Maison

Optimiser son chauffe-eau solaire, les bons choix techniques

Dossier - Chauffe-eau solaire, le bon choix à coup sûr
DossierClassé sous :chauffage , chauffe eau solaire , soleil

-

Voici le principe du chauffe-eau solaire : laissez un tuyau d’arrosage rempli d’eau en plein soleil... Au bout de quelque temps, l’eau qui va sortir du tuyau sera chaude. Elle le sera encore plus si le tuyau est de couleur sombre, et même brûlante si une vitre est placée au-dessus du tuyau. Pour les systèmes actuellement commercialisés, la technologie est « légèrement » plus aboutie. Elle permet de tirer parti au maximum du moindre rayonnement que nous envoie le dieu Râ, arrivant sur Terre après un parcours de quelque 150 millions de kilomètres !

  
DossiersChauffe-eau solaire, le bon choix à coup sûr
 

1 - Comportement des usagers

Un appoint de chauffage sera toujours nécessaire pour couvrir les besoins d'eau chaude pendant les périodes sans soleil.

Cependant, si le fonctionnement du chauffe-eau solaire est harmonisé avec votre façon de consommer l'eau chaude, les besoins de l'appoint sont considérablement réduits. Dans l'idéal, il faudrait plutôt puiser l'eau chaude le matin, pour qu'une fois le soleil bien actif (fin de matinée), il puisse donner ses calories à l'eau du ballon, qui les gardera bien au chaud jusqu'au lendemain matin...

Selon les goûts et les possibilités, les capteurs solaires ne sont pas seulement posés sur un toit. Ils peuvent être intégrés dans la toiture © Clipsol - Tous droits réservés

On peut également optimiser son CESI en supprimant le chauffage d'appoint durant certaines heures avec une simple horloge programmable (de 6 h à 18 h par exemple). Si la journée est ensoleillée, vous allez refaire votre stock d'eau chaude petit à petit durant la journée. Il n'y aura par contre peut-être pas d'eau chaude pour le midi. Mais le soir, l'eau du ballon aura été entièrement chauffée gratuitement. Si le soleil n'a pas brillé suffisamment, à 18 h l'appoint se met en route et une heure plus tard 100 litres d'eau chaude seront disponibles. Avec ce système, il sera facile de modifier la programmation de l'horloge suivant vos besoins, et l'appoint pourra être complètement stoppé pendant vos longues absences.

Selon les goûts et les possibilités,les capteurs solaires ne sont pas seulement posés sur un toit. Ils peuvent être posés sur un châssis métallique au sol © Giordano Industries - Tous droits réservés

2 - Les bons choix techniques

L'implantation peut sembler évidente, mais il est toujours bon de le rappeler : l'emplacement des capteurs doit être libre de toute ombre portée (masques lointains comme une montagne, un immeuble ou un grand arbre, et masques proches tels une cheminée, un décrochage de toit...). Dans les cas difficiles, une étude à partir d'un diagramme solaire permettra d'évaluer le potentiel solaire réel.

L'emplacement du ballon a également un impact sur les performances du système. Pour limiter les pertes thermiques, il faut que la distance capteur-ballon soit la plus faible possible, et il faut autant que possible placer le ballon dans un local chauffé ou au moins isolé pour qu'il ne se refroidisse pas trop vite.

L'orientation plein sud est à privilégier, mais un décalage d'une vingtaine de degrés vers l'est ou l'ouest n'est quasiment pas préjudiciable. L'inclinaison des capteurs est optimale à 35 °, mais leur productivité sera tout de même bonne avec une pente de 20 à 55 °.

Selon les goûts et les possibilités,les capteurs solaires ne sont pas seulement posés sur un toit. Ils peuvent être intégrés dans la toiture, posés sur un pignon. © Giordano Industries - Tous droits réservés

3 - De l’eau chaude solaire pour les machines à laver

Il est fortement recommandé de limiter l'utilisation d'un chauffe-eau solaire au chauffage de l'eau sanitaire pour la salle de bains, la cuisine et aussi pour alimenter des machines à laver le linge ou la vaisselle. L'ajout d'un ou deux capteurs pour couvrir une partie des besoins de chauffage en hiver et chauffer une piscine en été est généralement contre-productif.

Les systèmes solaires combinés (chauffage et eau chaude sanitaire) requièrent une conception spécifique et ne peuvent pas être assimilés à des chauffe-eau solaires surdimensionnés. Par contre, un investissement supplémentaire pour alimenter sa machine à laver avec l'eau chaude solaire sera rapidement amorti. Un lave-vaisselle peut être connecté directement au ballon solaire, avec un mitigeur pour éviter que la température d'entrée ne dépasse 60 °C (afin de ne pas endommager les joints du lave-vaisselle).

Le branchement d'un lave-linge est plus complexe. Un connecteur spécifique existe. Fabriqué en Allemagne par Martin Elektrotechnik, il est distribué en France par l'entreprise Solaire Connexion (prix d'environ 300 E). On pourra éviter cette dépense en achetant un mitigeur permettant de régler manuellement la température de l'alimentation suivant les besoins du linge à laver, et éventuellement d'utiliser de l'eau froide pour la phase de rinçage.

-- Inconvénient : il faut être sur place pour suivre le cycle de lavage de la machine.

4 - Une bonne maintenance

Un chauffe-eau solaire demande peu de maintenance, surtout si son fonctionnement est bien compris par l'usager. Néanmoins, lier l'entretien du chauffe-eau solaire à un contrat de maintenance de chaudière (quand on en a une) permettra d'assurer un rendement optimum sur une longue période. Une installation solaire fonctionne pendant au minimum 20 ans. Les capteurs et la plupart des composants sont conçus en conséquence, mais les structures de fixation des capteurs et l'isolation thermique des tuyaux sont souvent d'une qualité moindre. Il faut donc soigner la partie extérieure de l'installation. L'intégration des capteurs en toiture écarte certains problèmes dus aux intempéries, en protégeant les organes externes des capteurs, comme les tuyaux de liaison et les sondes.

Pour le nettoyage des capteurs, la pluie fait le gros du travail. Mais lorsqu'on vit en ville ou à proximité d'une route très fréquentée, un dépôt gras a tendance à se former. Il est alors recommandé de nettoyer les vitres du capteur une fois par an (tout comme à chaque début d'automne, dans les régions sèches et poussiéreuses).