Sciences

Astéroïde Apophis : la Russie prévoit une sonde pour protéger la Terre

ActualitéClassé sous :Astronautique , apophis , géocroiseurs

La Russie pourrait envoyer une sonde à destination de l'astéroïde Apophis, connu pour être l'objet le plus dangereux pour la Terre. C'est une des recommandations de l'Académie russe des sciences.

La Russie pourrait envoyer une sonde voler en formation avec l'astéroïde Apophis ou se mettre en orbite autour de lui. L'objectif serait d'étudier son histoire, sa nature, sa composition et déterminer avec exactitude les paramètres de son trajectoire. © Astrium

L'Académie des sciences russes vient de dévoiler une feuille de route ambitieuse qui s'étend sur plusieurs années. Guère échaudés par l'échec des deux dernières missions martiennes, Phobos-Grunt en 2011 et Mars 96 en 1996, les membres de cette académie souhaitent que la Russie prépare le retour de l'Homme sur la Lune par l'envoi, à partir de 2020, de missions robotiques de surface, précurseurs aux premières missions habitées. Toutefois, ce qui retient le plus l'attention est le lancement d'un satellite à destination d'Apophis, un astéroïde de près de 300 mètres de diamètre connu pour être l'objet le plus menaçant pour la Terre.

Apophis est un géocroiseur, c'est-à-dire que sa trajectoire autour du Soleil l'amène fréquemment à croiser celle de la Terre. Ses 300 mètres de diamètre, s'ils venaient à s'écraser sur la Terre, correspondraient à une explosion équivalente à 58.000 fois la bombe qui a rayé de la carte la ville d'Hiroshima en 1945.

Apophis : que risque-t-on avec ce géocroiseur ?

Depuis sa découverte en 2004, on sait qu'il passera très près de la Terre en avril 2029, puis reviendra nous voir en 2036 et 2068. On sait également qu'il ne nous percutera pas, pour l'instant. En effet, les chercheurs russes ne s'inquiètent pas de l'imminence d'une collision avec la Terre. Ils craignent plutôt que lors d'un de ses passages proches de la Terre, celle-ci (ou bien la Lune), par un effet gravitationnel, perturbe et modifie son orbite de telle sorte qu'il se retrouverait sur une trajectoire de collision avec notre planète lors de ses prochains passages.

Impacts de la comète Shoemaker-Levy 9 contre la surface de Jupiter. © HST Comet Science Team/Nasa

Un scénario, certes très peu probable, mais tout à fait plausible. En 1992, la comète Shoemaker-Levy 9 avait subi une forte attraction gravitationnelle lors de son passage près de Jupiter. Ce qu'il restait de la comète au passage suivant, en juillet 1994, s'était fracassé contre Jupiter.

Les astronomes sont également confrontés à un autre problème. Bien qu'il s'agisse de l'astéroïde connu le plus menaçant pour la Terre, on n'a aucune certitude sur sa nature et sa composition. S'agit-il d'un empilement d'agrégats rocheux ou d'un corps dense ? Des informations qu'il sera nécessaire de connaître en cas de trajectoire de collision avérée, pour protéger la Terre, sans quoi les scénarios de missions à l'étude contre les géocroiseurs risquent d'être insuffisants.

S'il trouve un financement, ce satellite pourrait être mis en chantier dès 2015 en vue d'une rencontre avec Apophis lors de la prochaine décennie.

Cela vous intéressera aussi