Sciences

Traitement antituberculeux : progrès pour réduire considérablement sa durée

ActualitéClassé sous :recherche , tuberculose , vaccin

Les résultats cliniques concernant une nouvelle association thérapeutique qui pourrait réduire considérablement la durée du traitement antituberculeux ont été présentés le 17 décembre 2005 à Washington, à la quarante-cinquième Conférence annuelle interscience sur les agents antimicrobiens et la chimiothérapie.

Traitement antituberculeux : progrès pour réduire considérablement sa durée

Les résultats des essais de phase II d'un schéma thérapeutique renfermant de la gatifloxacine montrent un grand potentiel. Il s'avère beaucoup plus actif que celui actuellement recommandé de six mois sous isoniazide, rifampicine, pyrazinamide et éthambutol et il permet d'envisager de réduire à quatre mois la durée du traitement lorsqu'on utilise la gatifloxacine.

« Nous essayons de réunir les partenaires des secteurs public et privé pour accélérer la mise au point de ce nouveau traitement, a déclaré le Dr Robert Ridley, Directeur du Programme spécial de recherche et de formation concernant les maladies tropicales (TDR), basé à l'Organisation mondiale de la Santé. C'est le schéma thérapeutique court dont la mise au point est la plus avancée et nous pourrions le mettre à la disposition du public d'ici à la fin de 2009, si nous continuons d'obtenir de bons résultats. »

La recherche de moyens pour raccourcir la durée des traitements a été reconnue comme une priorité de la santé publique par le partenariat "Halte à la tuberculose". « L'association à doses fixes renfermant de la gatifloxacine répond à la demande faite par la nouvelle stratégie de l'OMS pour juguler la tuberculose, de disposer de nouveaux moyens et, notamment, de nouveaux schémas thérapeutiques significativement plus courts que les traitements actuels de six mois », explique le Dr Mario Raviglione, Directeur à l'OMS de "Halte à la tuberculose..

Un tiers de la population mondiale est infectée par Mycobacterium tuberculosis, l'agent causal de la tuberculose et environ 8 millions de personnes développent chaque année la forme évolutive de la maladie. La pandémie de VIH/SIDA a provoqué une augmentation spectaculaire de l'incidence de la tuberculose. Le raccourcissement des schémas thérapeutiques contribuera aussi à améliorer l'observance et empêchera l'apparition de tuberculoses à bacilles multirésistants.

L'essai de phase II a été conduit par le Conseil sud-africain de la recherche médicale à Durban (Afrique du Sud) chez des patients pour lesquels la tuberculose pulmonaire venait d'être diagnostiquée, avec ou sans co-infection par le VIH. Il a été conçu pour mesurer l'action antituberculeuse au cours des deux premiers mois de traitement et la comparer avec le schéma thérapeutique standard recommandé par l'OMS et deux autres schémas similaires renfermant soit de l'ofloxacine, soit de la moxifloxacine. On a montré que les traitements renfermant soit de la gatifloxacine, soit de la moxifloxacine étaient significativement plus actifs que le schéma thérapeutique standard ou celui avec l'ofloxacine après deux mois.

Un essai clinique multi-centré en phase III est prévu afin de confirmer si l'efficacité du schéma thérapeutique sur 4 mois à base de gatifloxin est équivalente à celle du traitement standart de 6 mois. Plusieurs sites d'études sont prévus : au Bénin, en Guinée, au Kenya, au Sénégal, et en Afrique du Sud. Arnd Hoeveler, de la commission Européenne « Le choix de ces sites d'étude est le résultat d'un consortium, placé sous l'égide de la Commission Européenne, qui réunit 10 institutions européennes et africaines : Le consortium OFLOTUB. Celui-ci est en train de finaliser les termes d'une collaboration avec l'OMS pour développer ce nouveau traitement significativement plus court. Nous sommes enchantés de contribuer à cet effort ».

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi