Le terme corail désigne des animaux fixés, généralement en colonies de polypes qui se regroupent pour former des super-organismes. © Solarisys, Adobe Stock
Planète

Coraux : même s'ils ont l'air sains, l'urbanisation perturbe le rythme biologique

ActualitéClassé sous :Environnement , récifs coralliens , Réchauffement climatique

Les récifs coralliens au nord de la mer Rouge sont majoritairement protégés de l'acidification des océans et semblent en bonne santé. Une nouvelle étude montre que, malgré les apparences, leur biorythme naturel subit d'importants dégâts. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Pourquoi certains coraux deviennent subitement fluo  Lorsqu’il est soumis à la pollution ou à une eau trop chaude, le corail subit un blanchissement qui aboutit souvent à sa mort. Mais il dispose d’un ultime moyen de défense : produire des pigments fluorescents qui agissent comme une «crème solaire» pour la protéger de la lumière et attirer les algues symbiotiques. 

Le réchauffement climatique et la hausse des températures de l'eau confrontent les coraux à des épisodes critiques de blanchissement, cependant les récifs coralliens du golfe d'Eilat se montrent étonnamment résistants aux influences anthropiques. Ces récifs sont placés à proximité d'une zone urbaine en développement, et bien que de gros progrès aient été faits dans la compréhension des réponses des coraux à différents stress, les impacts à l'exposition de divers polluants restent encore grandement inconnus. 

Dans une nouvelle étude publiée dans Global Change Biology, une équipe internationale de scientifiques de la mer a étudié deux sites de récifs coralliens dans le golfe d'Eilat pendant une année entière, un site très proche de la ville d'Eilat et un autre site plus au large. Durant cette période, ils ont échantillonné les coraux à des intervalles quotidiens, mensuels et saisonniers, et ont étudié l'influence de l'urbanisation sur la vie des coraux.

Le blanchissement des coraux est un phénomène de dépérissement qui se traduit par une décoloration du corail et du récif. Lorsqu'ils subissent un blanchissement, les coraux et le récif ne meurent pas mais deviennent beaucoup vulnérables au moindre stress. © Australian Institute of Marine Science

Conséquences de la pollution urbaine

Malgré l'apparence saine des récifs coralliens, l'équipe de recherche a constaté que les coraux vivant à proximité de la ville d'Eilat montraient de fortes perturbations sur leur biorythme naturel et des systèmes sensoriels environnementaux. Le biorythme naturel des coraux influence leur métabolisme, les cycles de croissance et leur reproduction par exemple. Leur équilibre est, par ce fait, très important pour leur santé. De plus, les modèles de saisonnalité de cette nouvelle étude indiquent que l'impact des polluants et de l'urbanisation a des conséquences sur l'holobionte (l'organisme entier) plutôt que sur le corail seul.

Les récifs coralliens au nord de la mer Rouge ont donc été en partie protégés contre la hausse des températures et l'acidification des océans. Cependant, l'urbanisation grandissante dans ces zones -- guidée par un intérêt économique -- expose les zones côtières de la mer Rouge aux perturbations humaines directes en plus des menaces environnementales déjà existantes. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !