Santé

Un vaccin contre le sida, dérivé d'un vaccin contre la rougeole

ActualitéClassé sous :médecine , VIH , SIDA

Ce projet financé par l'Union Européenne sera mené en collaboration avec des centres de recherche académiques situés en France, en Belgique et en Grande Bretagne. GlaxoSmithKline Biologicals et l'Institut Pasteur s'engagent dans une collaboration à l'échelle européenne pour le développement d'un vaccin contre le Sida fondé sur une technologie qui permet d'introduire des gènes du VIH dans un vaccin contre la rougeole.

Un vaccin contre le sida, dérivé d'un vaccin contre la rougeole

L'Institut Pasteur va céder à GSK Biologicals un droit d'accès à son brevet sur la technologie des vecteurs recombinants de la rougeole et les deux partenaires vont collaborer au développement d'un candidat vaccin contre le Sida. Le vaccin contre la rougeole, utilisant la souche Schwarz du virus de la rougeole, est connu pour conférer une immunité de très longue durée. Les scientifiques espèrent que l'utilisation de ce vaccin rougeole comme vecteur de protéines du VIH leur permettra de développer un vaccin efficace et offrant une protection de longue durée contre le Sida.

Ce projet est soutenu par une subvention de 5,5 millions d'euros de l'Union Européenne. Il sera mené en collaboration avec quatre centres de recherche situés en France, en Belgique et en Grande-Bretagne : le CIC de vaccinologie Cochin-Pasteur situé à l'Hôpital Cochin à Paris, le centre de vaccinologie de l'Université de Gand en Belgique, et en Grande-Bretagne, le St. George's Hospital Medical School's Vaccine Institute et le National Institute for Biological Standards and Control.

Le projet prévoit le développement d'un procédé de production de vaccins expérimentaux ainsi que l'exécution de deux essais cliniques. Le premier essai évaluera l'innocuité de l'approche utilisée. Le second vérifiera à la fois l'innocuité et le pouvoir immunogène du vaccin chez des volontaires ayant une immunité pré-existante contre la rougeole. La collaboration est prévue pendant quatre à cinq ans et les essais cliniques commenceront au cours de la troisième année.

"La gravité du problème du Sida au niveau mondial exige que toutes les voies possibles de développement d'un vaccin sûr et efficace soient examinées" déclare Jean Stéphenne, Président de GlaxoSmithKline Biologicals, la division vaccin de GSK."Nous sommes très enthousiasmés par ce partenariat avec l'Institut Pasteur, qui apporte son aura historique et sa technologie innovante du vaccin recombinant de la rougeole. Nous sommes aussi extrêmement heureux que l'Union Européenne puisse apporter un soutien financier nécessaire. Il s'agit d'un modèle de partenariat entre les secteurs public et privé. GSK travaille sur différentes approches de vaccins contre le Sida dans le but de développer un vaccin efficace et de le rendre accessible à tous ceux qui en ont besoin."

GSK, très actif dans la lutte contre les trois principales pathologies infectieuses de gravité mondiale, est fier d'apporter sa contribution scientifique et son expertise industrielle dans la recherche contre le VIH, la tuberculose et la malaria.

"Plus de 20 ans après la découverte du VIH à l'Institut Pasteur, le Sida reste l'un de nos objectifs prioritaires. Les chercheurs de l'Institut Pasteur sont impliqués dans des approches innovantes dans le but de combattre ce fléau inacceptable. Nous nous réjouissons aujourd'hui du soutien de l'Union Européenne et nous sommes heureux de mener ce projet en partenariat avec GlaxoSmithKline Biologicals, un leader dans le développement de vaccins contre un grand nombre de pathologies dont le VIH," ajoute Alice Dautry, Directrice Générale de l'Institut Pasteur.

Pour Octavi Quintana-Trias, Directeur de la Recherche Médicale de la Commission Européenne, l'engagement de l'industrie est primordiale pour le développement d'un vaccin sûr et efficace contre le Sida. L' Union Européenne encourage la collaboration entre des partenaires académiques et industriels dans des projets de recherche innovants. Le partenariat entre l'un des leaders mondiaux de la production de vaccins et un institut de recherche biomédicale de renommée mondiale aura sûrement un impact fort dans la recherche d'un vaccin contre le Sida. Ce programme s'ajoute aux dix nouveaux projets sur le VIH/Sida que l'Union européenne financera cette année.

GSK Biologicals avait déjà annoncé cette année une collaboration avec l'International AIDS Vaccine Initiative pour le développement d'un vaccin contre le Sida utilisant un vecteur adénovirus non humain spécifique des primates. GSK Biologicals développe également en interne un projet de vaccin contre le Sida utilisant une technologie qui repose sur l'utilisation d'adjuvants dont la firme est propriétaire. Le développement d'un vaccin efficace pourrait nécessiter la combinaison de plusieurs de ces approches.

À l'Institut Pasteur à Paris, une quinzaine d'équipes sont mobilisées sur le VIH et travaillent sur différentes approches couvrant la plupart des domaines de recherche actuellement prioritaires, et parmi elles, plusieurs ont trait à la recherche de vaccins. De nombreux programmes sont réalisés en liaison avec l'Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS) et en collaboration avec le Réseau International des Instituts Pasteur.

Cela vous intéressera aussi