Quand bactéries et uranium font bon ménage...

DossierClassé sous :médecine , biologie , bactérie

-

Depuis une vingtaine d'année, grâce aux outils de la biologie moléculaire, l'immensité du monde bactérien est apparue aux microbiologistes. Les quelques 5000 espèces connues à ce jour ne sont que la partie émergée de l'iceberg. Les bactéries sont capables de s‘adapter à des conditions de vie extrêmement variées et, peuvent se développer en présence de fortes concentrations de molécules toxiques.

  
DossiersQuand bactéries et uranium font bon ménage...
 

Depuis une vingtaine d'année, grâce aux outils de la biologie moléculaire, l'immensité du monde bactérien est apparue aux microbiologistes. Les quelques 5000 espèces connues à ce jour ne sont que la partie émergée de l'iceberg.

Les bactéries sont capables de s'adapter à des conditions de vie extrêmement variées et, en particulier, peuvent se développer en présence de fortes concentrations de molécules toxiques.

Dans le cadre de l'étude des interactions uranium/vivant, nous cherchons à exploiter cette extraordinaire ressource génétique que représentent les bactéries de l'environnement. Ces bactéries nous servent de modèle pour mieux comprendre d'un côté, les effets de l'uranium sur la cellule et de l'autre, les mécanismes intervenant dans la réponse suite à l'exposition à ce toxique.

Boite de Petri