Une vague de superbactéries déferle sur le monde, alerte l’OCDE

Classé sous :médecine , bactéries , infections

Dans un rapport publié ce mercredi 7 novembre, l'OCDE alerte sur les impacts dramatiques de la résistance aux antibiotiques. Le rapport stipule que « les infections par des bactéries multi-résistantes pourraient coûter la vie à 2,4 millions de personnes à travers l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Australie » entre 2015 et 2050. En cause, des décennies d'une consommation abusive d'antibiotiques. Cette « vague de superbactéries » concerne le monde entier. 17 % des infections sont déjà résistantes dans les pays de l'OCDE. Ce nombre grimpe à 40 à 60 % au Brésil, en Indonésie ou encore en Russie.

Parallèlement, une étude sur les impacts de la résistance bactérienne aux antibiotiques, parue il y a quelques jours dans The Lancet Infectious Diseases, fait état de 671.689 infections et plus de 33.110 décès en Europe en 2015. Ce bilan est « comparable aux impacts cumulés de la grippe, de la tuberculose et du Sida ». Et il ne fera qu'empirer : l'OCDE prévient qu'en 2030, la prévalence des bactéries résistantes aux antibiotiques de deuxième et troisième générations sera 70 % plus élevée dans les pays de l'OCDE par rapport à 2005.

La croissance de l'antibiorésistance a aussi un impact économique désastreux puisqu'elle pourrait coûter jusqu'à 3,5 milliards de dollars par an à travers les pays de l'OCDE. Pour enrayer cette tendance, l'organisation préconise d'adopter des mesures simples : se laver les mains plus souvent, prescrire les antibiotiques de façon plus mesurée, etc.

L’OCDE avertit que les infections par des bactéries multirésistantes aux antibiotiques vont se multiplier au cours des 30 prochaines années. Elles ont provoqué la mort de 33.110 personnes en Europe en 2015. © DP