Réutiliser, réemployer et recycler sont les maîtres-mots de la loi anti-gaspillage et de l'économie circulaire. © Malp, Adobe Stock
Planète

Loi anti-gaspillage et économie circulaire : les entreprises jouent le jeu

Économiser les ressources naturelles et moins polluer, enrayer un modèle dans lequel le plastique est omniprésent et adopter des automatismes en arrêtant de jeter machinalement, voilà quelques défis menés par la loi anti-gaspillage. Promulguée le 10 février 2020, qu'en est-il un an après ? Focus sur Enedis, une entreprise qui amorce peu à peu ce virage.

Cela vous intéressera aussi

Le défi n'est pas des moindres : avec près de 5 tonnes de déchets produits par an et par habitant, il devient urgent de troquer notre économie linéaire au profit d'une économie circulaire plus vertueuse. Pour les entreprises, il s'agit de mettre à profit ce levier de performance environnementale, économique et sociétale et d'engager des solutions.

Économiser des ressources et agir pour le réemploi

Penser « économie circulaire », c'est aussi penser « lutte contre le gaspillage » et « actions pour le réemploi ». L'adoption de cette nouvelle façon d'appréhender le modèle économique est un défi pour les entreprises, contraintes de se réorganiser pour évoluer. En 2020, Enedis a pu engager certaines actions en ce sens : le don de plus de 900 mobiliers de bureau et 450 casques et vêtements a permis d'éviter 235 tonnes de déchets.

Le don de plus de 900 mobiliers de bureau et 450 casques et vêtements a permis d’éviter 235 tonnes de déchets

L'entreprise a, de plus, expérimenté une plateforme interne dont le but est de favoriser le réemploi en facilitant les opérations de dons et de recherche de biens matériels. Face à son succès, la plateforme sera prochainement déployée et accessible à tous les salariés de l'entreprise.

Recycler pour valoriser

Réutiliser, réemployer et recycler sont les maîtres-mots de la loi anti-gaspillage. Face à certains matériaux ou produits dont la durée de vie a été maximisée, le recyclage est une ultime solution pour éviter d'extraire de nouvelles ressources ou de fabriquer du neuf. Ainsi, Enedis recycle 100 % de ses poteaux en fin de vie, leur réemploi en l'état étant impossible : le béton sert de remblai routier et les ferrailles sont réutilisées par les filières de la construction.

Quant aux casques inutilisables, ils sont démantelés par une start-up partenaire qui en recycle chaque partie, une action jusqu'alors expérimentale qui sera adoptée dans l'année. Innover en interne reste un important levier de valorisation de l'entreprise, un défi inhérent à son fonctionnement, et qui vise à actionner un pan de l'économie circulaire.

Dans le cas d'Enedis, il s'agit de mieux gérer les vêtements professionnels en fin de vie pour en faire des isolants acoustiques, ils sont aussi « up-cyclés » et transformés en housses de tablettes, d'ordinateurs ou encore trousses à outils à destination des salariés.

Pour les entreprises, la loi anti-gaspillage est une opportunité qui leur permet de renouveler et consolider leur modèle économique, en lien avec l'évolution de la société.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !