Un arcus illuminé par le coucher de soleil. © Canva
Planète

Phénomène météo extraordinaire : l'arcus

ActualitéClassé sous :météorologie , orage , nuage orageux

[EN VIDÉO] Comment se forment les orages ?  La France compte en moyenne 250 jours d'orages par an. Comment et pourquoi naissent ces puissants phénomènes, accompagnés de foudre et de tonnerre ? 

Un nuage rouleau, plus ou moins déchiqueté, se présente parfois à l'avant des orages les plus violents : il s'agit de l'arcus, l'un des nuages les plus impressionnants de la Planète.

Ce phénomène aux allures de rouleau compresseur nuageux peut susciter la panique chez ceux qui ne le connaissent pas, mais aussi, chez ceux qui le connaissent ! L'arcus annonce en général l'arrivée de phénomènes violents de manière imminente, et à son approche, mieux vaut se mettre à l'abri au plus vite. C'est aussi le nuage le plus pris en photo lors des dégradations orageuses, tant son arrivée est spectaculaire, surtout s'il se produit au lever ou au coucher du soleil. Il se manifeste sous la forme d'un rouleau horizontal, dense, ayant des bords plus ou moins effilochés. Les arcus les plus déchiquetés donnent carrément l'impression d'un tsunami de nuages s'écroulant sur Terre.

            

Il est situé à l'avant de la partie inférieure des cumulonimbus et prend, lorsqu'il est étendu, l'aspect d'un arc sombre et menaçant, donnant une allure vraiment apocalyptique au ciel. Il peut même donner l'impression d'être détaché du nuage d'orage, alors qu'il est en fait une partie de celui-ci. Mais ce qui surprend le plus chez cet arc, c'est qu'il roule sur lui-même ! Ce mouvement bien visible à l'œil nu témoigne de son arrivée à grande vitesse : il avance en effet à une moyenne de 70 km/h. Il s'étire sur des dizaines de kilomètres et est proche du sol : quelques centaines de mètres de hauteur, et plonge donc des villes dans le noir pendant quelques minutes. L'arcus est signe d'une grande instabilité, il est souvent accompagné de précipitations intenses, de foudre, de vent violent (parfois plus de 100 km/h) et de grêle.

Cette forme de nuage rouleau est due au cisaillement des vents (la variation de vitesse et de direction des vents). Le nuage d'orage génère un courant d'air froid vers le sol, tandis que l'air chaud du sol continue de monter en altitude : l'air chaud est alors soulevé par l'air froid, et la couche de nuages s'enroule horizontalement et s'étire progressivement en forme de rouleau. Ce rouleau entre en rotation sur lui-même et est légèrement séparé du nuage d'orage principal par le front de rafales. Cet arc qui descend donc très bas se déchiquette lorsque le front de rafales, la zone à l'avant de l'orage qui pousse des vents très forts vers le sol, est si puissant qu'il découpe le nuage en lambeaux. Plus il est déchiqueté, plus les événements qu'il produit sont violents.

Dans les orages les plus puissants, l'arcus peut être multicouche : plusieurs arcs sont superposés les uns sur les autres, un phénomène rare en France et plus courant dans les grandes plaines américaines.

Arcus multlcouche dans le Puy-de-Dôme en 2018. © Lothar

Il arrive parfois que des arcus ne génèrent pas de phénomènes violents : il s'agit en fait d'arcus en fin de vie lorsqu'il arrive sur vous. Ces squelettes d'arcus ne tardent alors pas à se disloquer, parfois accompagnés d'une averse, et signent la fin de l'orage en question. L'arcus est un phénomène courant lors des dégradations orageuses partout dans le monde, mais il est difficile à photographier dans sa globalité, il faut être éloigné de plusieurs dizaines de kilomètres, souvent 30 ou 50 kilomètres et sur un terrain dégagé pour le photographier en totalité.

Spectaculaire arcus au coucher de soleil en Belgique en 2013. © Herreman Jonathan

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !