Des chercheurs ont mis au point un composé dont l’architecture semble adaptée à lutter contre les superbactéries. © Gerhard Seybert, Fotolia

Planète

Une nouvelle arme tueuse de superbactéries résistantes aux antibiotiques

ActualitéClassé sous :bactéries , superbactéries , bactéries multirésistantes

Selon l'Organisation mondiale de la santé, trouver de nouveaux traitements pour lutter contre les bactéries à Gram négatif doit aujourd'hui devenir une priorité. Celles-ci causent en effet des infections dont les taux de mortalité sont élevés. Et elles semblent capables de rapidement devenir résistantes aux traitements antibiotiques classiques. Mais des chercheurs pourraient avoir trouvé une solution.

En Europe, les superbactéries tuent chaque année quelque 25.000 personnes. Un nombre qui pourrait bien exploser dans les années à venir avec l'apparition de plus en plus de résistances aux antibiotiques. À moins que les chercheurs ne découvrent de nouvelles armes pour lutter contre ce type de bactéries. Et c'est précisément ce qu'une équipe de l'université de Sheffield (Royaume-Uni) annonce aujourd'hui.

« Les antibiotiques disponibles sur le marché présentent des structures très similaires, explique Kirsty Smitten. Le composé que nous avons mis au point est totalement différent. » Les chercheurs, en effet, ont identifié des composés métalliques efficaces contre des bactéries dites à Gram positif, mais plus encore contre celles dites à Gram négatif.

La structure chimique du composé que les chercheurs de l’université de Sheffield ont identifié comme actif contre les superbactéries : le [Ru(phen)2(tpphz)]2+. © Université de Sheffield

Plusieurs modes d’action

L'équipe s'est plus particulièrement intéressée au cas d'Escherichia coli (E. coli) qui cause, de par le monde, des centaines de milliers d'infections aujourd'hui non traitables. Les chercheurs ont testé l'effet de différents composés du ruthénium. Grâce à des techniques de microscopie avancées, ils ont pu suivre précisément la voie empruntée par ces composés et leur effet sur les bactéries.

L'un d'entre eux s'est montré tout particulièrement actif, non seulement sur des souches non pathogènes, visées aussi par les antibiotiques classiques, mais surtout sur des souches multirésistantes. Selon les chercheurs, l'efficacité du composé tient dans le fait qu'il semble avoir plusieurs modes d'action. En outre, des études réalisées sur des cultures cellulaires et le modèle animal montrent que le composé en question n'est pas toxique pour les eucaryotes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La résistance des bactéries aux antibiotiques, une menace grandissante  Les antibiotiques possèdent la propriété de tuer ou de limiter la propagation des bactéries. Or, certaines ne réagissent plus aux traitements. Dans cet épisode, Patrice Courvalin explique les trois grands mécanismes du processus de résistance.