Tech

Google Earth, l'Atlas des données numériques ?

Dossier - De Google Earth à Géoportail 3D
DossierClassé sous :informatique , Bing Maps , Bing Maps 3D

-

Ce dossier fait le point sur les évolutions des systèmes de cartographie en ligne, de Google Earth à Géoportail sans oublier de les confronter au trouble-fête Bing Maps 3D lancé dernièrement par Microsoft.

  
DossiersDe Google Earth à Géoportail 3D
 

Google Earth ou Google Maps ?

Tandis que Google Earth nécessite le téléchargement d'un logiciel ou d'un plug-in avant d'accéder aux images, Google Maps propose un service d'imagerie cartographique en deux dimensions par le biais de n'imporquel navigateur Internet. En 2006, nous avions hésité quant au choix du service Google à confronter à Géoportail, lequel était qualifié à l'époque de « Google Earth à la française ». Avec l'arrivée de Géoportail 3D sous  l'égide du logiciel TerraExplorer, la question ne se pose plus.

Un match à domicile

Comme nous venons de le voir, les objectifs de Google Earth et de Géoportail ne sont pas les mêmes, et il convient de comparer ce qui est comparable. Le premier est planétaire, le second français. Le match d'aujourd'hui reviendrait plutôt à un Google France VS Géoportail.

Si lors du dernier match à domicile sur les terres françaises, Google Earth partait défavorisé, ce n'est plus le cas en 2009. En effet, le logiciel développé par la société américaine, de par son objectif d'offrir une vision de l'ensemble du globe aux internautes, a fait sauter les barrières de nombreuses nations réticentes à l'idée de se mettre à nu pour un service issu du pays de l'oncle Sam. Ainsi, autrefois réservées aux constructions américaines, les modélisations 3D des immeubles s'imposent un peu partout sur cette mappemonde numérique. De la même manière, si en 2006 seules quelques villes de France jouissaient d'une résolution élevée, il en va tout autrement aujourd'hui. Le niveau de détail des images fournies par Google Earth a fortement évolué ces trois dernières années, et pour cause, Google a dorénavant accès aux photographies aériennes de l'IGN.

(cliquer pour agrandir) La région de Bastia vue depuis Google Earth © Google Earth; IGN

Le jeu collectif

Si Google Earth peut, à première vue, sembler avare sur certains services comme l'étude de zones réservée à la version Pro , le service peut se targuer de proposer une multitude de services en corrélation avec son globe terrestre. Qu'il s'agisse des panoramas, des vidéos et des photographies, tout est géo-localisé. Au travers du prisme de la cartographie numérique c'est une nouvelle manière de consulter les médias et les informations disponibles sur Internet que propose Google Earth. Ainsi en survolant un monument historique vous obtiendrez à la fois les médias précités mais aussi l'article Wikipedia correspondant et d'autres informations piochées par le moteur de recherche Google. Ainsi Google Earth dynamise le traditionnel globe terrestre avec des informations mises à jour en temps réel comme la météo. Dans des cas plus graves cette synergie Google Earth / Internet permettra de gérer des événements majeurs tels que des catastrophes naturelles via le service Google Earth Enterprise qui permet aux autorités publiques d'effectuer un comparatif rapide d'images satellites archivées et récentes de zones sinistrées. De plus, le service s'appuie sur une large communauté d'internautes qui ont la possibilité de marquer des sites à l'aide de « punaises » et d'associer aux lieux des données complémentaires. Les passionnés de Google Earth se donnent ainsi rendez-vous sur le site keyhole pour partager leurs bookmarks et leurs réflexions. Les lieux remarquables découverts par les internautes peuvent être marqués et diffusés à l'aide de fichiers KMZ, permettant à tout autre utilisateur de « bondir » vers ces endroits.

Grâce à l'apport de cette communauté hyperactive, on a par exemple la possibilité, en zoomant sur la Tour Eiffel, de visualiser sa base et de décrire une rotation de 360 degrés « comme si on y était ».

(Cliquer pour agrandir) La communauté d'internautes qui gravite autour de Google Earth permet à tout un chacun de découvrir les productions des autres utilisateurs, y compris d'avoir une vision panoramique interactive de la base de la Tour Eiffel © Google; IGN

A l'aide du logiciel Google SketchUp ou du site internet Google Building Maker, les internautes peuvent également modéliser des bâtiments ou des monuments et les parer de somptueuses textures.

(cliquer pour agrandir) La Tour Eiffel et le 16ème arrondissement de Paris vus par Google Earth. (Crédits : Google)

Le menu « Données géographiques » permet d'ajouter aux vues satellites des calques tels que « transport » (plans de bus et de métro), « éducation » (grandes écoles, universités...) etc. Ainsi, sur le territoire français, les internautes disposent d'une manne d'informations que Géoportail 3D aura le plus grand mal à concurrencer.

(Cliquer pour agrandir.) Les données de la communauté : une immense manne d'informations que Géoportail aura le plus grand mal à concurrencer © Google; IGN

(Cliquer pour agrandir.) Les données de la communauté : une immense manne d'informations que Géoportail aura le plus grand mal à concurrencer
© Google; IGN