Maison

Témoignages d’utilisateurs

Dossier - Chauffe-eau solaire, le bon choix à coup sûr
DossierClassé sous :chauffage , chauffe eau solaire , soleil

-

Voici le principe du chauffe-eau solaire : laissez un tuyau d’arrosage rempli d’eau en plein soleil... Au bout de quelque temps, l’eau qui va sortir du tuyau sera chaude. Elle le sera encore plus si le tuyau est de couleur sombre, et même brûlante si une vitre est placée au-dessus du tuyau. Pour les systèmes actuellement commercialisés, la technologie est « légèrement » plus aboutie. Elle permet de tirer parti au maximum du moindre rayonnement que nous envoie le dieu Râ, arrivant sur Terre après un parcours de quelque 150 millions de kilomètres !

  
DossiersChauffe-eau solaire, le bon choix à coup sûr
 

1 - Dix mois d’eau chaude 100% solaire par an

C'est ce qu'apporte le chauffe-eau solaire de la famille Garcia installée à Maraussan, dans l'Hérault. « Notre installation date de juillet 2004 et se compose de 7 m2 de capteurs plans raccordés à un ballon de 400 litres. Elle est légèrement surdimensionnée pour nos besoins (nous sommes cinq en moyenne à la maison), mais nous préférions avoir une marge pour profiter au maximum des apports solaires. Du coup, nous utilisons également l'eau chaude solaire pour alimenter le lave-vaisselle. Les premiers mois, je suivais au jour le jour les performances de notre chauffe-eau, raconte Éric. En rentrant, le soir vers 18 h, je regardais la température de l'eau dans le haut du ballon et, si celle-ci était inférieure à 55 °C (ce qui est assez rare), j'allumais manuellement l'appoint électrique (résistance de 2 kW). Il fallait alors deux heures pour que l'eau arrive à température pour les douches du soir. Aujourd'hui, je m'occupe moins du système, et l'allumage de la résistance est souvent automatique. Le fonctionnement est donc un peu moins optimisé, mais je suis tout de même satisfait du résultat : 43 euros d'électricité à l'année, toutes utilisations confondues (chauffe-eau, lumière, appareils électroménagers). La première année, je n'ai pas utilisé l'appoint pendant un peu plus de 10 mois.

© Julie Barbeillon - Tous droits réservés

Coût total de l'opération : 3 600 euros (subventions déduites). Nous avions choisi à l'époque la marque Phœnix, labellisée Ange Bleu, et nous ne le regrettons pas, le système fonctionne au-delà de nos espérances. »

2 - 10 ans d’eau chaude solaire

Voici dix ans, Claude a fait le choix du solaire pour chauffer l'eau sanitaire de son foyer. Et pour rien au monde il ne reviendrait sur cette décision. Après une décennie de fonctionnement, l'installation « tourne » toujours aussi bien. 6 m2 de capteurs alimentent un ballon inox de 300 litres, acheté au rabais sur un stand en fin de Salon de l'habitat à Orléans.

© Julie Barbeillon - Tous droits réservés

L'appoint électrique est ici réalisé grâce à un ballon de 200 litres qui vient se placer en aval du ballon solaire. Un compteur permet à Claude de chiffrer le nombre d'heures de fonctionnement de la résistance (2,2 kW) de ce ballon : en 2006, elle a chauffé pendant 532 heures au total soit environ 22 journées en continu. La particularité de cette installation est que les capteurs sont placés dans le jardin, sur un châssis fixe métallique. « Ma maison étant quasiment orientée est-ouest, j'aurais dû placer les capteurs sur le pignon sud. J'ai préféré les poser dans le jardin pour ne pas changer l'esthétique de la maison et pour qu'ils soient plus proches du garage dans lequel se trouve le reste de l'installation (ballon, vase d'expansion, pompes...). En plus, cela m'a permis de les positionner de façon optimale, plein sud et inclinés à 45° », explique le propriétaire passionné de technologie et d'économies d'énergie. Si c'était à refaire, Claude diminuerait légèrement la taille de son installation. Ils ne sont plus que deux à utiliser l'eau et en été c'est la surchauffe assurée : il faut recouvrir les capteurs par une bâche afin qu'ils ne montent pas trop en température. Mais pour l'hiver, le surdimensionnement est intéressant, car une fois l'eau du ballon mise à température par le soleil, il y a de l'eau chaude durant deux journées entières en cas de mauvais temps.