Planète

En bref : la colle des moules au service de la médecine

ActualitéClassé sous :zoologie , médecine , moule

L' « effet superglu » des moules a inspiré les biologistes : ils ont créé un gel basé sur les mêmes caractéristiques que la colle du mollusque. Celui-ci formerait une barrière de protection contre les inflammations et les cassures des vaisseaux sanguins. 

Le cholestérol qui circule dans le sang peut conduire à la formation d'une plaque, la plaque d'athérome, sur les parois des artères. Sur le long terme, les artères qui arrivent au cœur se détériorent et se rétrécissent (c'est la sténose). Le sang ne circule plus normalement et le débit sanguin devient insuffisant. C'est l'une des causes des crises cardiaques. © permanently scatterbrained, Flickr, cc by 2.0
Le cholestérol qui circule dans le sang peut conduire à la formation d'une plaque, la plaque d'athérome, sur les parois des artères. Sur le long terme, les artères qui arrivent au cœur se détériorent et se rétrécissent (c'est la sténose). Le sang ne circule plus normalement et le débit sanguin devient insuffisant. C'est l'une des causes des crises cardiaques. © permanently scatterbrained, Flickr, cc by 2.0
 

Une moule résiste à la puissance de la mer grâce à un étonnant pouvoir adhésif qui demeurait incompris encore récemment. À l'état larvaire, les moules sont mobiles, mais elles finissent par se fixer à un support pour y passer le reste de leur vie. Le mollusque sécrète des « protéines du pied », riches en acides aminés « Dopa » (dihydroxyphénylalanine) qui permettent de fortes liaisons avec beaucoup de supports différents. 

L'équipe du chercheur Christian Karstrup de l'université de Colombie-Britannique (Canada) s'est inspirée de cette substance adhésive pour créer un gel qui pourrait être appliqué sur les parois des vaisseaux sanguins. Utilisant les mêmes acides aminés que la substance originale, ce gel est semble-t-il capable de résister à l'écoulement du sang dans les artères et les veines, comme le pied de la moule résiste à l'eau de mer. La méthode est décrite dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). Ce gel pourrait renforcer les parois des vaisseaux sanguins qui, affaiblies, risqueraient de se rompre. Il forme en outre une barrière stable entre le sang et les parois des vaisseaux, ce qui peut prévenir le processus d'inflammation. 

Par exemple, lorsqu'on pose un stent pour élargir une artère ou une veine, l'inflammation peut se produire en réaction à l'élargissement. Mais l'application la plus importante est que le gel pourrait prévenir la formation des plaques de vaisseaux sanguins, qui peuvent provoquer une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. Chez l'Homme, un taux de cholestérol élevé dans le sang blesse la paroi des vaisseaux et cause une inflammation qui, à terme, forme une plaque. Dans l'étude, menée sur des souris, les spécimens traités en combinant le gel et le stéroïde anti-inflammatoire ont un état des plaques plus stable que les souris non traitées.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi