Selon des chercheurs, si les émissions de CO2 se poursuivent au rythme actuel, 17 % de la biomasse mondiale d’animaux marins pourrait disparaître d’ici 2100. © Romolo Tavani, Fotolia

Planète

Réchauffement climatique : la population d’animaux marins pourrait diminuer de 17 % d'ici 2100

ActualitéClassé sous :océan , océans , poissons

Les changements climatiques peuvent affecter la répartition et l'abondance de la vie marine. C'est une évidence. Pour en savoir plus, des chercheurs ont mené une évaluation intégrée à l'aide de plusieurs modèles. Leur conclusion : la biomasse d'animaux marins diminuera, quel que soit le scénario d'émission de CO2 avec des pertes plus importantes encore au sommet de la chaîne alimentaire.

Les chercheurs mettent en garde sur les impacts des changements climatiques sur la répartition et l'abondance de la vie marine depuis de nombreuses années. Cependant, prévoir l'ampleur de ces conséquences restait difficile jusqu'à présent, du fait des incertitudes des modèles utilisés. En utilisant une combinaison de plusieurs modèles climatiques et écosystémiques, une équipe internationale de chercheurs -- regroupés au sein du consortium international FishMIP -- est parvenue à présenter la première évaluation globale des effets du changement climatique sur les écosystèmes marins.

L'étude révèle que la biomasse mondiale d'animaux marins, c'est-à-dire le poids total des animaux marins dans l'océan (poissons, invertébrés et mammifères marins), diminuera d'ici la fin du XXIe siècle, quels que soient les scénarios d’émission de CO2 envisagés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). En cause : la hausse des températures et la diminution de la production primaire.

La biomasse marine globale pourrait diminuer de 17 % d’ici 2100.

Ainsi, si les émissions de gaz à effet de serre suivaient la trajectoire actuelle, la biomasse globale diminuerait de 17 % d'ici 2100 -- par rapport à la moyenne des années 1990-1999. Les chercheurs précisent toutefois que si le réchauffement planétaire se limitait à 2 °C sur cette période, la biomasse mondiale ne diminuerait que de 5 %.

Les pourcentages d’évolution de la biomasse d’animaux marins par rapport à la fin du XXe siècle selon les régions du globe et selon deux scénarios d’émission de CO2 : forte atténuation des émissions pour RCP2.6 et poursuite sur un rythme actuel pour RCP8.5. © Heike K. Lotze et al., Dalhousie University

Le sommet de la chaîne alimentaire et certaines régions plus touchées

L'étude suggère également que les impacts du changement climatique pourraient être plus graves aux niveaux les plus élevés de la chaîne alimentaire. Les poissons et les mammifères marins -- rendus plus vulnérables par le processus d'amplification trophique -- connaîtront des déclins plus importants que le phytoplancton et le zooplancton.

La cartographie des changements projetés dans l'océan mondial révèle aussi que la biomasse diminuera très fortement -- de 40 à 50 % -- dans de nombreuses régions océaniques tempérées et tropicales, où les populations humaines dépendent souvent directement des ressources marines et où la biodiversité marine est déjà fortement affectée par des effets des activités humaines. À l'inverse, de nombreuses régions polaires pourraient voir leur biomasse augmenter.

Alors que près de 11 milliards d'humains peupleront la planète en 2100, les chercheurs appellent les décideurs à mettre en place des mesures pour une gestion durable des pêches et pour la conservation des écosystèmes« Les résultats de cette étude peuvent aider à anticiper l'évolution des ressources marines et éclairer les négociations internationales en cours sur le climat et la biodiversité », indique Olivier Maury, spécialiste de la modélisation des écosystèmes marins à l'IRD« Ils constituent un point de départ pour que les gouvernements élaborent des stratégies de prévention et d'adaptation. »

  • Se basant sur une étude intégrée sur plusieurs modèles climatiques et écosystémiques, des chercheurs proposent la première évaluation globale des effets du changement climatique sur les écosystèmes marins.
  • Si les émissions de gaz à effet de serre restent constantes, la biomasse marine globale diminuera de 17 % d’ici 2100.
  • Les animaux du haut de la chaîne alimentaire seront les plus touchés.
  • Tout comme les océans tempérés et tropicaux.
Pour en savoir plus

Biodiversité : 49 % d'animaux marins en moins en 40 ans, selon le WWF

Un rapport du WWF tire la sonnette d'alarme sur l'état de la biodiversité des océans. Le réchauffement climatique, mais aussi la surpêche et la destruction des milieux naturels, menacent ces écosystèmes pourtant essentiels à l'humanité. Pour Marco Lambertini, directeur général du WWF : « Nous conduisons collectivement l'océan au bord du précipice »

Article de Marie-Céline Ray paru le 17/09/2015

L’Homme serait responsable du déclin des espèces marines. La surpêche, la pollution et le réchauffement climatique sont pointés du doigt. © Kim Seng, Flickr, CC by nc nd 2.0

Le WWF a rendu public son « Rapport Planète Vivante Océans 2015 » qui dresse un portrait particulièrement sombre de la biodiversité océanique. Le WWF y utilise l'indice planète vivante (IPV) qui mesure l'évolution des populations de vertébrés. Il s'avère que l'IPV des populations marines a baissé de 49 % entre 1970 et 2012. La chute la plus importante a été constatée entre 1970 et le milieu des années 1980. Ensuite, l'indice est resté globalement stable, mais dans les années récentes, une nouvelle baisse est observée.

Si en 40 ans, les populations de vertébrés marins ont diminué de moitié, ce déclin toucherait particulièrement les poissons consommés par l'Homme : ils ont eux aussi diminué de 50 %, voire parfois plus. Plus précisément, en ce qui concerne les poissons, sur 930 espèces comptabilisées par l'IPV, il y a eu une réduction de moitié de l'effectif global entre 1970 et 2012 et le déclin touche notamment ceux que nous consommons, comme ceux de la famille des scombridés (maquereaux, thons, bonites...), avec une chute de 74 % entre 1970 et 2010.

Pourtant, l'Homme devrait prendre particulièrement soin de cette ressource car le poisson joue un rôle alimentaire et économique important. D'après le WWF, il représente ainsi la principale source de protéines de trois milliards de personnes, tandis que la pêche et l'aquaculture font vivre 10 à 12 % de la population mondiale. Mais dans le monde, la consommation de poisson par habitant est passée de 9,9 kg dans les années 1960, à 19,2 kg en 2012, d'après la FAO.

Les récifs coralliens pourraient disparaître en 2050 si les températures continuent à augmenter au rythme actuel. © Wim Hertog, Flickr, CC by nc nd 2.0

Disparition programmée des récifs coralliens en 2050

Certaines régions du globe sont plus touchées que d'autres comme l'Asie du sud-est, les zones tropicales et subtropicales, mais aussi la Méditerranée. De même, l'indice des poissons des eaux profondes de l'Atlantique nord a reculé de 72 % au cours des 40 dernières années. Parmi les écosystèmes aquatiques, les récifs coralliens sont réellement menacés de disparition : au cours des 30 dernières années, ils auraient perdu plus de la moitié des coraux durs constructeurs. Les projections sur les décennies à venir suggèrent qu'en 2050, si la température augmente toujours au rythme actuel, l'océan sera trop chaud pour ces récifs.

L'océan pâtit aussi de la pollution, notamment par les plastiques : 250.000 tonnes de morceaux de plastique flotteraient ainsi sur les océans et 8 millions de tonnes de déchets plastiques regagneraient l'océan chaque année.

Pour arrêter le déclin du nombre des poissons, le rapport du WWF suggère de créer plus de zones protégées et des quotas de pêche. Il souligne aussi l'effet nocif des subventions qui encouragent la surpêche. Actuellement seulement 3,4 % des océans sont protégés et la mise en place de mesures pour préserver le thon rouge a permis des résultats encourageants.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

L'Océan en danger face à l'exploitation et la pollution humaine  Dans cette vidéo, Isabelle Autissier, la présidente du WWF France répond à nos questions sur la biodiversité marine. Elle évoque ici l’exploitation des ressources marines par l’Homme et les risques liés à la pollution plastique.