Planète

Oryx beïsa

DéfinitionClassé sous :animaux , antilope , désert
 
La majorité des populations d'oryx beïsas se reproduisent en dehors des zones protégées, ce qui constitue une menace pour sa survie. © Steve Garvie, Wikipédia, cc by sa 2.0

Oryx beïsa (Rüppel 1835) – Oryx beisa

  • Ordre : Artiodactyla
  • Famille : Bovidae
  • Sous-famille : Hippotraginae
  • Genre : Oryx
  • Taille : 1,60 à 1,90 m (hauteur au garrot 1,10 à 1,25 m, longueur des cornes 0,80 à 1,00 m, longueur de la queue 0,60 à 0,80 m)
  • Poids : 100 à 200 kg
  • Longévité : 15 à 20 ans

Statut de conservation UICN : NT, Quasi menacé

Description de l’oryx beïsa

L'oryx beïsa, dont il existe deux sous-espèces (Oryx beisa beisa et Oryx beisa callotis ou oryx à oreilles frangées), est une grande antilope au pelage court de couleur fauve sur la presque totalité du corps, à l'exception du ventre qui est blanc. Ce dernier se démarque par une bande brune qui court le long des flancs, que l'on retrouve sur la partie supérieure des antérieurs, au-dessus des genoux, le long du cou, le long du museau (dont l'extrémité est blanche) et sur les yeux. On retrouve cette ligne marron dans la courte crinière qui court sur l'échine, et dans une ligne qui longe le dos et la croupe. La queue courte se termine par un pinceau de longs poils également brun foncé. Le crâne est orné d'une paire de longues et fines cornes très légèrement incurvées vers l'arrière.

L’oryx beïsa est reconnaissable grâce aux bandes brunes qui courent sur son flanc. © Karelj, Wikipédia, DP

Habitat de l’oryx beïsa

On trouve l'oryx beïsa dans les savanes arides et semi-arides des pays constituant la Corne de l'Afrique (Éthiopie, Djibouti, Somalie et Soudan), mais on le rencontre également au Kenya et en Tanzanie. Il est présumé éteint en Érythrée et en Ouganda. L'animal ne s'aventure jamais en plein désert ou dans les zones montagneuses.

Comportement de l’oryx beïsa

L'oryx beïsa vit en groupes mixtes menés par un mâle expérimenté, pouvant compter jusqu'à une quarantaine d'individus. Les femelles sont placées à l'avant, tandis que les mâles assurent la garde à l'arrière. L'antilope est parfaitement adaptée à la chaleur et à la sécheresse qui règnent dans les contrées qu'elle parcourt. Elle est capable de pratiquer la rétention d'eau en adaptant sa température corporelle. Dans ce même but, ses urines sont très concentrées et peu abondantes. Comme ses cousins, l'animal est à même de s'enfuir à une allure de 65 km/h et en poussant des pointes frisant les 90 km/h. Les prédateurs principaux des adultes sont les lions, car ses cornes acérées servent d'armes de dissuasion, tandis que les jeunes sont plus fréquemment victimes des léopards, des hyènes et des lycaons.

Oryx beïsa dans la réserve de Samburu, au Kenya. © rogersmithpix, Flickr, cc by nc 2.0

Reproduction de l’oryx beïsa

La femelle de l'oryx beïsa donne naissance à un seul petit au terme d'une gestation de 270 à 280 jours. Le jeune pèse alors entre 9 et 15 kg, et est en mesure de suivre le troupeau quelques heures seulement après avoir vu le jour. Le sevrage intervient entre le troisième et le quatrième mois. Les juvéniles atteignent la maturité sexuelle vers deux ans pour les femelles, et vers cinq ans pour les mâles.

Régime alimentaire de l’oryx beïsa

L'oryx beïsa se nourrit essentiellement d'herbes, de feuilles d'arbustes épineux, de bourgeons, de fruits et de tubercules qu'il extrait à l'aide de ses sabots antérieurs.

Menaces sur l’oryx beïsa

Les populations d'oryx beïsa vivant essentiellement hors des réserves, les principales menaces pesant sur l'espèce sont le braconnage et l'extension des élevages.

Quelques parcs et réserves où l'on peut observer l'oryx beïsa dans son milieu naturel :

  • parc national d'Awash, en Éthiopie ;
  • réserve nationale de Samburu, au Kenya ;
  • parc national de Tarangire, en Tanzanie.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi