Tech

L'ergonomie façon Google face à l'archaïsme de l'IGN

Dossier - De Google Earth à Géoportail 3D
DossierClassé sous :informatique , Bing Maps , Bing Maps 3D

-

Ce dossier fait le point sur les évolutions des systèmes de cartographie en ligne, de Google Earth à Géoportail sans oublier de les confronter au trouble-fête Bing Maps 3D lancé dernièrement par Microsoft.

  
DossiersDe Google Earth à Géoportail 3D
 

L'interface

Depuis la mise en ligne de Géoportail, ses géniteurs ont su comprendre les besoins des habitués de Google Earth. Ainsi, le zoom continu à l'aide de la molette de la souris est désormais disponible sur le service de l'IGN. De plus l'utilisateur est maintenant à même de zoomer au-delà du seuil limite de la résolution de l'image, chose impossible à l'ouverture du service.

En haut de l'écran, le site nous invite à saisir le nom de notre commune. Si la base de données est vaste, on a la surprise de constater que, par exemple, la ville de Marne la Vallée est inconnue au bataillon. Pour apercevoir rapidement le château de la Belle au Bois Dormant, on repassera... Contrairement à Google Earth, il n'est pas possible d'indiquer le nom d'un monument pour s'y rendre aisément. Ainsi, les requêtes « Tour Eiffel » et « Louvre » ne renvoient aucun résultat. Il convient de choisir au préalable la commune adéquate, et le confort d'utilisation s'en ressent. En l'absence d'un grand sens de l'orientation, on se sent vite déboussolé !

(Cliquer pour agrandir) L'interface de Geoportail 3D © IGN

Sur la partie droite un menu nous propose de déplacer la carte, naviguer avec la souris (à la manière d'un jeu de stratégie), de retrouver le nord, d'afficher les informations du point visé, de passer en mode relief, de tourner autour du lieu sélectionné, de mesurer les distances et de calculer les superficies. Un pointeur rouge visible sur la carte de France symbolise le lieu que l'on est en train de visualiser. Mais, alors que l'on ressent l'envie irrésistible de cliquer sur un point au hasard pour s'y transporter, on a la mauvaise surprise de voir que la manœuvre n'aboutit pas. Ainsi, pour aller de la partie septentrionale à la partie méridionale de la France, il faut prendre son mal en patience et jouer activement avec sa souris... et ce même à l'échelle la plus grande !

Sur la partie gauche de l'interface, un menu permet d'afficher la « carte » du lieu, avec le nom des routes et des communes. On peut choisir d'en superposer deux à la fois, et de gérer leur taux de transparence. L'activation de la visualisation tridimensionnelle de bâtiments est aussi possible via ce même menu.

(Cliquer pour agrandir.) Superposition de la vue aérienne d'Annecy et des cartes d'informations © IGN

L'interface de Google Earth, quant à elle, propose de voyager sur la Terre soit à l'aide de la souris (la molette sert à zoomer, le clic gauche à « saisir » le globe, le bouton central à choisir l'inclinaison), soit à partir d'un pavé de fonctions en incrustation comprenant quatre flèches pour se déplacer, une réglette pour le niveau de zoom, l'autre pour l'inclinaison, et un cercle pour la rotation. Des raccourcis claviers sont également proposés : ainsi, les signes + et - permettent de zoomer au ralenti, et Page Up et Page Down de modifier l'inclinaison.

(Cliquer pour agrandir.) L'interface de Google Earth © Google; IGN

A gauche de l'écran figure le module de recherche, où il est possible grâce à l'onglet « aller à » de saisir le nom d'une ville comme sur Géoportail, mais également le nom d'un monument, d'un lieu-dit, d'une place ou d'un pays. L'onglet « à proximité » permet quant à lui de chercher un monument ou un commerce dans une commune donnée et l'onglet « itinéraire » de voir apparaître en incrustation les routes ralliant un point à un autre. Concrètement et contrairement à Géoportail, il vous est possible de passer de Manhattan à une ferme isolée au fin fond de la Mayenne, simplement à l'aide de quelques mots clés.

(Cliquer pour agrandir.) Comment aller de Paris à Lyon ? Demandez donc à Google Earth ! © Google; IGN

Sous la fenêtre de recherche se trouve le module « Lieux », qui vous permet de bookmarker vos sites préférés. La fenêtre « Infos pratiques », en bas à gauche, vous offre la possibilité de gérer les calques se superposant à l'image : données de la communauté, routes, reliefs, frontières, stations essences.

(Cliquer pour agrandir.) Les restaurants, les hôtels et les banques qui jalonneront votre parcours entre Paris et Lyon. Figurent aussi les routes secondaires que vous pourrez emprunter en cas d'embouteillages © Google; IGN

Concernant l'interface, c'est donc l'expérience de Google Earth qui s'impose sur le service Géoportail 3D. La navigation y est plus agréable, plus intuitive, et les fonctionnalités nettement plus variées.