Planète

D'énigmatiques cercles dans la glace du lac Baïkal

ActualitéClassé sous :climatologie , océanographie , Astronautique

D'étranges formations circulaires sont apparues, le temps d'une gelée, à la surface du lac Baïkal en Sibérie méridionale. Géologues et météorologues se perdent en conjectures et ne parviennent pas à expliquer cet étrange phénomène naturel.

Autre cercle dans la glace, photographié par l'instrument Modis du satellite Terra le 20 avril 2009. Crédit Nasa

S'étendant sur une longueur de 636 km avec une largeur moyenne de 48 km, le lac Baïkal se classe en huitième position avec une superficie de 31.500 km². D'origine tectonique, ce lac est riche d'un passé géologique mouvementé. En contact avec la plateforme sibérienne d'un côté et de l'autre avec les monts de l'Asie centrale, il longe une faille orientée du sud-sud-ouest au nord-nord-est, active depuis l'époque tertiaire.

Toujours en mouvement (30 séismes ont été ressentis durant le vingtième siècle), le lac Baïkal est profond de 1.637 mètres, et surmonte une couche de sédiments de plus de 7 km d'épaisseur. Il s'agit ainsi du lac le plus profond de la planète, mais aussi du volume d'eau douce le plus important avec 23.600 m³ (260 fois le lac Léman). Sa faune et sa flore, particulièrement riches, y compris en espèces endémiques, l'ont fait considérer comme la « Galapagos de la Russie » et classer en 1998 au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco.

Image prise le 25 avril 2009 depuis l'ISS au moyen d'un appareil Nikon 2DXs équipé d'une optique de 400 mm. Cliquer pour agrandir. Crédit Nasa

Une remontée d'eau chaude ?

Fin avril 2009, les astronautes de la Station Spatiale Internationale ont observé une étrange formation circulaire constituée de glace amincie dans l'extrémité méridionale du lac Baïkal. Cette région est une des plus froides, et l'eau peut y rester gelée jusque fin juin. L'examen d'enregistrements effectués au moyen de l'instrument Modis (satellites Aqua et Terra de la Nasa) indique que cette étendue circulaire, d'un diamètre de 4,4 kilomètres, était apparue le 5 avril.

Un autre cercle identique a été observé près du centre du lac, à proximité d'un relief immergé qui en sépare l'étendue en deux, jusqu'au 20 avril. Puis les nuages ont recouvert la zone, et le 24 avril, un trou apparaissait nettement dans la glace, laissant voir l'eau liquide. Un même phénomène s'était déjà produit en avril 1994 et en mai 1985, observé par les missions de navettes STS-59 et STS-51-B.

Bien qu'aucune explication n'ait pu être produite sur l'origine de ces phénomènes, leur configuration particulière suggère la présence d'une colonne de convection d'eau chaude provenant du fond du lac, survenant à une saison où l'épaisseur de la glace est réduite. Les différents cas enregistrés surviennent en effet en avril, et durent jusqu'à la fonte complète courant juin.

Si cette hypothèse apparaît la plus plausible, rien cependant ne peut expliquer actuellement l'origine de la source d'eau chaude provenant du fond du lac Baïkal, probablement en relation avec l'activité tectonique de la région.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi