Tech

Les nouveaux textiles fonctionnels ou techniques

Dossier - Les enjeux des textiles du futur
DossierClassé sous :technologie , Tech , textile

Avec les nouvelles fibres synthétiques et la combinaison des nombreux savoir-faire textiles ou connexes (non-tissés, composites), le textile s’exprime aujourd’hui dans un esprit renouvelé et décline des géométries nouvelles. Les activités textiles contemporaines connaissent une formidable révolution, source de nouvelles réalités sociales et économiques.

  
DossiersLes enjeux des textiles du futur
 

Au début des années 1960, la consommation croît à tel point que plus du quart des principales fibres consommées par l'industrie textile mondiale sont des fibres chimiques. La concurrence entre les producteurs de fibres naturelles et de fibres chimiques est amplifiée par le phénomène de substitution des matériaux.

Cette compétition est aussi exacerbée par un transfert de technologies plus en aval de la chaîne textile. L'activité intense de recherche conduit à faire évoluer les caractéristiques de certaines fibres qui vont trouver leur application dans de nouveaux secteurs. Progressivement, non seulement ces fibres vont envahir les marchés traditionnels du textile, mais elles vont entrer sur de nouveaux marchés et en permettre le développement.

Le textile identifié comme un matériau

Depuis la découverte des matières synthétiques dans les laboratoires de l'industrie chimique, le textile contemporain ne se laisse plus seulement identifier au toucher. Le 25 octobre 1963, un décret du ministère de l'Agriculture réglemente pour la première fois l'étiquetage des matières entrant dans la composition des produits textiles, entérinant la bipartition traditionnelle des matériaux d'origine naturelle (végétale, minérale et animale) et d'origine chimique. L'étiquetage de composition touche l'ensemble de la filière industrielle textile.

Les nouveaux textiles fonctionnels ou techniques : de quoi s'agit-il ? Ici, surface textile faite avec des fibres de carbone. © Brett Jordan, CC by-nc 2.0

Les grands groupes chimiques américains, européens, et japonais se livrent alors à une compétition commerciale féroce. On assiste à une surenchère sur les dénominations génériques des fibres synthétiques, avec une inflation d'appellations et de marques. L'étiquetage de composition préserve l'information sur la matière première, alors que la famille des fibres s'est considérablement élargie.

Fin 1969, on constate une tendance à l'« intertextilisation », c'est-à-dire l'emploi généralisé des fibres chimiques et des fibres naturelles dans tous les secteurs de la production textile. Le cloisonnement qui existait auparavant entre les branches de l'industrie textile tend à disparaître par l'emploi généralisé des mêmes matières premières.

La dynamique des textiles techniques

En se substituant aux fibres naturelles, les fibres synthétiques entrent aussi dans la composition d'articles plus techniques comme les cordes, les filets et les produits d'hygiène, dessinant de nouveaux marchés de textiles à usage technique, ou textiles techniques. Dépassant les performances des fibres naturelles, elles permettent de nouvelles applications, notamment dans le domaine du sport (tissu de parachute, vêtement waterproof) et se substituent même au cuir dans de nombreux articles. Ainsi, depuis 1960, le marché des textiles techniques a crû cinq fois plus vite que le marché du textile traditionnel. En 2000, ce marché consommait près d'un quart de la production mondiale de fibres, et aujourd'hui il en consomme un tiers, avec un tonnage mondial de fibres estimé à 78 millions de tonnes. Ingénierie des fibres, meilleure performance produit sont les atouts clés de ces nouveaux textiles.

La dynamique du secteur des textiles techniques est prometteuse, en particulier en France, qui se place au deuxième rang européen derrière l'Allemagne. C'est pourquoi l'IFM a démarré la mise en place d'un Observatoire des textiles techniques (OTT) en 2010, avec le soutien de la DGCIS, afin de mieux identifier ce marché, et guider les industriels sur ces nouveaux débouchés. Le système textile est complexe avec une dimension transversale, car les matériaux textiles contribuent à la fabrication de nombreux produits grâce à leurs propriétés intrinsèques. Le processus d'innovation dans le système des objets ou produits se déroule en deux phases :

  • d'abord, le nouveau matériau est employé de façon imitative, comme simple substitut du matériau en usage ;
  • puis, dans une seconde phase, c'est le système tout entier qui est redéfini.

Appréhender la matière dans un monde de plus en plus virtuel

Aujourd'hui, le textile vit une nouvelle révolution en étant de plus en plus utilisé pour ses performances techniques et ses propriétés fonctionnelles. Les nouveaux matériaux textiles sont cocréés au sein de collaborations intersectorielles qui permettent le développement de nouvelles fonctions textiles intégrant les innovations technologiques de secteurs connexes. Ces matériaux permettront d'élaborer les nouvelles applications de demain. Le XXIe siècle sera celui des textiles dits « intelligents », capables de protéger, de soigner, de faciliter la vie de diverses façons. Les deux sens de la vue et de l'ouïe se sont offerts à une théorie du codage, que la technique des communications s'est efforcée de prolonger à travers les réseaux.

Les Google Glass. © Antonio Zugaldia, CC by-nc 3.0

Le textile permettra peut-être de nouveaux modes de communication sensibles, en prise avec tous nos sens, avec le concept émergent de « wearable computer ».

Catalytic Clothing, un vêtement capable de purifier l’air ambiant

Comment faire intervenir nos vêtements dans l'élimination de la pollution de l'air ? Les technologies développées par l'entreprise irlandaise Tactility Factory Ltd ont permis de combiner de façon complexe un textile doux à porter sur soi avec le béton, dur, rigide, froid et durable, capable de délivrer le message attendu.

Robe « Herself », du projet Catalytic Clothing 2011. © Nik Daughtry, DED associates, EDP Sciences, CC by-nc 3.0

Le résultat final est l'étonnante robe « Herself », qui apparaît comme sculptée dans le tissu. Installée au centre de la ville de Sheffield (nord de l'Angleterre), elle a permis d'engager le public dans un débat visuel autour de la pollution de l’air, avant d'être présentée au festival Art et Design de l'université de l'Ulster (Irlande du Nord) en juin 2011 dans le cadre du Catalytic Clothing Project.