Planète

Ibis rouge

DéfinitionClassé sous :zoologie , oiseau , échassier
L'ibis rouge fréquente une grande variété d'habitats inféodés aux milieux aquatiques. Ici un groupe dans la lagune de Piritu au Venezuela. © barloventomagico, CC BY-NC-ND 2.0

Ibis rouge (Linnaeus 1758) - Eudocimus ruber

  • Ordre : Pelecaniformes
  • Famille : Threskiornithidae
  • Genre : Eudocimus
  • Taille : 0,50 à 0,6à m (envergure 0,90 à 1,00 m)
  • Poids : 0,750 à 0,930 kg
  • Longévité : 15 ans

Statut de conservation UICN : LC Préoccupation mineure

Description de l’ibis rouge

L'ibis rouge possède la remarquable caractéristique d'arborer un plumage presque totalement rouge à l'exception de l'extrémité des rémiges primaires d'une teinte bleu-noir. Le coloris écarlate varie du rouge feu au rosé orangé. Cette coloration spectaculaire est due à la présence de caraténoïdes, des pigments naturellement présents dans son alimentation qui consiste principalement en crevettes et autres crustacés. Le bec long et fin est légèrement incurvé vers le bas. Les pattes courtes et partiellement palmées sont rosâtres.

Ibis rouge dans une mangrove. © Claudio Timm, CC BY-NC-SA 2.0

Habitat de l’ibis rouge

L'ibis rouge, dont il existe deux sous-espèces, se partage les deux Amériques. Eudocimus ruber ruber se rencontre en Amérique du Sud, depuis le Venezuela jusque dans l'est du Brésil, tandis que Eudocimus ruber albus se trouve en Floride, en Louisiane, sur le littoral pacifique de l'Amérique centrale, et dans les îles des Caraïbes. L'oiseau fréquente une grande variété d'habitats inféodés aux milieux aquatiques. Vasières, lagunes littorales, mangroves, estuaires, zones marécageuses ou encore îles, pourvus d'une végétation dense et de grands arbres, forment l'essentiel de ses lieux de vie.

Ibis rouges dans une lagune vénézuélienne. © barloventomagica, CC BY-NC-ND 2.0

Comportement de l’ibis rouge

L'ibis rouge est un oiseau grégaire qui niche en colonies parfois denses. Il construit son nid dans les arbres très près de ses voisins, en une promiscuité destinée à se protéger des prédateurs. Il recherche sa nourriture en groupes dans les plans d'eau peu profonds en fouillant le sable de son long bec recourbé. Les oiseaux effectuant de fréquents déplacements sans forcément revenir sur les mêmes lieux de reproduction parce que la nourriture vient à manquer ou à cause des dérangements provoqués par les présences humaines, leur mode de vie est assez peu connu. Le cri d'alarme de l'ibis rouge est rauque et nasillard.   

Ibis rouge en vol. © Claudio Timm, CC BY-NC-SA 2.0

Reproduction de l’ibis rouge

La reproduction a lieu lors de la saison des pluies. Le mâle polygame tentera de séduire plusieurs partenaires et les batailles sont fréquentes. Le nid constitué de branchages sommairement assemblés est bâti dans les buissons ou les arbres à proximité de l'eau. La femelle y dépose de 3 à 5 œufs qui sont incubés durant une période d'environ 3 semaines. Les poussins prennent leur envol 35 jours après l'éclosion et sont indépendants au bout de 2 mois et demi. Les juvéniles commencent à se reproduire vers la deuxième année. 

Ibis rouge juvénile dans une lagune vénézuélienne. © barloventomagico, CC BY-NC-ND 2.0

Régime alimentaire de l’ibis rouge

L'ibis rouge cherche sa nourriture dans les bancs de vase ou dans les mares du littoral, voire des marais. Il recherche principalement les crevettes, les petits crabes, les insectes aquatiques et leurs larves. Les vers, les amphibiens, les petits poissons et les mollusques complètent son alimentation.

Ibis rouge à la recherche de nourriture. © barloventomagico, CC BY-NC-ND 2.0

Menaces sur l’ibis rouge

Bien que les effectifs soient globalement en baisse, l'ibis rouge est présent sur une vaste zone géographique, et n'est pas classé en tant que vulnérable. Les principales menaces pesant sur l'oiseau sont la modification de ses habitats (assèchement des zones humides et disparition des mangroves) et les dérangements dus aux activités humaines dont le braconnage constitue une part non négligeable. Une petite colonie située dans les mangroves de Santos-cubatao dans le district de Baixada Santista, État de São Paulo dans le sud du Brésil, est considérée comme en danger critique d'extinction. Des travaux de restauration de la mangrove avec la plantation expérimentale de nouvelles souches de palétuviers rouges ou mangles-chandelles (Rhizophora mangle), sont en cours pour tenter de préserver la biodiversité végétale et animale de ce site. En effet, ce dernier, l'un des plus pollués du Brésil, concentre les effets nocifs de six métaux émanant d'effluents industriels (Cd, Cr, Cu, Hg, Mn, Pb). Les palétuviers rouges et les crabes Ucides cordatus dont se nourrit entre autres l'ibis rouge, sont des bio-accumulateurs de métaux. 

Ci-dessous, quelques parcs et réserves où l'on peut observer l'ibis rouge dans son milieu naturel.

Trinité et Tobago

  • Parc national de la lagune de Caroni.

Venezuela

  • Parc national Henri Pittier.
  • Parc national de Morrocoy.

Brésil

  • Ilha do Marajo (delta de l'Amazone et du rio Tocantins).
  • Parc national des Lençóis Maranhenses (état du Maranhão).

France

  • Réserve naturelle de Kaw (Guyane).
  • Réserve naturelle de l'Amana (Guyane).
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi