L’incendie Sand Fire (au centre, en vert sombre) laisse une blessure de 160 km2 dans le paysage autour de Santa Clarita, près de Los Angeles. Image en fausses couleurs (26,4 x 31,3 km) prise le 1er août par le satellite Terra. © Nasa, Meti, AIST, Japan Space Systems, U.S-Japan Aster Science Team

Planète

L'ampleur des incendies géants de Californie révélée par les satellites

ActualitéClassé sous :climatologie , végétation , incendie

Des températures élevées, une sécheresse persistante et des vents puissants ont aggravé les deux immenses incendies déclenchés fin juillet en Californie. Les satellites Landsat 8 et Terra ont pu les cartographier, dans le visible et dans l'infrarouge, avec des images montrant l'ampleur de la catastrophe.

Après près de deux semaines de luttes, l'incendie surnommé « Sand Fire », qui fait rage à proximité de la ville de Santa Clarita au nord-ouest de Los Angeles, en Californie, est enfin circonscrit à 100 % depuis le 3 août. Depuis ses débuts, aux abords d'une autoroute, le 22 juillet, le feu a ravagé quelque 166 km2 de végétation. Plus de 20.000 personnes ont dû être évacuées. Un homme a été retrouvé mort calciné dans sa voiture et 18 maisons ont été détruites, dont le « Sable Ranch » où furent tournées des scènes de MaverickL'Agence tous risques ou encore 24 Heures chrono, a rapporté l'AFP.

L'incendie s'est enhardi à la faveur de vents violents soufflant dans la région et des températures atteignant 38 °C. La grande sécheresse qui a frappé la Californie ces cinq dernières années a en outre causé la mort de nombreux arbres, ce qui a livré aux flammes de grandes quantités de combustibles. Trois mille personnes furent mobilisées au plus fort de l'incendie.

Sur l'image ci-dessus prise avec l'instrument Aster (Advanced Spaceborne Thermal Emission and Reflection Radiometer), installé sur le satellite Terra, le 1er août, la région dévastée par l'incendie est au centre, en vert sombre. La végétation qui n'a pas été touchée est en rouge.

Le grand incendie de Soberanes, entre Monterey et Big Sur, imagé par Landsat 8 le 29 juillet dans le proche infrarouge avec l’instrument Oli (Operational Land Imager) du satellite Landsat 8. Les foyers actifs de l’incendie sont visibles en rouge vif et orange. Les parties réduites en cendres sont en rouge sombre. La végétation et les habitations intactes apparaissent en vert. La version dans le visible réalisée avec l’instrument Modis est à voir ici. © Earth Observatory

Plus au nord, un incendie plus redoutable

Toujours en Californie mais cette fois un peu plus au nord, tout près de la côte Big Sur, où de hautes falaises tombent à pic dans l'océan Pacifique, et au sud de la ville de Monterey, un autre grand incendie fait rage. Moins médiatisé en France que le premier, il a été baptisé Soberanes en référence à son point de départ près du ruisseau du même nom, dans le parc national Garrapata. Lui aussi a commencé le 22 juillet mais il est encore loin d'être maîtrisé (à près de 20 % pour l'instant). Selon les autorités, il ne pourrait pas être circonscrit avant la fin du mois d'août.

Il s'est déplacé vers la forêt de Los Padres, et menace à présent les nombreuses espèces animales et végétales protégées de cette région. Six parcs d'état ont été fermés. Un mort est à déplorer. 57 maisons et 11 dépendances ont déjà été détruites, et plusieurs centaines de personnes ont été évacuées.

Le 2 août, 160 km2 étaient dévorés par les flammes. En raison des terrains très accidentés, des accès difficiles et bien sûr des températures élevées conjuguées à une très faible humidité, les autorités craignent qu'au total, plus de 670 km2 partent en fumée. Actuellement 5.200 personnes sont mobilisées pour le combattre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi