Tech

Les non-tissés, une nouvelle génération de textiles

Dossier - Les enjeux des textiles du futur
DossierClassé sous :technologie , textile , fibre

-

Avec les nouvelles fibres synthétiques et la combinaison des nombreux savoir-faire textiles ou connexes (non-tissés, composites), le textile s’exprime aujourd’hui dans un esprit renouvelé et décline des géométries nouvelles. Les activités textiles contemporaines connaissent une formidable révolution, source de nouvelles réalités sociales et économiques.

  
DossiersLes enjeux des textiles du futur
 

La fabrication de non-tissés trouve son origine dans les industries du textile, du papier, du plastique et du cuir, qui, pour répondre à un marché émergent, ont adapté leurs procédés et leurs matières premières. C'est dans les années 1960, avec l'apparition de l'industrie des fibres synthétiques et des polymères, que l'on voit l'essor de l'industrie des non-tissés.

Les non-tissés sont une nouvelle génération de textiles. Ici, gros plan sur un mur végétal monté sur un géotextile. © Virginia Manso, CC by-nc 2.0

Le non-tissé est « une feuille manufacturée, constituée de voile ou de nappe de fibres orientées directionnellement ou au hasard, liées par friction, par cohésion, ou par adhésion ».

Les géotextiles

Le premier géotextile non tissé fut développé par la société française Rhône-Poulenc en 1968. C'était un polyester aiguilleté relativement épais qui fut utilisé dans la construction de barrages. Les géotextiles non tissés servent dans les travaux routiers, les travaux de construction, les terrassements, les systèmes de drainage et de filtration, les travaux hydrauliques et les centres d'enfouissement techniques.

Mur végétal à Sainte-Geneviève-des-Bois, monté sur un géotextile. © Virginia Manso, CC by-nc 2.0

Les fonctions des géotextiles sont la séparation, la filtration, le drainage, la protection, le renforcement et la réduction des contraintes. En plus de renforcer les capacités du domaine de la géotechnique, les géotextiles peuvent être munis de capteurs à fibre optique à des fins de surveillance (mesure des déformations dans les ouvrages).

Quelles sont les utilisations des géotextiles dans la construction ? Ici, un schéma de Novintiss, reproduit avec la permission de l’entreprise. © EDP Sciences, tous droits réservés

Le Français Texinov est aujourd'hui leader mondial du géotextile, spécialisé dans les textiles de renforcement et les filets de protection pour le bâtiment et les travaux publics.

Grille de protection de pipelines Texinov. © Texinov, EDP Sciences, CC by-nc 2.0

Les agrotextiles

Depuis fort longtemps les textiles ont été employés dans l'agriculture. Les agrotextiles sont utilisés pour l'irrigation, avec les textiles collecteurs d'eau, véritables capteurs de gouttelettes récupérant la vapeur d'eau pour l'arrosage des plantations dans les pays chauds.

Tour Warka Water ; design : Arturo Vittori et Andreas Vogler ; septembre 2012. © Fabric Architecture, CC by-nc 2.0

Ils servent à la protection contre les oiseaux, les insectes et ils permettent de réduire l'utilisation de pesticides. Aujourd'hui, les produits utilisés sont principalement à base de polyoléfine. L'Union européenne encourage la coopération sur le développement d'agrotextiles à partir de ressources renouvelables en soutenant le projet européen Bioagrotex. C'est probablement en Inde qu'on prévoit le plus fort potentiel de consommation d'agrotextiles avec un taux de de croissance annuel de l'ordre de 8 %.

Les non-tissés dans l'habitation

Le choix des matériaux est un point crucial de la conception des bâtiments durables, étant donné l'incidence du cycle de vie des produits. Ces matériaux génèrent des répercussions sur le plan de l'environnement lors de leur fabrication, de leur utilisation et de leur disposition en fin de vie. On estime que l'industrie de la construction consomme environ 40 % du flux de matières à l'échelle mondiale.

Avec les contraintes liées au développement durable, les nouvelles normes dans l'habitation incitent les propriétaires à réaliser les travaux pour améliorer l'isolation thermique des murs et des toitures, mais aussi pour récupérer les eaux de pluie via des systèmes drainants. Les non-tissés, grâce à leur forte capillarité, leur coût de revient et leur vitesse de production, se prêtent particulièrement au drainage, contrairement aux anciens systèmes de type bâche en polypropylène. Pour l'isolation thermique ou acoustique, on utilise souvent des produits faits de non-tissés additionnés de polymères ou de produits bitumeux. Le non-tissé apporte ses qualités d'élasticité à l'ouvrage, tandis que le polymère assure la partie technique de la membrane. Le non-tissé a une meilleure isotropie par rapport à un tissé, ce qui facilite la pose du matériau sous charpente, qu'il soit agrafé ou cloué.