Un séisme de magnitude 5,8 a touché la ville néo-zélandaise de Christchurch ce 23 décembre à 13 h 58 heure locale (1 h 58 heure française). De nombreuses répliques, dont certaines ont atteint une magnitude de 6,0, ont été ressenties par la suite. À l’heure actuelle, aucune victime n’est à déplorer.
Cela vous intéressera aussi

La ville de Christchurch vit une année noire. Elle vient à nouveau d'être victime d'un tremblement de terre d'une magnitude de 5,8. L'origine du séisme serait localisée à 20 km à l'est de la ville et à 8 km de profondeur. Environ une heure plus tard (à 15 h 18 heure locale), une réplique de magnitudemagnitude 6,0 a été ressentie. L'épicentreépicentre se situerait cette fois à 10 km de la ville.

Aucune victime n'est à déplorer pour le moment. Cependant, des bâtiments se sont fissurés ou effondrés. L'aéroport international a été fermé. Les réseaux électriques et téléphoniques ont été coupés. Selon L'institut de sismologie néo-zélandais GNS, des phénomènes de liquéfactionliquéfaction ont été observés. Ce phénomène est causé par la perte de résistancerésistance des matériaux sableux, saturés en eau, durant le passage d'une onde sismiqueonde sismique. Concrètement, une déstructuration du sol est engendrée, le rendant ainsi instable pour les constructionsconstructions.

Christchurch a déjà été touchée par un violent séisme le 22 février dernier (magnitude de 6,3). De très nombreux bâtiments avaient été détruits et 183 personnes y avaient perdu la vie. Une réplique de magnitude 6,3 avait aggravé les dégâts le 13 juin. Certaines zones de la ville sont toujours interdites d'accès. La Nouvelle-Zélande se situe à la limite entre deux plaques tectoniques : la plaque australienne et la plaque pacifique. Environ 15.000 tremblements de terreterre sont enregistrés chaque année.