Après des essais prometteurs chez la souris et avant de l’évaluer chez l’Homme, des chercheurs proposent d’étudier sur des chiens les effets d’une molécule anti-âge : la rapamycine, un médicament actuellement utilisé pour éviter les rejets de greffe.
Cela vous intéressera aussi

La rapamycine n'est pas un médicament nouveau : c'est un antibiotiqueantibiotique utilisé comme immunosuppresseur pour éviter les rejets de grefferejets de greffe. Mais serait-elle aussi la fontaine de jouvence capable de rallonger notre espérance de vieespérance de vie ? Cette moléculemolécule a pour cible TOR (Target Of Rapamycin), une protéineprotéine impliquée dans la croissance cellulaire. Elle pourrait donc agir directement en ralentissant le vieillissement, mais aussi en prévenant des maladies liées à l'âge, tels certains cancerscancers.

Plusieurs raisons expliquent qu'il n'y ait encore pas eu d'essais cliniques chez l’Homme. D'une part, les essais cliniquesessais cliniques chez les humains sont coûteux et il faudrait un essai sur une longue duréedurée pour savoir si un médicament peut rallonger l'espérance de vie. D'autre part, la rapamycine pourrait avoir des effets secondaires importants ; par exemple, une étude de 2008 indiquait que la molécule était liée à un risque accru de diabètediabète chez les personnes qui avaient subi une greffe de reinrein.

Chez la souris, une étude parue en 2009 dans Nature a montré que la rapamycine rallonge la vie de 13 % chez les femelles et de 9 % chez les mâles. Pour évaluer quels pourraient être les effets de la rapamycine sur l'Homme, des chercheurs proposent de tester la molécule sur des chienschiens. Deux biologistes moléculaires, Matthew Kaeberlein et Daniel Promislow de l'université de Washington (Seattle), ont invité des experts en santé canine et en biologie du vieillissement au symposium Healthy Aging in people and their pets, les 28 et 29 octobre pour discuter d'un tel essai.

Des expériences ont montré que la rapamycine allonge l’espérance de vie chez la souris. © Rama, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Des expériences ont montré que la rapamycine allonge l’espérance de vie chez la souris. © Rama, Wikimedia Commons, cc by sa 2.0

Le chien, modèle d’étude du vieillissement chez l'Homme

Les scientifiques proposent de donner de faibles doses de rapamycine à de grands chiens, dont la durée de vie est de 8 à 10 ans, alors âgés entre 6 et 9 ans. L'essai pilote pourrait inclure 30 chiens, dont la moitié recevrait le médicament.

L'objectif d'un tel essai serait d'évaluer la capacité du médicament à allonger l'espérance de vie des chiens, ainsi que de connaître les effets du médicament sur la santé en général. Cela permettrait d'en savoir plus sur les effets secondaires prévisibles chez l'Homme, les chiens apportant un modèle d'étude plus proche que la souris.

Pour justifier ce projet, Matthew Kaeberlein souligne que les chiens souffrent de maladies liées à l’âge proches de celles de leur maître et qu'ils vivent dans un environnement comparable. Il prévoit d'ailleurs d'inclure le sien dans l'étude, un berger allemandberger allemand, lorsque celui-ci sera suffisamment âgé...