En hiver 2019, un lac a littéralement disparu de l’Antarctique. Il s’est écoulé par le fond, après avoir brisé la glace de la plateforme qui le soutenait, expliquent aujourd’hui des chercheurs de la Scripps Institution of Oceanography de l’université de Californie à San Diego (États-Unis). © prasitphoto, Adobe Stock
Planète

Antarctique : comment ce lac a-t-il pu disparaître en 3 jours ?

ActualitéClassé sous :Antarctique , lac , Réchauffement climatique

Avec le réchauffement climatique, les chercheurs s'attendent à ce que la fonte de surface des plateformes de glace flottantes en Antarctique s'accélère. Mais les conséquences sur la stabilité desdites plateformes restent mal connues. L'étude réalisée par une équipe sur la disparition d'un lac de fonte pourrait apporter quelques réponses.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L’avenir de l’Antarctique se joue à Paris  Du 14 au 24 juin 2021, la France accueille la 43e réunion consultative du traité de l’Antarctique (RCTA). Un traité destiné à protéger l’Antarctique et son environnement. Parmi les premières nations à s’être installées durablement sur ce continent blanc par le biais de la station Dumont d’Urville, la France y mène aujourd’hui encore des projets de recherche en étroite avec des équipes venues du monde entier. Avec l’Astrolab comme précieux outil de soutien logistique. © Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères 

Nous sommes en hiver 2019. L'hiver de l'hémisphère Sud. Quelque part à l'ouest de l’Antarctique. Du côté de celle que les chercheurs appellent la plateforme de glace Amery. Une région qui draine d'énormes quantités d'eau et forment ainsi des lacs gigantesques à la surface de la banquise. Et ce fameux hiver 2019, les scientifiques ont assisté là à un phénomène rare : entre 600 et 750 millions de mètres cubes d'eau se sont évaporés d'un lac recouvert de glace.

Sur cette image, une idée de ce que peuvent représenter entre 600 et 750 millions de mètres cubes d’eau. © Philipp Arndt, Scripps Institution of Oceanography, Université de Californie à San Diego

Évaporés ? Façon de parler. En fait, des chercheurs de la Scripps Institution of Oceanography de l’université de Californie à San Diego (États-Unis) viennent tout juste de comprendre. « Nous pensons que le poids de l'eau accumulée dans ce lac profond a ouvert une fissure dans la plateforme de glace, une hydrofracture qui a permis à l'eau de s'écouler dans l'océan situé en dessous », explique Roland Warner, glaciologue, dans un communiqué.

Il ne restait alors plus, en lieu et place du lac, qu'une sorte de doline de glace. Une dépression semblable à un cratère s'étendant sur environ onze kilomètres carrés. Et contenant les restes fracturés de la couverture de glace. Le satellite ICESat-2 (Nasa) a été témoin de l'événement. Ses images montrent qu'au moment de la fracturation, la couverture de glace est tombée jusqu'à 80 mètres de profondeur. Même si en libérant toute cette eau dans l'océan, la plateforme flottante est remontée d'un coup. De plus de 35 mètres.

Sur ces images satellites, vers le haut, à gauche, le lac recouvert de glace et à droite, la doline créée par l’hydrofracturation de la plateforme. © Warner et al., Geophysical Research Letters

Vers un effondrement de la plateforme glaciaire ?

Les chercheurs ont déjà pu observer comment les petites plateformes de glace s'effondrent par hydrofracturation. Le phénomène avait pourtant rarement été observé sur une épaisseur de glace de quelque 1.400 mètres ! Mais, avec le réchauffement climatique, les modèles montrent que de plus en plus de lacs de fonte vont se former. Augmentant donc le risque d'hydrofracturation généralisée. Et faisant craindre un effondrement des plateformes glaciaires. Un effondrement qui serait responsable d'une élévation marquée du niveau mondial de la mer.

Les chercheurs soulignent tout de même qu'il est prématuré de conclure que le drainage de ce lac est lié directement au réchauffement climatique. Leurs données montrent que la quantité d'eau perdue cet hiver 2019 est plusieurs fois supérieure à l'apport annuel d'eau de fonte dans le secteur. Ce qui les amène à conclure que « cet événement brutal est apparemment le point culminant de décennies d'accumulation et de stockage d'eau de fonte sous un couvercle de glace isolant ».

Lors de la saison de fonte suivante, les glaciologues ont d'ores et déjà observé la formation d'un lac moins profond dans une zone soulevée de l'ancien lac. Ils ignorent toutefois si la doline se remettra à accumuler de l'eau ou si elle finira par l'écouler plus fréquemment vers l'océan. En 2020, la fissure s'est en tout cas brièvement rouverte. Et les chercheurs vont désormais suivre son évolution de près.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !