Un gigantesque iceberg -- de quelque 1.270 km2, soit plus que la taille de l'agglomération parisienne -- vient tout juste de se détacher de la barrière de Brunt, une plateforme de 150 mètres d'épaisseur, à proximité de la base antarctiqueantarctique Halley administrée par le British Antarctic Survey (BAS).

Animation de la formation de l'iceberg A-74 en Antarctique. © Copernicus Sentinel data (2021), processed by ESA, CC BY-SA 3.0 IGO
Animation de la formation de l'iceberg A-74 en Antarctique. © Copernicus Sentinel data (2021), processed by ESA, CC BY-SA 3.0 IGO

Cela faisait une dizaine d'années déjà que les chercheurs s'attendaient à un grand vêlagevêlage, une chute d'iceberg. Et plus encore depuis novembre dernier. Une nouvelle faillefaille -- le North Rift -- s'était alors dirigée vers une autre grande faille éloignée de quelque 35 kilomètres, près du glacierglacier Stancomb-Wills. En janvier de cette année, la faille a poussé vers le nord-est, parfois d'un kilomètre par jour. Pour finalement laisser s'échapper l'iceberg au matin du 26 février 2021, après que la faille s'est élargie de plusieurs centaines de mètres en quelques heures seulement.

Sur cette animation, le vêlage de l’iceberg géant du côté de la barrière de Brunt, en Antarctique. © British Antarctic Survey

Les chercheurs surveillaient la faille quotidiennement à l'aide de mesures GPSGPS et d'images satellites. En 2016, la base antarctique Halley avait ainsi été déplacée vers l'intérieur des terresterres pour éviter tout problème aux chercheurs présents sur place -- notez que la base est actuellement fermée pour l'hiverhiver qui arrive. Et ils continueront désormais à suivre l'évolution de l'iceberg afin de déterminer s'il s'éloigne de la barrière de Brunt ou si au contraire, il viendra s'y échouer, provoquant des dommages à la plateforme.

Une carte de la région. © <em>British Antarctic Survey</em>
Une carte de la région. © British Antarctic Survey

Un iceberg géant sur le point de se détacher en Antarctique

Article de Floriane Boyer paru le 25/02/2019

Un iceberg pourrait se détacher de la barrière de glace de Brunt en Antarctique comme une fissure est en train la découper, partant du sud vers le nord. © <em>Nasa Earth Observatory image by Joshua Stevens using Landsat data from the U.S. Geological Survey</em>
Un iceberg pourrait se détacher de la barrière de glace de Brunt en Antarctique comme une fissure est en train la découper, partant du sud vers le nord. © Nasa Earth Observatory image by Joshua Stevens using Landsat data from the U.S. Geological Survey

La barrière de Brunt en Antarctique menace de rompre prochainement. Une fissure continue en effet de s'ouvrir, se propageant du sud vers le nord, dans cette plateforme de glaceplateforme de glace flottante de 150 m d'épaisseur, qui prolonge la calotte polairecalotte polaire dans l'océan. Quand elle l'aura découpé sur toute sa largeur, un iceberg de 1.700 km² risque de s'en détacher, avertit le Nasa Earth Observatory dans un communiqué. Ce serait, pour la barrière de Brunt, le plus gros iceberg de son histoire depuis 1915.

La fissure se propageant vers le nord, vue le 23 janvier 2019 par le satellite Landsat 8. Elle se nomme Chasm 1. Au nord, une autre fissure appelée <em>Halloween Crack</em>, ouverte en octobre 2016, se dirige vers l'est. © <em>Nasa Earth Observatory image by Joshua Stevens using Landsat data from the U.S. Geological Survey</em>
La fissure se propageant vers le nord, vue le 23 janvier 2019 par le satellite Landsat 8. Elle se nomme Chasm 1. Au nord, une autre fissure appelée Halloween Crack, ouverte en octobre 2016, se dirige vers l'est. © Nasa Earth Observatory image by Joshua Stevens using Landsat data from the U.S. Geological Survey

La fissure appelée Chasm 1, où chasm signifie que le gouffregouffre descend jusqu'à la mer, court depuis longtemps dans la barrière de Brunt. Cela faisait cependant 35 ans qu'elle n'avait pas évolué. Les scientifiques ont constaté qu'elle s'était réveillée en décembre 2012. Elle s'allongeait d'environ 1,7 km par an, mais a commencé à accélérer ces dernières années, gagnant jusqu'à 4 km par an. Elle devrait rejoindre les McDonald Ice Rumples, des plis formés là où le ventre de la barrière de glacebarrière de glace frotte contre un relief sous-marinsous-marin élevé, à quelques kilomètres au nord. À moins qu'elle n'aille rencontrer une autre crevasse, surnommée Halloween Crack car ouverte en octobre 2016, qui se propage vers l'est.

En octobre 2018, 7 km séparaient Chasm 1 des <em>McDonald Ice Rumples</em>. L'avancement de <em>Chasm 1</em> et l'apparition de <em>Halloween Crack</em> en 2016 ont poussé les scientifiques à déplacer la base Halley installée sur la barrière de Brunt. La nouvelle position de cette station de recherche dirigée par le <em>British Antarctic Survey</em> (BAS) est indiquée par le point jaune noté Halley VIa. © <a href="https://www.bas.ac.uk/project/brunt-ice-shelf-movement/" target="_blank"><em>British Antarctic Survey</em></a>
En octobre 2018, 7 km séparaient Chasm 1 des McDonald Ice Rumples. L'avancement de Chasm 1 et l'apparition de Halloween Crack en 2016 ont poussé les scientifiques à déplacer la base Halley installée sur la barrière de Brunt. La nouvelle position de cette station de recherche dirigée par le British Antarctic Survey (BAS) est indiquée par le point jaune noté Halley VIa. © British Antarctic Survey