Planète

Du chien géant au chien nain, un seul gène en cause ?

ActualitéClassé sous :zoologie , chien , taille

Nate Sutter, généticien du " National Human Genome Research Institute " à Bethesda, Maryland s'intéresse à l'hétérogénéité de la taille des chiens. Le 11 octobre, lors du meeting annuel de l' " American Society of Human Genetics " à la Nouvelle Orléans, Louisiane, Nate Sutter a présenté ses derniers résultats qui suggèrent qu'un gène joue un rôle majeur dans le contrôle de la taille des chiens.

Note : les Bulletins Electroniques (BE) sont un service ADIT et sont accessibles gratuitement sur www.bulletins-electroniques.com

Pour cette étude, les chercheurs ont, dans un premier temps, réalisé des clichés radiographiques de 500 caniches de différentes tailles leur permettant de définir 91 mesures standards. En se basant sur leurs données, les chiens ont été classés par catégories de taille. Les scientifiques ont ensuite étudié les différences génomiques et cartographié des séquences variables. Un variant du gène igf-1 codant l'" Insulin-like growth factor 1 " a été identifié.

Pour étudier plus en détail l'importance de ce gène, les scientifiques ont étudié le gène igf-1 chez 75 caniches, 350 autres chiens de race et de tailles variables (du Yorshire au St Bernard) ainsi que des cousins canins assez proches tels que les loups et les renards. 18 races de petits chiens portent le variant du gène igf-1 retrouvé chez les caniches alors qu'aucune des 15 races de grande taille ne présente ces variations. Ces données suggèrent que le gène igf-1 joue un rôle majeur dans le contrôle de la taille des chiens.

Ce gène semble effectuer son contrôle par la quantité de facteur de croissance synthétisée. Chez les caniches, par exemple, les petits chiens fabriquent moins de facteur de croissance que les grands chiens. Il semble qu'en croisant les petits chiens entre eux, l'homme ait sélectionné ce variant du gène igf-1, caractéristique désormais les petits chiens.
Selon Sutter, cette étude prouve l'intérêt des études génétiques chez le chien. En effet, les éleveurs de chiens ont crée des races pures, qui ont l'avantage d'avoir perdu bon nombre de leur variations génétiques.

Par Brice Obadia, Hedi Haddada & Sophia Gray

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi