expectative certaines personnes guère familières de cette discipline scientifique.

Ce qui change, c'est le vocabulaire utilisé pour qualifier les risques que peut poser la trajectoire de l'un de ces objets. Ainsi, les valeurs de 2 à 4 qui mentionnaient des évènements qui méritent implication disparaît au profit d'évènements qui méritent l'attention des astronomes.

L'Echelle de Turin doit être considérée comme un instrument analogue à celui qui caractérise les ouragans terrestres. C'est-à-dire que l'évolution de l'ouragan est suivie chaque jour et de nouvelles prévisions sont communiquées quotidiennement.

Le niveau le plus élevé de l'échelle de Turin a été atteint le 4 décembre 2004 quand un astéroïde a été classé 4. Des mesures plus précises effectuées quelques jours plus tard classaient finalement l'astéroïde 0 sur l'Echelle. Il y a peu de chances que la Terre soit frappée par l'impact d'un astéroïde important. Le risque n'est pas nul mais plutôt improbable. La seule façon d'être sûr que nous ne courons aucun risque, est encore d'observer le ciel et de caractériser au mieux la population des astéroïdes du Système Solaire.

Echelle de Turin

L'Echelle de Turin a été initiée par Richard Binzel, qui travaille sur le projet depuis 10 ans maintenant. Elle tient compte de plusieurs facteurs : la taille et la vitesse de l'objet céleste, ainsi que sa trajectoire. Les valeurs vont de 0 à 10 sans utilisation des décimales. Cette "note" est attribuée avant chaque passage de l'objet céleste près de la terre.

L'échelle utilise une codification avec des couleurs différentes

Evènements sans conséquences 0Le risque de collision est nul ou bien en deçà de la chance d'avoir un objet aléatoire de la même taille qui va heurter la terre au cours de ces prochaines décennies. Cette catégorie est attribuée à tout objet qui, dans le cadre d'une collision éventuelle, n'a aucune chance d'atteindre la surface de la planète.

Evènements qui méritent attention 1
Les chances de collision sont extrêmement improbables. Les mesures et observations complémentaires déclasseront probablement l'objet, passant de 1 à 0.

Evènements qui méritent l'attention des astronomes 2
Collision très improbable, mais trajectoire proche de la Terre. Demande l'attention des astronomes mais il n'y a pas de raison de prévenir le public. Des observations ultérieures doivent permettre de requalifier le risque au niveau 0. A mesure que nos moyens d'observations se modernisent de nombreux astéroïdes devraient être découverts ces prochaines années et classés 2.

3Trajectoire rapprochée, 1% de possibilités de collision au maximum avec dégâts localisés. Des observations ultérieures doivent permettre de requalifier le risque au niveau 0. L'attention du public et des autorités est nécessaire, surtout si le risque de collision est inférieur à 10 ans.

4Trajectoire rapprochée, plus de 1% de possibilités de collision capable de dévastation régionale. Des observations ultérieures doivent permettre de requalifier le risque au niveau 0. L'attention du public et des autorités est nécessaire, surtout si le risque de collision est inférieur à 10 ans.

Evènements menaçants 5
Trajectoire rapprochée, menace considérable de collision entraînant la dévastation d'une région. Si la collision est prévue pour moins de 10 ans, des mesures gouvernementales doivent être envisagées. Des observations précises de l'objet sont requises.

6Trajectoire rapprochée, menace considérable de collision entraînant une destruction globale. Si la collision est prévue pour moins de 10 ans, des mesures gouvernementales doivent être envisagées. Des observations précises de l'objet sont requises.

7Trajectoire rapprochée, menace extrêmement considérable de collision entraînant une destruction globale. Pour un tel évènement prévisible à moins de 100 ans, des mesures internationales doivent être planifiées, et notamment l'impérieuse nécessité de déterminer rapidement et avec certitude si oui ou non la collision aura lieu.

Collisions certaines 8
Collision certaine et capable de provoquer une destruction localisée. Cet évènement se produit tous les 50 à 1000 ans en moyenne (le dernier en date est survenu en Sibérie au début du siècle dernier).

9Collision certaine avec destruction régionale. Cet évènement se produit en moyenne une fois tous les 10.000 à 100.000 ans.

10 Collision certaine entraînant une catastrophe climatique globale qui peut menacer la perduration de l'espèce humaine. Cet évènement se produit tous les 100 000 ans ou moins souvent.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi