Le bétail est l’un des principaux responsables de nos émissions de méthane. Pour mieux apprécier ses effets à court terme sur le réchauffement climatique, des chercheurs de l’université de Stanford (États-Unis) recommandent de modifier la métrique employée depuis plusieurs années. © hramovnick, Adobe Stock
Planète

Des scientifiques pensent qu’il faut revoir le rôle du méthane dans le réchauffement climatique

ActualitéClassé sous :Réchauffement climatique , gaz à effet de serre , méthane

Lorsque l'on évoque le réchauffement climatique, on parle tout de suite de dioxyde de carbone (CO2). Et l'on oublie parfois un peu vite qu'il existe d'autres gaz à effet de serre. Le méthane (CH4) notamment. Sa capacité à piéger la chaleur est importante. Selon des chercheurs, il est aujourd'hui crucial d'en réduire les émissions pour atteindre les objectifs fixés par l'Accord de Paris.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Visualisation des émissions de méthane sur la planète  En vidéo : les émissions de méthane par régions du globe et par sources ainsi qu’une estimation du poids des émissions par latitudes. 

Le dioxyde de carbone, le fameux CO2 que nous connaissons tous maintenant, n'est pas le seul gaz à effet de serre (GES) dans notre atmosphère. Il y en a d'autres. Beaucoup d'autres. La vapeur d'eau (H20), par exemple. L'ozone (O3), le protoxyde d'azote (N2O) ou les halocarbures -- une famille à laquelle appartiennent les chlorofluorocarbures connus sous le nom de CFC. Ou encore celui dont on commence à beaucoup parler aussi : le méthane (CH4).

On le cite de plus en plus parce qu'il a sa part dans le réchauffement climatique anthropique. Lors de la COP 26, la 26e Conférence des parties signataires de la Convention-Cadre de l'Organisation des Nations unies sur les changements climatiques (COP 26), d'ailleurs, 105 pays représentant environ la moitié des émissions anthropiques de méthane se sont engagés à réduire ces émissions de 30 % d'ici 2030. Alors même que de colossales fuites de méthane industriel viennent tout juste d'être observées par satellite, des chercheurs de l'université de Stanford (États-Unis) nous proposent aujourd'hui de mieux comprendre les enjeux qui se cachent derrière cet engagement.

Pour cela, il faut rappeler que tous les gaz à effet de serre n'ont pas le même pouvoir de réchauffement global (PRG). La même capacité à piéger la chaleur. Il est ainsi régulièrement rappelé que le CH4 est un gaz à effet de serre au moins 25 fois plus puissant que le CO2. Comprenez que, sur une période de 100 ans -- une période fixée arbitrairement par le protocole de Kyoto --, un kilo de méthane produit 25 fois plus d'effet de serre qu'un kilo de dioxyde de carbone. C'est déjà énorme. Mais les chercheurs de Stanford soulignent aujourd'hui que le pouvoir de réchauffement du CH4 est largement sous-estimé. Si l'on se place sur une échelle de temps plus courte.

Le méthane ne doit pas faire oublier le CO2

En effet, la durée de vie du COdans notre atmosphère est sans commune mesure avec celle du CH4. On parle de milliers d'années pour le premier contre une dizaine d'années seulement pour le second. Ainsi, s'il est crucial de réduire drastiquement nos émissions de CO2 dans un avenir aussi bien proche que plus lointain, pour limiter le réchauffement à 2 °C -- ou mieux, à 1,5 °C -- au-dessus de la moyenne préindustrielle, les chercheurs préviennent qu'il faudra aussi se pencher sur nos émissions de gaz à effet de serre à courte durée de vie comme le méthane.

Selon eux, adopter une nouvelle métrique basée sur une période non plus de 100 ans, mais de 24 ans seulement, permettrait d'aligner les engagements de réduction des émissions de CH4 sur les objectifs fixés par l'Accord de Paris sur le climat. Or, à cette échelle de temps, le PRG du méthane serait de l'ordre de 75 fois plus important que celui du CO2. De quoi mettre en lumière son poids à court terme.

D'autres scientifiques restent plus circonspects quant à l'idée de modifier le cadre temporel qui permet de fixer le PRG de chaque gaz à effet de serre. Ils craignent que cela fasse perdre de vue le fait que des mesures de réduction des émissions de GES à courte durée de vie ne pourront avoir un réel effet que pour une durée limitée. L'effet de refroidissement finira par diminuer avec le temps. Ainsi ils notent que, même s'il paraît nécessaire de réduire nos émissions de méthane, il reste incontournable de limiter sur le long terme nos émissions de CO2.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !