Des études avaient déjà entrevu le problème sur les forêts européennes et sur la forêt amazonienne. Des chercheurs montrent aujourd’hui que la moitié des forêts du monde perdent de leur résilience dans le contexte de changement climatique anthropique que nous vivons. © Anthony Sejourne, Adobe Stock
Planète

Les forêts sont de moins en moins résilientes

ActualitéClassé sous :forêt , Réchauffement climatique , augmentation température

Les forêts vivent. Elles évoluent. C'est dans leur nature. Mais le changement climatique anthropique les affecte durement. Jusqu'à leur faire perdre leur résilience. Leur capacité à se relever après une perturbation. Ce n'est pas du tout une bonne nouvelle.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Nos forêts en timelapse grâce à Google Earth  Découvrez comment nous avons modifié les forêts de notre planète depuis 1984 grâce à une vidéo mondiale en accéléré. 

41 millions de kilomètres carrés : c'est la surface de terre que les forêts recouvrent encore. Soit environ 30 % des surfaces émergées. Mais depuis quelques décennies, les forêts souffrent. Des tempêtes de plus en plus violentes, des agents pathogènes de plus en plus nombreux et virulents, des feux de forêt hors normes, des opérations de déforestation. Seront-elles capables de résister, de se remettre de toutes ces perturbations, de se relever ?

C'est la question que s'est posée une équipe internationale de chercheurs. Parce que les forêts jouent un rôle capital dans la régulation du climat. Elles absorbent ainsi environ un tiers de nos émissions de carbone. Elles participent aussi à la régulation des flux d'eau, à la protection des sols et à la conservation de la biodiversité. Évaluer leur résilience semble donc particulièrement important.

Des études ont déjà montré que l'augmentation des températures et la baisse de l'humidité, le tout sous l'effet du changement climatique anthropique, pourraient rendre difficile la survie de certaines forêts. Cette fois, les chercheurs sont allés un peu plus loin. Ils se sont demandé si ces bouleversements pourraient dégrader la capacité des forêts à résister à des attaques plus ponctuelles. De type inondations, ravageurs, sécheresses ou pollution. Des attaques naturelles tout aussi bien qu'anthropiques donc.

Les chercheurs ont travaillé sur une quantité astronomique de données satellitaires. Des données recueillies sur vingt ans, entre 2000 et 2020. C'est un algorithme d'apprentissage automatique qui les a aidés à passer ces données au crible.

Le changement climatique met les forêts à l’épreuve

La résilience d'une forêt, les chercheurs l'ont définie comme sa capacité à se relever après un événement perturbateur. Comment savoir si tel est le cas ou non ? Selon eux, lorsque la forêt se transforme en quelque chose d'autre -- comme la savane --, lorsqu'elle change d'état, c'est le signe que la perte de résilience est totale, que le point de basculement est atteint. Avant cela, la forêt commence par perdre en productivité.

Il y a quelques années déjà, des chercheurs de l’université de l’État du Colorado (États-Unis) avaient étudié comment le changement climatique affecte la régénération des arbres après un feu de forêt. Ils avaient travaillé sur 1.500 sites répartis dans cinq États des États-Unis. Ils avaient observé une diminution significative de la régénération des arbres entre la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle. En à peine plus de vingt ans, les forêts semblaient devenir moins résilientes aux incendies. Plus récemment, des études révélaient que le taux de mortalité des arbres en Europe grimpait en flèche ou encore que la forêt amazonienne était proche d'un point de non-retour.

Cette fois, les résultats de l'analyse à l'échelle de la Planète montrent que plus de la moitié de toutes les forêts du monde -- qu'elles soient gérées ou « intactes » -- présentent des signes d'une diminution de leur résilience. Ce sont notamment les forêts tropicales, arides et tempérées. En cause, à la fois, les limitations en eau de plus en plus fréquentes et la variabilité du climat.

Cependant, le réchauffement climatique semble avoir un effet positif sur la résilience de certains arbres. Ceux des forêts boréales, dans les latitudes septentrionales, bénéficient apparemment du réchauffement et d'une certaine « fertilisation » par nos émissions de dioxyde de carbone (CO2).

Des travaux inquiétants à l'heure où certains comptent sur les puits de carbone que constituent les forêts pour nous aider à lutter contre le réchauffement climatique. Mais d'autres études devront le confirmer. En attendant, les chercheurs suggèrent que, pour atténuer l'impact du changement climatique anthropique sur la résilience des forêts, il faudra à l'avenir promouvoir la diversité des espèces d'arbres.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !