Des chercheurs de l’université de Cardiff (Royaume-Uni) nous aident à mieux comprendre l’influence de l’obliquité et de la précession sur le climat de notre Terre. © alicenter, Adobe Stock
Planète

Comment les variations de l’orbite de la Terre font fondre les calottes glaciaires

ActualitéClassé sous :climatologie , calotte glaciaire , orbite de la Terre

Depuis la nuit des temps, les calottes polaires évoluent en fonction des variations de l'orbite terrestre. Les scientifiques l'ont compris il y a longtemps. Mais la manière exacte dont ces variations influencent notre climat était restée mystérieuse. Jusqu'à aujourd'hui.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Top 5 des méthodes insolites pour retracer le climat du passé  La paléoclimatologie consiste à reconstituer le climat terrestre passé. Les scientifiques utilisent pour cela des indices parfois étonnants. 

La Terre tourne autour du Soleil. C'est bien connu. Ce qui l'est peut-être moins, c'est que la manière dont notre Planète voyage dans l'espace, sa position sur son orbite, n'est pas tout à fait gravée dans le marbre. Les variations sont légères. Mais elles ont des effets sur notre climat.

Et aujourd'hui, des chercheurs de l’université de Cardiff (Royaume-Uni) nous confirment qu'au cours du dernier million d'années environ, ce sont les effets combinés de l'obliquité -- qui correspond à l'inclinaison de l'axe de la Terre -- et de la précession -- qui décrit la façon dont la Planète bleue vacille, un peu comme une toupie légèrement décentrée -- qui ont le plus influencé l'état des calottes glaciaires. En tout cas, de celle de l'hémisphère Nord. Avec pour résultat, des cycles glaciaires d'une durée d'environ 100.000 ans. Mais avant cela, l'effet de l'obliquité avait tendance à dominer. Durant la période du Pléistocène inférieur, les cycles glaciaires duraient plutôt presque exactement 41.000 ans.

Sonder le passé pour mieux comprendre le climat

Après 12 années de travail sur près de 10.000 échantillons, les chercheurs montrent que la précession jouait malgré tout un rôle à cette période lointaine. Elle pouvait, par exemple, être à l'origine d'étés plus chauds. Eux-mêmes responsables de la fonte de la calotte glaciaire. Mais sans aller jusqu'à son effondrement complet.

« Les calottes glaciaires du Pléistocène précoce dans l'hémisphère Nord étaient plus petites et limitées aux latitudes plus élevées où les effets de l'obliquité dominent sur ceux de la précession. Cela explique probablement pourquoi il nous a fallu si longtemps pour trouver des preuves d'un forçage de précession au début du Pléistocène », explique Stephen Barker, chercheur à l'université de Cardiff, dans un communiqué. De quoi améliorer la compréhension que les scientifiques ont de la dynamique climatique de notre Terre et, de fait, mieux prévoir les changements climatiques à venir.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !