« Ils ont survécu aux mammouthsmammouths et aux tigres à dents de sabretigres à dents de sabre » lance d'entrée le communiqué de l'UC Riverside dont une équipe vient de publier dans la revue Ecosphere une étude sur les chances de survie de l'arbrearbre de Josué dans l'actuel contexte du réchauffement climatiqueréchauffement climatique. Les chercheurs s'alertent : les nouvelles ne sont pas bonnes pour cette espèceespèce âgée de 2,5 millions d'années. Au mieux, si des actions sont menées à court terme pour réduire massivement les émissionsémissions de gaz à effet de serregaz à effet de serre responsables du dérèglement climatique, quelque 19 % de son biotopebiotope pourrait encore exister au-delà de 2070. Et au pire, dans le scénario dit du « laisser-faire », seule une fraction infime de son habitat, 0,02 %, demeurerait...

Les scientifiques ont constaté que le Yucca brevifolia a d'ores et déjà entamé sa migration vers les zones les plus humides et fraîches du Parc national de Joshua Tree, dans le désert de Mojave, seul endroit sur TerreTerre où l'espèce s'est développée.

La menace vient principalement des sécheressessécheresses, de plus en plus longues et intenses en Californie -- la région a connu 376 semaines consécutives sans une gouttegoutte d'eau. Car, combien même ces Agavaceae peuvent supporter la chaleurchaleur et des périodes arides grâce à leurs réserves d'eau, celles-ci finissent évidemment par s'épuiser. Et c'est encore plus dur pour leurs progénitures car les jeunes plants ne sont pas capables de stocker autant d'eau que leurs ainés. La population a donc du mal à se régénérer et cela ne va pas aller en s'arrangeant car les climatologuesclimatologues prévoient des sécheresses plus longues et fréquentes. Autre fléau identifié par l'équipe et lié au changement climatique : le feu. Des incendies virulents qui se répètent souvent.