Les alternatives au plastique augmentent de 169 % la consommation d'eau

Classé sous :pollution plastique , alternative au plastique , achat en vrac

Vente en vrac, service à la coupe, eau du robinet au lieu de l'eau en bouteille, ou emballage consigné pour réemploi : ces alternatives au plastique présentent beaucoup d'avantages mais aussi quelques inconvénients, selon un rapport réalisé par EY pour le WWF.

L'étude a analysé l'impact environnemental d'un panier de neuf produits « alternatifs » au plastique à usage unique et constaté que le panier alternatif engendrait une surconsommation d'eau de 169 %. Pour la population française sur un an, cela représente 49 millions de mètres cubes d'eau en plus, soit la quantité d'eau consommée par un million de foyers français chaque année.

« La consigne pour le réemploi, utilisée pour deux produits du panier, nécessite un nettoyage régulier. Or, il faut en moyenne un litre d'eau pour nettoyer un contenant d'un litre. En prenant en compte tout le processus du traitement de l'eau, cela porte à 20 litres la quantité d'eau nécessaire au nettoyage du même contenant », explique Eric Mugnier, responsable du pôle Études environnement et développement durable d'EY. En revanche, le panier alternatif diminue de 96 % la quantité de plastique et de 48 % les émissions de gaz à effet de serre.

La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, promulguée en février 2020, prévoit la fin de tous les emballages en plastique à usage unique d'ici 2040. Il faudra en attendant trouver des alternatives crédibles pour chaque produit afin de ne pas causer un gaspillage de l'eau en voulant résoudre la crise des déchets.

Les 9 alternatives proposées pour réduire les emballages plastique. Source : « Le plastique, ça n'emballe plus ? », EY, WWF
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] La (sur)consommation de viande, mauvaise pour le climat  L’élevage est un secteur fortement émetteur de gaz à effet de serre. Il est aussi responsable d’une grande partie de la déforestation. Ainsi, la consommation de viande, surtout en excès, apparaît mauvaise pour le climat.